Aller au contenu principal
Font Size

Un poulailler neuf en soignant l’insertion paysagère

Installée depuis juin 2017, Hélène Challier reprend progressivement l’exploitation de volailles de chair de ses parents et a fait construire un bâtiment de 2000 m2, engagé dans la démarche Nature d’Éleveurs de LDC.

C’est un changement de vie radical pour Hélène Challier, qui a laissé tomber sa blouse d’infirmière pour s’installer en volaille de chair et prendre la suite de l’exploitation de ses parents, Noëlle et Claude, à Reffuvieille dans la Manche. Anticipant leur fin de carrière, ces derniers arrêtent le lait en 2014 et proposent de lui céder les trois poulaillers de 1000 m2. « Motivée par ce challenge et fière de reprendre l’exploitation familiale », elle prend néanmoins le temps de mûrir son projet. « Je tenais à m’installer en investissant moi-même dans un bâtiment innovant. C’est plus motivant et valorisant. » Pendant deux ans et demi, la jeune femme monte son projet tout en continuant son premier métier. Au 15 juin 2017, elle s’installe officiellement à 25 ans pour exploiter l’un des poulaillers de 1000 m2 ainsi que le neuf de 2000 m2, démarré en décembre 2017. La transmission se fera progressivement, ses parents continuant d’exploiter pendant deux ans les deux autres poulaillers.

Un choix spécifique des couleurs de matériaux

Accompagnée par son organisation de production Alimab, l’éleveuse a visité de nombreux bâtiments de dernière génération, l’aidant à confirmer ses choix. À commencer par l’insertion paysagère du poulailler de 104 mètres sur 20 mètres de large. Construit parallèlement à deux anciens, il se trouve juste devant la maison d’habitation. « Avoir un beau cadre de travail est aussi important pour nous que pour les visiteurs. » Une attention particulière a été portée sur le choix des couleurs de matériaux : pignons imitation bois, toiture orangée style brique, silos gris… Le site a été entièrement enrobé, les poteaux électriques supprimés. « Des arbustes ont été plantés tout autour du bâtiment il y a un an. D’autres plantations sont prévues au printemps. » La coque construite par Sérupa est équipée d’une charpente métallique et bardée de panneaux Farmwall très isolants (50 mm de mousse de polyuréthane sur les côtés, 60 mm au plafond). La ventilation bilatérale avec extraction haute et pignon est sous concept Fancom. Inscrit dans la démarche Nature d’Éleveurs du groupe LDC, le poulailler dispose d’un sol bétonné isolé en périphérie et d’un éclairage naturel. Les fenêtres, insérées au-dessus des trappes sur chaque long pan, peuvent être obscurcies par des panneaux extérieurs, commandés par des treuils manuels. Le reste des équipements intérieurs du bâtiment polyvalent (installation Matavicol) comprend 6 canons de chauffage, 5 lignes de mangeoires Leroy et 6 rampes de pipettes Big Dutchman, un peson Sodalec…

Une prise de relais en douceur

Le coût du bâtiment est de 300 euros/m2, y compris la pose de l’enrobé ainsi que la fosse de réception des eaux de lavage et la pompe de transfert vers la fosse de l’ancienne stabulation à 100 mètres. En plus des aides du groupe LDC (30 euros/m2), l’éleveuse a déposé un dossier de subvention PCAEA(1).

Le fait de décaler de six mois l’installation et la construction du bâtiment a facilité la prise en main en douceur (4 lots de recul en poulet standard ou lourd). Les quatre poulaillers du site sont conduits en bande unique. Dans les faits, Hélène et son père font le tour des bâtiments ensemble. « On travaille en binôme, c’est bien plus enrichissant, pour l’un comme pour l’autre. »

(1) PCAEA :  plan de compétitivité et d'adaptation des exploitations agricoles

Une extraction de l’air par des cheminées

L’ensemble des équipements de ventilation est sous concept Fancom, « y compris les armoires électriques avec branchements référencés, façonnées comme pour les bâtiments industriels », spécifie Jean-Pierre Guillou, de Fancom. Un atout appréciable pour les installateurs. Encastré dans l’armoire, l’automate de régulation Lumina 38 est équipé d’un nouveau logiciel avec une interface tactile. « Sur l’écran d’accueil, la conformité des principaux paramètres d’ambiance est très facile à visualiser grâce aux voyants de couleur. » L’automate est relié à 6 mototreuils commandés en réseau bus informatique, ce qui améliore la précision et la rapidité de l’ouverture des trappes Fantura, situées sur chaque long pan à 1,5 mètre de hauteur. En plus des consignes de température et d’hygrométrie, celle du CO2 est réglée à 2500 ppm avec une influence maximale de 10 % sur la ventilation minimum. L’extraction de l’air se fait par 10 cheminées de 20 000 m3/heure dont deux progressives de 0 à 100 %, puis complétées en pignon par 5 turbines de 40 000 m3/h. Les cheminées en PVC disposent d’un système de fermeture silencieux et aimanté (pour empêcher que le volet anti-retour ne se soulève) et d’une fonction sécurité en cas de coupure. « Certes plus coûteuses qu’une extraction bilatérale (+8 à 10 %), les cheminées améliorent les flux d’extraction », affirme l’équipementier. « Les flux de circulation de l’air favorisent les remontées de l’humidité vers les cheminées. Cela permet de mieux maîtriser l’hygrométrie et d’éviter les zones de litière humide qui peuvent apparaître sous les ventilateurs latéraux. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
Les filières viandes « grandes oubliées » des aides
Le secteur des viandes a pour l’instant le sentiment de faire partie des « grands oubliés » des mesures d’accompagnement…
L'essai comparatif de trois stratégies de protection de poulets certifiés vis-à-vis des coccidies E.acervulina et E. tenella, 24 groupes de 40 animaux élevés jusqu'à 48 jours en station expérimentale. © Itavi
L’Itavi a expérimenté trois solutions de prévention de la coccidiose du poulet
Un essai mené en station expérimentale par l’Itavi sur des poulets certifiés montre qu’un programme d’additifs anticoccidiens est…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)