Aller au contenu principal

Volailles : Actualité agricole et agroalimentaire des filières poulets, poules pondeuses, canards, dindes, œufs, foie gras dédié

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un décapage mécanique des lignes d'eau par alternance d’air et d’eau

L’appareil mobile Aquaflush’R de Géosane injecte des séquences d’air comprimé et d’eau à haute pression pour décoller le biofilm des canalisations pendant la période du vide.

Depuis son lancement il y a deux ans, près de 70 appareils Aquaflush’R ont été commercialisés. Bien plus que nos prévisions », indique Arnaud Glâtre, de la société Géosane, spécialisée dans la vente et le conseil en hygiène et diététique. L’appareil intéresse en premier lieu les prestataires de nettoyage et de désinfection, les entreprises d’accouvage pour leur parc de bâtiments de reproducteurs mais aussi de grands sites d’élevage de chair qui y ont recours après chaque lot. Son principe est d’envoyer des bouchons d’air comprimé et de l’eau à haute pression dans les canalisations, pour créer un effet "coups de béliers" et décoller mécaniquement le biofilm. Cette opération est en général réalisée en début de vide, idéalement juste après le départ des volailles, avant le nettoyage chimique des rampes. Il est également possible d’intervenir en urgence en présence des animaux lors de problèmes de bouchage.

Une pression d’air supérieure à celle de l’eau

Le temps d’intervention en élevage varie selon l’état d’encrassement des canalisations. Il peut durer une demi-journée pour un bâtiment de 1 300 m2, temps de branchement compris. Un diagnostic des rampes d’eau est réalisé au préalable à l’aide d’un endoscope. Une grille de notation score la présence de biofilm de 0 à 5 selon le niveau d’adhérence et le taux de recouvrement. « Le décapage mécanique est préconisé dès lors que le biofilm atteint un score de 3 », précise Arnaud Glâtre. En deçà, le décapage chimique suffit. L’appareil est branché sur le tableau d’eau, au plus près du tuyau de départ des lignes d’eau et après les compteurs et réducteurs de pression. Il est alimenté par l’eau du réseau (ou du forage) et par un compresseur d’air de 100 litres. La pression de l’air est réglée à l’aide d’une molette. Deux potentiomètres servent à régler la fréquence d’injection air/eau. « Il faut que la pression de l’air soit toujours supérieure à celle de l’eau."

Un nettoyage chimique en complément

Les lignes d’eau sont décapées l’une après l’autre, en commençant par celle la plus éloignée de l’arrivée d’eau. Les morceaux de biofilm se détachent dès l’arrivée en fin de circuit des premiers bouchons d’air comprimé. L’une des particularités de l’Aquaflush’R est son hydro-injecteur, qui permet d’appliquer un désinfectant juste après le décapage. « Une fois le biofilm arraché, il est impératif de désinfecter les canalisations pour éviter une recolonisation rapide de la canalisation. »

Lorsque l’encrassement est élevé, il faut parfois attendre une heure par ligne avant de revenir à une eau parfaitement limpide. C’était loin d’être le cas chez Jérémy Poureau, où a eu lieu la démonstration de décapage, et qui avait déjà scrupuleusement nettoyé et désinfecté ses rampes. Il a tout de même été étonné par l’apparition d’une coloration jaunâtre au bout de quelques minutes. « Ce sont probablement des résidus d’un traitement sur un lot précédent », s’interroge l’éleveur qui exploite deux poulaillers récents de 1 300 m2 à Saint Germain Le Guillaume. « Cela montre que le décapage permet d’atteindre des zones du circuit d’eau, plus difficilement accessibles avec le protocole de nettoyage et de désinfection habituel », poursuit son technicien de la Cam 53, Jean-Philippe Bruant. L’éleveur envisage de faire réaliser un décapage mécanique une fois par an.

(1) La machine coûte 2 500 euros HT. La prestation de décapage se situe autour de 300 euros par demi-journée et 500 euros par journée.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Vignette
Une poussinière pour GP et GGP Hubbard
L’EARL du Haubert a reconstruit une de ses poussinières, dédiée à l’élevage de lignées chair de grands-parentaux et grands grands…
Vignette
La ville de New-York veut bannir le foie gras de ses restaurants

Mercredi 30 octobre 2109, le conseil municipal de New York a adopté par 42 voix contre 6 l’interdiction de vendre, détenir ou…

Vignette
« Le consommateur dicte l’avenir de nos filières » selon Jean-Michel Schaeffer, le président de l’interprofession volailles de chair
Pour l’Anvol, l’étiquetage des volailles transformées devient incontournable pour limiter la portée négative des accords…
Les aviculteurs investissent en 2019

Les emprunts agricoles de l'année 2019 auprès du Crédit Agricole sont en forte rupture, après une année…

Vignette
Le pigeonneau des Amyrelles décolle contre vents et marées
Le cercle très fermé des professionnels du pigeonneau de chair s’agrandit et se féminise avec la création d’un nouveau site d’une…
Vignette
Lancement d’une recherche appliquée sur le bien-être en élevage

Le projet européen PPILOW(1) visant à améliorer le bien-être des volailles et des porcs en…

Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Aviculture
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Aviculture
Newsletter COT'Hedbo Aviculture (tendances et cotations de la semaine)