Aller au contenu principal

Trop de poussières dans les couvoirs

L'empoussièrement dans les couvoirs a donné lieu à Aircouv, une étude menée par l'Itavi.

Tri des poussins éclos. La MSA conseille de généraliser le port d'un masque à valve de type FFP2 au minimum.
Tri des poussins éclos. La MSA conseille de généraliser le port d'un masque à valve de type FFP2 au minimum.
© P. Le Douarin

Les poussières de duvet générées lors de l'éclosion peuvent constituer des vecteurs de contamination pathogène pour les poussins, mais également être à l'origine de pathologies allergiques pour les salariés exposés.
Dans ce contexte, l'objectif de l'étude Aircouv était d'abord de caractériser l'empoussièrement d'ambiance dans des couvoirs chair de Bretagne. Puis, d'évaluer son impact sur la qualité sanitaire des poussins, ainsi que sur la santé des opérateurs.
« Nous avons enquêté dans 18 couvoirs, au sein desquels des échantillons de poussière totale, inhalable et alvéolaire(1) ont été prélevés dans l'air ainsi que directement à hauteur des voies respiratoires de salariés exposés (zone éclosion) et non exposés (zone incubation) », explique Julie Puterflam, de l'Itavi. Les taux moyens de poussière totale, inhalable et alvéolaire sont respectivement de 48,2 mg/m3, 26,4 mg/m3 et 1,1 mg/m3. Soit un taux 228 fois plus important que la normale pour les poussières totales, 50 fois plus pour les inhalables et 5,5 fois plus pour les alvéolaires. « On observe par ailleurs une incidence du taux de poussière totale sur les concentrations bactériennes et fongiques ambiantes », note Julie Puterflam. « Toutefois, cela ne semble pas avoir d'impact sur la qualité sanitaire des poussins. »


Un risque infectieux pour le salarié


L'étude médicale, menée par le docteur Éric Wavelet, de la MSA, auprès de 89 salariés, (dont 60 exposés), a mis en évidence « des dépassements constants de seuils réglementaires ». Pour le médecin, « la composition en micro-organismes véhiculés par le duvet peut représenter un risque infectieux pour le salarié, en particulier si ce dernier est en position de faiblesse immunitaire ».
On constate par ailleurs un nombre de cas plus élevé de toux, crachat et essoufflement que par rapport à la population. Pour Éric Wavelet, les pistes d'amélioration sont de différents ordres : « généraliser le port du masque à valve de type FFP2 au minimum, améliorer la ventilation et généraliser les systèmes de récupération du duvet. Mais aussi, adapter la filtration et l'épuration de l'air et utiliser les systèmes de précipitation électrostatique et d'ionisation négative ».
Une étude similaire va être lancée dans les couvoirs de palmipèdes, avec une prise en compte des spécificités de cette production et des données supplémentaires sur l'évaluation de l'antibiorésistance. Les résultats sont attendus pour la fin 2014.


(1) Les particules de poussière totale ont une taille comprise entre 10 et 100 µm, les inhalables
de 5 à 10 µm et les poussières alvéolaires une taille inférieure ou égale à 5 µm.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Audrey et Pierre Besançon ont réinvesti 60 000 euros (aides non déduites) dans 90 m2 de fenêtres, afin de continuer à produire après 2025 et en espérant un retour rapide d'investissement. © P. Le Douarin
Lumière naturelle : Audrey et Pierre conseillent de « bien préparer et suivre le chantier de pose des fenêtres »
Engagés dans Nature d’éleveurs depuis deux ans, Audrey et Pierre Besançon ont fait poser des fenêtres dans leurs deux poulaillers…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Jean-Luc Martin, de l'entreprise Tell Élevage, spécialisée dans les audits techniques de bâtiments. © A. Puybasset
« La position des fenêtres impacte les circuits d’air du poulailler »
Jean-Luc Martin, de Tell Élevage, met en garde sur l’impact potentiel des fenêtres sur la ventilation du poulailler, notamment…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
Concevoir des solutions vaccinales qui permettent de manipuler moins, de vacciner mieux, et de mieux protéger les volailles jusqu’à leur fin de ponte. © A. Puybasset
Comment simplifier le programme de vaccination des poulettes
Le fabricant de vaccins Ceva Santé Animale achève de construire une gamme complète pour les futures poules pondeuses qui réduit…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)