Aller au contenu principal

Volailles : Actualité agricole et agroalimentaire des filières poulets, poules pondeuses, canards, dindes, œufs, foie gras dédié

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un poulailler « Compbat » à coût maîtrisé

Anita Chansavoir a opté pour un poulailler de chair référencé Compbat LDC, lui permettant d’accéder à un bon niveau d’équipements tout en limitant le coût de construction.

Le bâtiment de 1800 m2 d’Anita Chansavoir fait partie des premières réalisations à avoir bénéficié du premier projet Compbat. Basé sur un appel d’offres renouvelé tous les 18 mois environ auprès des équipementiers pour 30 000 m2 de poulaillers de chair, son objectif est de proposer aux éleveurs qui le souhaitent un projet pratiquement clés en main, avec une offre technique et des coûts maîtrisés. Ainsi, le coût d’un bâtiment type tel que celui d’Anita Chansavoir se situe à 395 651 euros, soit 220 €/m2. Un prix qui ne tient pas compte des frais de terrassement et de raccordements (eau, électricité, gaz) qui sont spécifiques à chaque projet. Ni des options ajoutées par l’éleveuse, c’est-à-dire le renforcement de la toiture pour soutenir les panneaux photovoltaïques (99 kW fournis par Emeraude Solaire) ainsi que la dalle bétonnée. « Non obligatoire, le sol béton est fortement conseillé pour atteindre les objectifs de production en poulet lourd (réduction des pododermatites) », souligne Jean-Lou Le Guellec, animateur d’Huttepain Bretagne. « Il me permettra par ailleurs de gagner en confort de travail », ajoute l’éleveuse qui a également fait bétonner son autre poulailler de 1992. Installée en individuel à Montauban de Bretagne en Ille-et-Vilaine, Anita exploite désormais 3000 m2 de bâtiments ainsi que 65 hectares de cultures. Sa spécialisation en volaille coïncide avec l’arrêt de l’atelier laitier décidé en juin, du fait de la conjoncture laitière et des contraintes de travail.

Un bâtiment clé en mains

Le nouveau bâtiment de 18 mètres de large sur 104 mètres de long répond entièrement à la démarche Nature d’Éleveurs de LDC avec ses fenêtres transparentes et son intégration paysagère (pignon en tôle imitation bois, charte de couleur pour les silos, jupes et bandes de rives…). Conforme au cahier des charges Compbat 1 (en termes de conception de la coque, de qualité des matériaux et des équipements, d’emplacement des ouvertures de trappes, etc.), il comprend une coque Dugué, une maçonnerie SCBM, une ventilation progressive bilatérale puis pignon Sodalec, un chauffage Systel (4 canons intérieurs), une alimentation avec des mangeoires Multibeck de Le Roy, un abreuvement avec pipettes Plasson, un éclairage leds de Sodalec,… (voir tableau ci-dessous). Les fenêtres, représentant 3 % de la surface au sol, sont réparties sur les deux longs pans au-dessus des trappes pour ne pas risquer d’interférer avec la veine d’entrée d’air. Pour gagner en confort de travail, le bâtiment est équipé de relevages sur treuil, d’arrivées d’eau pour le branchement de la pompe de lavage et d’un chariot coulissant sur un rail central pour limiter le port de charges (litière, papier de démarrage, aliment..). Les équipements intérieurs ont été installés par Agrimené.

Le troisième appel à projets en cours

« L’objectif de Compbat est aussi de permettre une meilleure coordination entre les équipementiers pour optimiser l’efficacité du chantier », poursuit Jean-Lou Le Guellec. "Tous les intervenants sont présents lors de la mise en route du bâtiment. Par ailleurs, un audit de ventilation réalisé par une société indépendante (Tell Elevage) permet d’anticiper plus en amont d’éventuels défauts de ventilation ou d’étanchéité plutôt que d’attendre les deux ou trois premiers lots. »

Les deux premiers Compbat 1 et 2 ont concerné respectivement 14 et 11 poulaillers. Le cahier des charges redéfini à chaque version tient compte des évolutions en termes de technologies ou d’attentes clients. Le troisième appel d’offres qui vient d’être lancé et dont le choix des fournisseurs sera annoncé début 2019 prévoit notamment un système de chauffage avec combustion externe et des fenêtres à hauteur d’homme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Cargill étudie la valorisation alimentaire des insectes
Le 7 novembre 2019, au cours d’une journée technique organisée à Tours par l’Aftaa, Gilles…
Alexia Cantin avec Olivier Brebion de Val de Sèvre. Installée en janvier 2017 dans le Maine et Loire, l’éleveuse de 24 ans reprendra l’exploitation familiale en polyculture-élevage (canards mulards et bovins à viande). © V. Bargain
En canard mulard, d’abord pour la biosécurité
À la coopérative Val de Sèvre, le jardin d’hiver a été choisi dans deux élevages pour leur permettre d’abriter leurs canards…
La réglementation européenne est stricte sur les insectes à usages alimentaires
Dans l’Union européenne, l’élevage, la transformation et la vente d’insectes doivent suivre des règles créées…
La Pologne touchée par un virus H5N8 hautement pathogène (mise à jour du 10 janvier)
Depuis la fin de l’année, neuf foyers d'influenza aviaire H5N8 hautement pathogènes ont été confirmés jusqu'au 9 janvier dans…
« Le peuplier agroforestier, techniques et coûts de production » vient de paraitre
Le guide de la culture du peuplier en plein champ a été édité fin 2019 pour susciter le développement de sa plantation dans le…
Les ventes de LDC en hausse de 6,8% entre début septembre et fin novembre 2019
Tous pôles d’activités confondus, les ventes du troisième trimestre de l’exercice 2019-2020 s’élèvent à 1,1 milliard d'euros, en…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Aviculture
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Aviculture
Newsletter COT'Hedbo Aviculture (tendances et cotations de la semaine)