Aller au contenu principal

Tarification de l'électricité : c'est quoi l'Arenh ?

Le dispositif de l’Arenh permet aux fournisseurs d'électricité concurrents d’EDF de proposer des KW heures à un prix proche du tarif de l’énergie nucléaire.

Centrale nucléaire
Depuis 2011 et jusqu'en 2025, le producteur EDF doit fournir 100 TWh d'électricité à ses concurrents avec un prix bas révisé chaque année par la Commission de la régulation de l'énergie.
© EDF

L’accès réglementé à l’électricité nucléaire historique ou Arenh (prononcer Arène) a été créé en 2011 en vue de faire bénéficier tous les consommateurs et entreprises du coût de production très compétitif des centrales nucléaires d’EDF (79 % de la production française en 2020).

Quel que soit le prix du marché de gros, cette entreprise est obligée de vendre à ses concurrents un volume réglementaire (100 Téra Watts heures) à un prix fixé (42 euros le MWh en 2022, 49,50 euros pour 2023). Cette année, le volume a été exceptionnellement augmenté de 20 TWH (dispositif Arenh +).

Ensuite, les fournisseurs font des offres tarifaires mixant l’électricité Arenh et l’électricité du marché.

Cette tarification de l'électricité est applicable selon un calendrier (été, week-ends et jours fériés, etc.). La quantité d’Arenh consommée par un site dépendra donc du profil de consommation. En pratique, la part de consommation sous Arenh est de l’ordre de 60 à 80 %.
 

Bémol de l’écrêtement du volume d'électricité

La demande d’Arenh étant supérieure à l’offre depuis 2018, le volume attribué à chaque fournisseur alternatif est réduit en fin d’année et en proportion du dépassement. On parle d’écrêtement.

Tarification de l’électricité : C’est quoi l’Arenh ?
© P. Le Douarin


Cette année, la demande ayant atteint 160 TWh, l’écrêtement est de 38 %, ce qui veut dire que ces 38 % manquants sont refacturés au client à des prix d’achat du mois de décembre. Malgré cet écrêtement, le coût moyen global sera inférieur à ce qu’il aurait été avec achat uniquement sur le marché de gros, mais peut-être supérieur à celui d’un contrat à prix fixe.

La loi prévoit l’arrêt du dispositif en 2025.

Les plus lus

Grippe aviaire : Où se trouvent les foyers ?
La rédaction de Réussir Volailles vous propose de visualiser sur une carte interactive la localisation des foyers d’influenza…
Julien Courbet Capital M6 poulet brésilien
L’importation de poulet brésilien épinglée par Capital sur M6
Peut-on encore manger en toute confiance ? Dans une émission diffusée le 22 janvier Capital pointe la différence de qualité entre…
La mesure du bien-être via l'application Ebene est intégrée dans l’ensemble des cahiers des charges internes et dans la charte Nature d’éleveurs du groupe LDC.
LDC veut évaluer le bien-être des volailles grâce à Ebene
Avec l’outil digital d’évaluation du bien-être Ebene, le groupe LDC veut mesurer de façon objective l’impact des cahiers des…
François Kerscaven, éleveur de dindes à Taulé (Finistère)
"La grippe aviaire : on n'en sort pas indemne", témoigne l'éleveur de dindes
L’élevage de François Kerscaven a été touché par la grippe aviaire dans le Finistère. Impacté moralement, il a choisi de parler…
Avec la hausse de l'énergie, les échangeurs de chaleur pourraient faire un retour en force.
Économies de chauffage : l’offre en échangeurs de chaleur a évolué en avicole
Les sociétés françaises Systel et Lead Le Roy Concept (LLC) dominent le marché des échangeurs de chaleur (ERC) qui a commencé à…
Un exercice négatif de 756 000 euros pour Volinéo : « pas de produit mais des charges en hausse », résume sans appel Guy Marie Brochard, son président (à l'extrême droite).
Cavac : Des activités volailles dans la tempête
Sur fond d’exercice satisfaisant pour le groupe coopératif vendéen Cavac, toutes les activités avicoles du groupement spécialisé…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)