Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Recadrage du périmètre d’action du CNPO

Les deux inspecteurs missionnés par Stéphane Le Foll ont confirmé à Rennes que l’interprofession de l’œuf doit être une instance d’échanges et de promotion, pas de régulation du marché.

© http://oeufs-asso.com/

Invités le 14 novembre à la journée annuelle d’échanges de l’interprofession de l’œuf (CNPO), certains producteurs attendaient des annonces concrètes et des actes pour sortir de la crise de l’œuf. Ils ont été déçus. Les deux inspecteurs, Muriel Guillet et Yves Riou, chargés par Stéphane Le Foll d’une mission d’appui à la structuration de la filière œuf, ont présenté leurs principales recommandations, remises au ministre le 7 novembre. Elles portent surtout sur la légalité des interventions prévues par le CNPO dans le contexte de crise (exportation de produits, obligation de vides sanitaires et de réformes anticipées, gel). Ils ont insisté sur les rôles et les prérogatives respectifs de l’interprofession et des organisations de producteurs (OP) reconnues ; cela dans le cadre du futur règlement européen sur les organisations communes de marché (OCM). Les rôles sont clairs : à l’interprofession de promouvoir l’œuf et de connaître les chiffres de la filière ; aux OP reconnues d’intervenir sur les marchés. Les inspecteurs confirment que le CNPO est juridiquement dans l’impossibilité d’imposer des mesures coercitives de maîtrise de la surproduction. Pour tenter de contourner l’obstacle, le CNPO a lancé en septembre un projet de « charte de bonne conduite ». Ici encore les inspecteurs ont mis leur veto sur les mesures de gestion qui pourraient avoir un parfum d’entente.

Échanges professionnels et promotion pour le CNPO


Le CNPO était aussi venu rendre compte à sa base du travail des différentes commissions. L’interprofession essaie d’être un bon outil de connaissance et de prévision de l’offre. Les divergences entre les données statistiques officielles (SSP) et celles du CNPO ont été pointées, notamment sur les mises en place évaluées sur les 9 mois de 2013 à + 8,2 % par le SSP et à + 0,3 % par le CNPO. Qui a raison ? Un travail d’analyse va être réalisé. L’autre axe du CNPO, ce sont les actions de communication et de promotion. Elles ont été ont été renforcées, avec des supports nouveaux, des cibles élargies (presse, prescripteurs, réseaux sociaux) et la multiplication des événements (trophée de l’œuf, conférence de presse, envois mensuels à la presse, journée de l’œuf…). Enfin, l’interprofession intervient aussi pour faire valoir les droits de la profession dans les négociations internationales portant sur les accords commerciaux bilatéraux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

De nouveaux foyers d’influenza H5N8 HP sur des volailles en Allemagne, Bulgarie et Pologne
Les 12 et 13 mars, l’OIE a annoncé un foyer d'influenza aviaire H5N8 HP en Allemagne et six en Pologne
« Tous les coronavirus sont hautement transmissibles » , explique Béatrice Grasland, de l'Anses de Ploufragan
Béatrice Grasland, de l'Anses de Ploufragan, se veut rassurante sur la non-implication des animaux domestiques dans la…
Florian Palluet mise sur la performance technique et énergétique, avec son poulailler de 1680 m2.  © A. Puybasset
Un bâtiment de volailles de chair équipé pour gagner en technicité
Florian Palluet a investi dans un poulailler de chair à extraction haute Skov. Dans ses choix d’équipements, il a donné la…
Un troisième foyer d’influenza aviaire H5N8 HP découvert en Allemagne du nord
Un troupeau de dindes reproductrices porteur d’un sérotype H5N8 hautement pathogène a été éliminé le 21 mars à Dornum, près de la…
Les filières avicoles sur le pont face à la crise du coronavirus
L’ensemble des filières de production de volailles se mobilise pour nourrir les français pendant la crise.
Pour l'éleveur, la qualité des coussinets plantaires des poulets passe par une bonne gestion de la litière. © A. Puybasset
La pododermatite du poulet de chair, un challenge européen
La gestion de l’eau et de la litière sont les principaux leviers sur lequel peut agir l’éleveur pour empêcher les pododermatites…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)