Aller au contenu principal

Canards mulards en Dordogne
Un prégavage "pro" chez Daniel Marchès

Initialement installé au moindre coût en élevage de canards mulards, un éleveur périgourdin a réinvesti pour améliorer ses résultats et réduire sa charge de travail.

Les mulards de trois jours dans la poussinière neuve. 
Un grand volume intérieur, douze radiants (Sol’air), six extracteurs d’air à vitesse progressive, une régulation d’ambiance (Sodalec MVC10), deux lignes de pipettes et une ligne d’assiettes.
Les mulards de trois jours dans la poussinière neuve.
Un grand volume intérieur, douze radiants (Sol’air), six extracteurs d’air à vitesse progressive, une régulation d’ambiance (Sodalec MVC10), deux lignes de pipettes et une ligne d’assiettes.
© P. Le Douarin

En 1987, Daniel Marchès s’installe seul en Dordogne sur la ferme de son père, non loin de Bergerac. En polyculture-élevage, avec des céréales sur 25 hectares, une trentaine de bovins viande et du tabac. Il en aura jusqu’à 75 000 pieds, mais cette culture est très gourmande en main-d’oeuvre, de plus en plus difficile à trouver, et son avenir est incertain malgré un revenu correct. En 2001, il cherche à la remplacer : « J’ai d’abord voulu faire du poulet, mais un voisin m’a parlé des canards prêts à gaver pour fournir l’abattoir Palmigord. Il m’a dit qu’on gagnait assez bien sans trop travailler, plaisante-il. J’ai converti le séchoir à tabac en poussinière et j’ai fait construire deux tunnels pour élever 20 000 canards sur l’année, avec trois lots de 2000 animaux présents en permanence sur l’exploitation. L’investissement calculé au minimum a permis de remplacer le tabac sans trop de frais », se rappelle Daniel. Mais l’outil avait des limites techniques. Le démarrage des mulards n’était pas optimal. « La poussinière à l’atmosphère trop confinée provoquait des problèmes respiratoires. »

UNE « VRAIE » POUSSINIÈRE

Les poids de carcasse non éviscérée à 3,4-3,5 kg, au lieu des 3,7-3,8 kg attendus, convenaient de moins en moins à l’organisation de production de Terres du Sud, même si pour l’éleveur le revenu était encore correct. À partir de 2004, une réflexion s’engage vers un nouveau bâtiment de démarrage avec la coopérative,mais la concrétisation sera retardée par la crise de l’influenza aviaire jusqu’en 2007. Le nouveau système en bande « semi-unique » mis en place par Terres du Sud est le suivant: la poussinière accueille les canetons jusqu’à 4 semaines. Ils sont alors transférés vers des parcours munis d’abris-tunnel, de sorte que les nouvelles normes de protection sanitaire vis-à-vis de l’influenza aviaire sont respectées. Le même site accueille deux lots de canards,mais avec un seul âge à l’extérieur. Le démarrage a lieu toutes les neuf semaines.

SIX MILLE CANETONS

Pour augmenter son revenu, Daniel Marchès a préféré bâtir une poussinière en dur de 600 m2, plutôt que de 400 m2. Ce qui l’a aussi obligé à construire un troisième abritunnel de 270 m2 (7,5 canards logés par m2). Parfois, entre deux lots, il réalise un démarrage sur trois semaines pour le compte de Terres du Sud. La poussinière de 624 m2 exactement (12 m de large par 52 m de long), opérationnelle depuis décembre 2007, accueille 6 000 canetons, ensuite répartis dans les trois parcours attenant à la poussinière. Dès l’âge de deux semaines, selon les conditions climatiques, les canetons ont accès à de petits parcours extérieurs.

 

UNE MARGE À 2,20 EUROS

Le plus grand volume du bâtiment et la ventilation transversale permettent une extraction plus performante de l’air vicié et la suppression des problèmes liés aux dégagements d’ammoniac. L’alimentation est automatisée, ainsi que le chauffage. L’isolation concourt encore à améliorer le confort des mulards. L’éleveur n’a plus de difficulté à respecter les 28 °C au démarrage, sans que cela lui coûte cher en frais de chauffage. Les résultats des lots de Daniel Marchès se sont améliorés. « Le poids de carcasse se joue dans les trois premières semaines, à condition ensuite de bien maîtriser la consommation entre 8 et 12 semaines », précise Patrice Marcelly, responsable de la production de mulards de Terres du Sud. À 21 jours, l’éleveur a constaté un surplus de poids d’environ 200 grammes par rapport à la situation antérieure, sachant que l’objectif est de 1-1,1 kg à cet âge avec un mulard d’origine PKL x MMG. « Sur les deux premiers lots réalisés en 2008, j’ai gagné 400 grammes en passant à 3,7- 3,8 kg. Je gagne 0,50 euro de plus par tête pour une marge brute portée à 2,20 euros par canard » affirme Daniel. L’éleveur a investi au total 120000 euros (poussinière et abri) qu’il compte amortir en huit ans, « le plus vite possible car les coups durs sont toujours possibles et plus faciles à supporter une fois les équipements amortis ». « À elle seule, l’augmentation du volume produit permet d’amortir cet investissement, souligne Patrice Marcelly. Sans compter l’amélioration du poids de chaque canard ».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Plan de relance agricole : des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Le Gaec du Metz, avec Anne-Laurence et Xavier Fleury, devant leurs fils Arthur (à gauche) et Victor, ont fait le choix de la poule pondeuse plein air pour diversifier leur exploitation laitière. © A. Puybasset
Des poules pondeuses plein air pour diversifier le Gaec laitier
Le Gaec du Metz, dans l’Orne, se diversifie dans la volaille avec son nouvel élevage de 15 000 poules pondeuses plein air, géré…
Suivez les foyers d’influenza aviaire sur la carte interactive de Réussir Volailles
Les Marchés
La rédaction de Réussir Volailles actualise en permanence la cartographie des foyers d’influenza déclarés en Europe, afin…
L’entrée de la lumière par la toiture contribue à une intensité lumineuse plus homogène sur toute la surface du poulailler. © A. Puybasset
Les atouts de la lumière venue du toit du poulailler
Chez Martine et Gérard Jéhannin, la lumière naturelle rentre par des tabatières occultables. Une alternative aux fenêtres sur les…
Jérémy Choquet (à droite) et Xavier Moine, de Tuffigo-Rapidex : "Plus accessible, ce boîtier incite à aller plus loin dans l’optimisation des réglages. » © A. Puybasset
Une régulation de poulailler conçue « pour et avec » les éleveurs
L’équipementier Tuffigo-Rapidex innove avec l’ordinateur de régulation Serenity. Il est doté de nouvelles fonctionnalités, plus…
Les ventes de volaille à l’étranger sont en recul de près de 50 000 tonnes (-15 %) sur les 9 premiers mois de 2020 tandis que les importations reculent de 18 000 tonnes (- 4 %) sur la même période. Les mesures de confinement ont engendré un recul des importations de près de 20 % sur la période de mars à mai mais sont reparties à la hausse depuis le mois de juin.
La Covid-19 fait reculer le marché de la volaille française
Sous l’effet de la Covid-19, le marché français de la volaille pourrait se contracter en 2020, pour la première fois depuis 15…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)