Aller au contenu principal
Font Size

Vincent Chatellier, économiste des filières agricoles à l’Inra
« Tout n’est pas fini pour la volaille française »

Le chercheur expert des filières agricoles s’est penché sur les échanges internationaux de viandes de volaille et sur la possible place de la France.

Vincent Chatellier, directeur-adjoint de l’unité mixte de recherche Smart-Lereco à l’Inra de Nantes. Il étudie l’économie de la production agricole et des filières, ainsi que les performances des exploitations et les marchés agricoles (politique, soutien, régulation…)
© P. Le Douarin
Quelles sont les principales tendances de la demande mondiale de viande de volaille ?
Vincent Chatellier

« La part de la volaille dans la consommation mondiale de viande est passée de 30 % à 36 % en quinze ans. Elle est devenue la première consommée. Sa consommation devrait encore progresser, mais plus lentement (+ 2 % par an) et à 75-80 % en Asie et en Afrique, en lien avec leur démographie. Ces pays se posent la question d’importer ou de produire, sachant qu’ils ont parfois des ressources limitées. Ils n’auront pas tous la même stratégie, ce qui peut créer des opportunités pour d’autres. Il y a aussi des possibilités en Europe avec une hausse de la consommation individuelle (24 kg/habitant/an). Les USA sont à 50 kilos, le Brésil à 43 kilos et progressent encore. Tout n’est pas fini pour l’Union européenne. Cela dépendra des rapports de prix entre viandes et de l’offre proposée. »

Comment se positionne l’Europe dans les échanges ?
V.C

« En valeur, l’UE à 28 est le 5e exportateur et le 3e importateur mondial, avec un solde commercial structurellement déficitaire depuis quinze ans. Elle importe surtout des viandes saumurées et des préparations de poulet plus chères que les morceaux de poulet et le poulet entier congelés exportés. L’Europe fait beaucoup d’efforts pour vendre dans une grande quantité de pays, mais sans évolution significative. »

Des possibilités de croissance existent pour l’Europe ?
V.C

« La production européenne augmente, mais la France en profite moins que d’autres (- 2 % en 2016 pour le poulet). La Pologne est en tête (+13 % en poulet) avec le solde commercial le plus excédentaire en tonnage (1,3 million de tonnes équivalent carcasse), devant les Pays-Bas. Et pour la première fois, la France est devenue déficitaire de 57 000 tec l’an dernier. La chute est rude… Pour la France, les jeux concurrentiels intra UE sont bien plus dramatiques qu’avec le reste du monde. »

La France est-elle sous pression ?
V.C

« Oui d’une manière certaine. À part l’Arabie saoudite qui est pourtant un marché fragile, la France ne détient pas de capacités d’exportations internationales porteuses et structurées où elle gagnerait des parts de marché. Elle plafonne, mais cela n’exclut absolument pas les enthousiasmes du futur ! Par contre, nous importons de plus en plus de nos voisins dont une part issue de Pays Tiers. Notre déclin commercial est clair et net pour le poulet. Ce n’est pas lié au poulet entier congelé qui s’accroche, mais plutôt au poulet frais en morceau qui marque le déclin de notre compétitivité. En 2015, la part des importations dans la consommation de poulet est passée à 47 %. »

Pour autant, les jeux sont-ils faits pour la France ?
V.C

« La filière va perdurer, mais la volaille française sera-elle capable de participer à la demande mondiale ? Je doute qu’elle puisse le faire par le canal des signes de qualité, quoiqu’en disent des politiques oubliant la réalité de marchés axés sur le produit standard. Conserver le débouché de l’Arabie saoudite est un défi de taille dans un contexte très concurrentiel et sans les restitutions. On peut marginalement miser sur la différenciation qualitative, mais nous n’arrivons pas suffisamment à la vendre à l’international, faute de convaincre. Il y a quand même des raisons d’espérer, avec les restructurations qui s’opèrent (dans l’industrie et en élevage). Tout ce qui est fait pour baisser le coût de production (génétique, alimentation, technologie…) et les coûts fixes est fondamental pour gagner en compétitivité et pour reconquérir les marchés frais hors GMS. Et il faut continuer à communiquer positivement sur la volaille française issue de modèles productifs familiaux et respectueux de l’environnement et du bien-être animal. »

« Savoir vendre la qualité française à l’international »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Installée dans le Gers, Béatrice Laffitte produit en label rouge mention sud ouest © C. Chabasse
La coopérative Euralis cherche des éleveurs de poulets label rouge sous IGP Landes
Le groupe Euralis s’inscrit dans une dynamique de croissance de sa production de volailles sous label rouge. La coopérative…
Face à une crise structurelle européenne du canard de chair accentuée par la Covid-19, la CFA mobilise ses adhérents pour faire émerger des solutions pour les éleveurs dans les régions Auvergne-Rhone Alpes, Bretagne, Bourgogne et Pays de la Loire qui concentrent cette production. © P. Le Douarin
Le syndicalisme avicole CFA appelle à « agir d’urgence pour sauver les éleveurs de canards de chair »
Au nom de la Confédération française de l’aviculture (CFA), Gilles Lassus éleveur de canards de Barbarie dans l’Ain, appelle l’…
Litière de bouchons de paille © A. Puybasset
La gestion des litières des poulaillers de chair enquêtée
Les chambres d’agriculture de Bretagne ont analysé les pratiques de gestion de litière d’éleveurs de volailles de chair bretons.
Les douze bâiments mobiles de Kevin Comte seront déplacés à chaque lot sur une parcelle de 20 ha. © DR
Kevin Comte démarre son premier lot de volailles en IGP Landes
À Saubrigues (40), Kevin Comte vient d’ajouter un atelier de volailles en IGP Landes sur son exploitation, créée…
Benoît Drouin produit du lait (400 000 l/an) et des volailles de chair (4 bâtiments de 400 m2) en polyculture sur une exploitation sarthoise de 135 ha (80 ha en herbe), convertie depuis 1996, d’abord par le poulet. © P. Le Douarin
« La filière avicole vit un tournant avec la réglementation bio »
Dans un contexte européen de relative libéralisation des conditions de production, Benoît Drouin, président de la commission bio…
 © A. Puybasset
France Poultry fait du bénéfice

L’abattoir France Poultry, ex-Doux export à Châteaulin (29), a vendu 152 000 t de poulets et produits…

Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)