Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un poulailler neuf de 2 000 m2 pour arrêter le lait

La SCEA Cozic Baron a investi dans un poulailler de chair avec lumière naturelle et sol bétonné, sous concept de ventilation et de chauffage Skov.

En construisant un nouveau bâtiment de 2 000 m2, Cathy et Denis Baron ont décidé de se spécialiser dans la volaille de chair et d’arrêter leur atelier laitier de 80 vaches laitières. « Nous n’avions pas de perspectives de reprise en lait et nous souhaitions diminuer notre charge de travail », ont-ils expliqué lors d’une porte ouverte organisée avec leur partenaire Sanders Bretagne. Installés avec leur fils à Landeleau, dans le Finistère, ils exploitent désormais deux bâtiments de poulets Princior (3 200 m2) et 145 hectares de cultures. La nouvelle construction, de 92 mètres de long sur 22 mètres de large, avec une charpente Dugué, dispose d’un éclairage naturel avec des fenêtres à hauteur d’hommes, « pour que l’on puisse également profiter d’une ouverture vers l’extérieur ». Le sol est recouvert d’une dalle en béton. De même, à l’extérieur, un trottoir bétonné sur toute la périphérie du bâtiment et une grande dalle au pignon opposé faciliteront le nettoyage des abords pour l’un, et le curage pour l’autre. Le couple a visité une quinzaine d’élevages avant d’arrêter son choix sur le concept de ventilation et de chauffage par convection Skov, séduit par " le ressenti de l’ambiance et la bonne répartition de la chaleur ». La chaleur est amenée par deux lignes de tubes à ailettes Spiraflex, dans lesquelles circule une eau chauffée par une chaudière à condensation avec brûleur Weishaupt.

Une ventilation pignon progressive

Équipé de trappes bilatérales positionnées au-dessus des fenêtres, le poulailler est ventilé par extraction haute et pignon. Le principe de ventilation repose sur le programme Dynamic Multistep, de Skov, qui permet d’optimiser les consommations d’électricité. Il est appliqué sur les dix cheminées progressives de 15 000 m3/h (à 40 Pa) mais aussi sur la nouvelle génération de ventilateurs Bluefan, dont un progressif, installés en pignon. « Ils permettent de concilier débit d’air élevé et économie d’énergie par rapport à des turbines classiques, explique Gwendal Le Crom, de Skov. Un éleveur équipé de ce système a observé une économie d’électricité de 30 % sur un lot d’été. Moins bruyants, ces ventilateurs se referment grâce à leur trappe motorisée en forme de papillon, très étanche. Une sécurité permet l’ouverture automatique des trappes en cas de coupure de courant. »

Un poulailler à 292 €/m2

L’équipement intérieur, installé par Breizh Brumisation, comprend également des néons à leds, deux rampes de brumisation, ainsi que six lignes de mangeoires Multibeck de Le Roy et sept lignes de pipettes Lubing, toutes sur treuil automatique. À côté des trois silos Brigant Polyester, se trouve une réserve d’eau de 10 m3. « Le forage étant situé à 300 mètres, cette cuve tampon permettra de maintenir un débit d’eau suffisant au niveau des rampes. De plus, lors du vide, on pourra laver avec deux pompes », précisent les éleveurs.

Le poulailler a demandé un investissement de 585 000 euros, soit 292 €/m2 et sera financé sur dix ans. Les éleveurs ont bénéficié d’une subvention PCEA de 30 000 euros, d’une aide équivalente de leur groupement Gaevol ainsi qu’une aide à la reprise à la tonne de poulets.

Des ventilateurs BlueFan en pignon économes en énergie

IMG_4198JPG.jpg

L’extraction de l’air du poulailler est réalisée par dix cheminées progressives dont deux fonctionnent de 0 à 100 % et les autres de 50 à 100 %. Lorsque les besoins augmentent, la ventilation haute est complétée par une extraction en pignon, grâce aux ventilateurs à gros débit BlueFan de Skov dont un progressif de 57 800 m3/h (40 Pa) et les quatre autres en tout ou rien de 52 400 m3/h. « Tous sont commandés par le programme Dynamic Multistep, qui vise à augmenter les débits de façon très progressive en faisant fonctionner le plus possible les ventilateurs progressifs à bas régime, car c’est là qu’ils sont les plus économes en énergie », rappelle Gwendal Le Crom, de Skov. La ventilation démarre avec les deux cheminées progressives de 0 à 100 %. Dès qu’elles arrivent à 50 % de capacité, deux cheminées démarrent à 50 % tandis que les deux premières redescendent à 0 % pour réaugmenter ensuite progressivement, et ainsi de suite… Quand les dix cheminées atteignent 50 % de leur capacité, le ventilateur progressif de haut débit BlueFan situé en pignon s’enclenche. Il est ensuite complété par les quatre turbines tout ou rien. « Le bâtiment n’est jamais ventilé uniquement en extraction pignon. Les cheminées continuent de fonctionner pour garantir une ventilation homogène sur toute la longueur du bâtiment. »

Sanders recapitalise sur sa marque Princior

IMG_4213JPG.jpg

Sanders Bretagne et le groupement de producteurs Gaevol ont saisi l’occasion de la porte ouverte chez Cathy et Denis Baron pour dévoiler le nouveau logo du poulet Princior. « Il ne s’agit pas seulement d’une volaille alourdie. La marque Princior recouvre également une notion de poulet bien élevé, d’où le nouveau slogan, avec un mode d’élevage durable et dans le respect du bien-être animal. Avec ses couleurs bleu-blanc-rouge, le logo souligne l’origine française d’un poulet de qualité, compétitif et adapté à la demande du consommateur », a expliqué Eric Mansuy, de Sanders Bretagne.

Pionnier en 1993 dans la production de poulet lourd sexé, Sanders a lancé le poulet Princior en 1997 et souhaite se démarquer en mettant en avant son savoir-faire et sa démarche de progrès, en particulier sur la maîtrise des pododermatites et la démédication.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Vignette
L’avenir de la volaille en Bretagne passe par le poulet lourd
Après avoir été la championne du « poulet export » destiné au Moyen Orient, la Bretagne a les cartes en main pour devenir celle…
Vignette
L’Anvol veut faire front commun face à l’Avi Bashing
L’interprofession de la volaille de chair souhaite reprendre la main pour répondre aux critiques sur les conditions d'élevage,…
Vignette
Un jeune réinvestit dans le poulet lourd en Bretagne
Trois ans après avoir construit son premier poulailler de 2 000 m2, Florent Duffros a pu financer sans difficulté le second…
Vignette
Répondez à ce quizz "coccidiose" pour tester vos connaissances sur l’intégrité intestinale en poulet de chair
Élaboré sous forme de quizz, ce questionnaire vous permet de raviver vos connaissances sur l’intégrité intestinale et sur…
Vignette
Ceva acquiert l’activité santé animale d’IDT Biologika

Le laboratoire français Ceva va reprendre les produits biopharmaceutiques et la R&D vétérinaires du laboratoire allemand…

Vignette
Un ver prédateur des larves de ténébrions
Spécialisée dans la lutte biologique contre les nuisibles en élevages, Appi a développé le produit Darwin contenant des vers…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Aviculture
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Aviculture
Newsletter COT'Hedbo Aviculture (tendances et cotations de la semaine)