Aller au contenu principal

Santé des éleveurs de volailles : Protégez-vous lors de l'utilisation de produits désinfectants

Indispensables pour assurer la biosécurité, les désinfectants sont très souvent employés en élevage avicole dans des situations à risque révèle l’étude aDAPt de l’Itavi.

Beaucoup de situations de manipulation et d’application de produits désinfectants en élevages de poulets de chair ou de canards sont à un niveau de risque élevé. Ces évaluations ont été réalisées sans présager l’utilisation d’équipements de protection individuelle, dont l’intérêt a été confirmé par des exercices de port.
Beaucoup de situations de manipulation et d’application de produits désinfectants en élevages de poulets de chair ou de canards sont à un niveau de risque élevé. Ces évaluations ont été réalisées sans présager l’utilisation d’équipements de protection individuelle, dont l’intérêt a été confirmé par des exercices de port.
© P. Le Douarin

Employer des produits désinfectants n’est pas anodin pour la santé de l’applicateur. Ils peuvent avoir des effets immédiats (nausées, irritation de la peau et des yeux, des voies respiratoires…), mais également chroniques (allergies, effets cancérogènes…).

Afin de décrire les pratiques d’utilisation des éleveurs et d’évaluer les risques, l’Itavi et ses partenaires (1) ont mené le projet d’études aDAPt. Vingt-cinq éleveurs de poulets de chair de Bretagne et vingt-cinq de canards du Sud-Ouest ont décrit aux enquêteurs ce qu’ils employaient, ainsi que leurs pratiques (quantités, matériel, manipulations, ventilation, température d’utilisation).

Beaucoup de situations à risque élevé

Il ressort qu’en poulet de chair le niveau de risque respiratoire est élevé pour 55 % des tâches, et que le risque est élevé pour la peau ou les yeux dans 42 % des tâches.

Chez les producteurs de canards, 79 % des tâches sont évaluées avec un niveau élevé de risque respiratoire, ainsi que 73 % ayant un niveau élevé de risque pour la peau ou les yeux.

L’application des désinfectants est très souvent réalisée en extérieur (abords, parcours) ou dans des conditions s’y apparentant : locaux largement ouverts ou ventilation en fonctionnement. De prime abord, ces conditions « aérées » autour de la personne peuvent paraître protectrices.

Des procédés particulièrement risqués

En réalité, il ne faut pas négliger le risque important de diffusion d’aérosols ou d’éclaboussures, selon la manière de manipuler et d’appliquer.

 

 

 

Le canon à mousse ou la lance de pulvérisation en sont un parfait exemple. Les niveaux de risque respiratoire et pour la peau et les yeux sont élevés dans 74 % des cas en poulet, et dans 92 % des cas en canard. La manipulation des bidons pour remplir le canon à mousse ou le pulvérisateur n’est pas non plus à oublier. Très souvent, le produit est versé directement à la main depuis le bidon. Cela engendre un risque respiratoire élevé dans 63 % des cas en poulet et dans 82 % des cas en canard. Les niveaux de risques sont semblables pour la peau et les yeux, avec 62 % des cas à risque élevé en poulet, et 82 % en canards.

Se protéger est indispensable

« Puis-je faire autrement pour prévenir les risques liés à l’utilisation des désinfectants ? »

Choisir un produit moins dangereux est une première possibilité. L’étude montre des différences de niveau de risque selon la matière active. Ce n’est pas la seule piste à explorer : la conception des locaux, l’organisation du travail, le procédé/matériel utilisé (pompe doseuse pour remplir le canon à mousse ou le pulvérisateur) sont à investiguer.

Si tout cela s’avère impossible, se protéger avec un masque (équipé de filtres adaptés), de gants, de lunettes de protection, est indispensable et utile. Pour les situations particulièrement risquées, ces équipements de protection permettent d’abaisser les risques. Dans 29 % des situations, le niveau de risque respiratoire devient modéré, et modéré dans tous les cas pour les risques peau et yeux.

Mais, attention car ces protections doivent être utilisées dans le respect des règles d’utilisation, d’entretien et de stockage définies par le fabricant. Si elles sont mal utilisées ou mal entretenues, elles peuvent avoir l’effet contraire. Comme il n’est pas simple de s’y retrouver dans la multitude des désinfectants, du matériel, et des équipements de protection disponibles, il vaut mieux se rapprocher de son technicien d’élevage ou du service prévention des risques professionnels de la MSA.

(1) Anses, SNGTV, Actalia, chambre régionale d’agriculture de Bretagne, Idele, lycée agricole de Bréhoulou, CIPA, MSA22 et CCMSA, Cluster biosécurité
 

Quatre vidéos de l’Itavi pour aller plus loin

- Comment nettoyer et désinfecter un bâtiment d’élevage de palmipèdes (durée : 8 minutes 40) et quels sont les points clés (durée : une minute 40) ;

- Comment nettoyer et désinfecter une salle d’engraissement de palmipèdes (durée : 7 minutes 20) ;

- Comment nettoyer et désinfecter un bâtiment d’élevage de volailles de chair (durée : 8 minutes 10).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Grippe aviaire : Les volailles libérées dans 77 départements
L’arrêté paru ce matin autorise à nouveau la sortie des volailles ayant habituellement accès à un parcours.
Grippe aviaire : Où se trouvent les foyers ?
Nous mettons régulièrement à jour une carte interactive pour aider les lecteurs de la Revue Réussir Volailles - abonnés et…
Grippe aviaire : quand les volailles vont-elles sortir dans les parcours ??
Le ministère de l’agriculture planche sur un abaissement du risque influenza, permettant la fin progressive territorialisée de la…
Grippe aviaire : l’âge de sortie des Gallinacés raccourci à huit semaines
Dans les zones indemnes de foyers d’influenza aviaire, l’âge d’accès au parcours peut être avancé de deux semaines selon l’…
Grippe aviaire : Les palmipèdes autorisés à sortir à leur tour
Après les volailles la semaine dernière, les palmipèdes ont à nouveau partiellement accès au plein air.
Le rat brun est l'espèce la plus impactante
Comment réguler efficacement les rongeurs en élevage
Contrôler les populations de rongeurs indésirables en élevage ne s’improvise pas comme en témoigne Philippe Le Tirant, technicien…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)