Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L'interview de Frédéric Grimaud, président du groupe Grimaud
« Réagir vite et garder de l’agilité »

Après l’annonce de la cession du sélectionneur Hubbard au groupe Aviagen, Frédéric Grimaud explique les raisons de ce choix et les impacts pour son groupe.

Frédéric Grimaud, président du groupe Grimaud, a annoncé le 31 juillet la vente de l’entreprise Hubbard de sélection de poulets de chair. « Nous avons fait le choix de la pérennité de Hubbard. Le pire aurait été de ne pas oser le faire. »
© groupe Grimaud
Pourquoi avoir préféré vendre Hubbard plutôt que restructurer ?
Frédéric Grimaud - « Par manque de temps et de visibilité. Dans un premier temps, nous avions envisagé une alliance industrielle qui n’a pas pu aboutir à un compromis. Parallèlement, nous avions deux options : réorganiser ou vendre. Dans un contexte sanitaire « normal », nous aurions choisi de réorganiser, mais les deux dernières années ont été de plus en plus compliquées commercialement. Dans notre modèle économique, les ventes dépendent à 75 % de l’exportation à des pays tiers. Il fallait réagir suffisamment vite. De plus, Hubbard propose une large gamme de poulets (conventionnel et différencié avec des sous segments…), ce qui complique la réorganisation géographique de nos installations (grands-grands parentaux GGP et grands parentaux GP). Il faut un certain temps pour y parvenir. Enfin, nous n’avions et n’avons toujours pas de visibilité quant à l’arrêt de la pandémie d’influenza et à la reprise des exportations dans un contexte réglementaire figé. »
L’influenza répandue mondialement a été donc le facteur déclenchant ?
F. G - « C’est la cause principale. Sans cela, nous aurions eu le temps de réorganiser notre modèle économique. Avec l’influenza nous avons perdu l’exportation de génétique à partir de toutes nos bases GP & GGP : la France fin 2015, l’Italie (en partenariat) en 2106, la Pologne en janvier 2017, les USA en mars 2017. »
Avez-vous fait un bon deal avec le groupe Aviagen ?
F. G - « Oui. Dans un souci de gestion du risque, il nous fallait consolider Hubbard rapidement et nous n’avions pas suffisamment de capacité pour le faire seuls. Et ce qui importait, c’était de trouver le meilleur intérêt pour l’entreprise et ses salariés, pour les clients et les filières et aussi pour notre groupe. La proposition d’Aviagen nous a paru la plus élégante sur ces trois critères. Que Hubbard soit conservée dans son intégrité et non démantelée était pour nous fondamental. Nous transmettons une entreprise dont la continuité est assurée. »
Les difficultés de Hubbard ont-elles eu un impact sur vos autres activités génétiques ?
F. G - « Non. Les activités palmipèdes (Grimaud Frères sélection) et ponte (Novogen) ont été moins pénalisées. Les palmipèdes sont plus localisés, avec d’un côté l’Europe de l’Ouest et de l’autre l’Asie où nous avons des implantations (Chine et Vietnam). Avec deux produits ponte, Novogen a un modèle économique plus léger. Malgré ses 90 % de ventes hors de France, les risques ont été minimisés avec des GP aux Pays-Bas, Brésil, USA. Novogen a continué à se développer fortement. »
Que devient le groupe Grimaud sans Hubbard ?
F. G - « Nous sortons du segment poulet de chair par pragmatisme, mais nous continuerons à croître en ponte, en palmipèdes, en lapins (avec une alliance stratégique récente), sans parler du porc et de la crevette. Dans les semaines à venir, nous déconnecterons Novogen du réseau Hubbard (Brésil, USA). Notre groupe a encore beaucoup de projets de développement. »
Quels sont vos principaux motifs de satisfaction avec Hubbard ?
F. G - « Nous transmettons une entreprise pour en solidifier l’avenir. Ces dix ans ont été très constructifs. Quand nous avons repris Hubbard en 2005, l’entreprise perdait beaucoup, notamment après des problèmes de leucose. Nous l’avons redressée et restructurée aux USA et en France. La R & D a été relancée. Hubbard s’est implanté et bien développé au Brésil. Nous avons fait une forte croissance en Asie. Et depuis trois ans, nous étions à la pointe du développement sur le segment du poulet premium des souches colorées différenciées. »
Qu’auriez-vous aimé réaliser ?
F. G - « Nous n’avons pas réussi à développer pour l’Europe un produit conventionnel au niveau attendu, sachant que nous étions mis en comparaison avec Aviagen. Nous étions en voie d’amélioration, mais pas assez vite. »
« L'entreprise Hubbard transmise par réalisme »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

L’influenza aviaire est hors de contrôle en Hongrie
Un sérotype H5N8 hautement pathogène de l’influenza aviaire a très largement diffusé dans le sud-ouest de la Hongrie, alors que…
Tristan Poincloux parle de P5 (5ème bâtiment) pour désigner sa nouvelle chaufferie à biomasse. " C'est comparable en matière d'investissement, de longévité et de rentabilité, mais avec beaucoup moins de temps passé." © P. Le Douarin
Avec sa chaudière à biomasse, Tristan Poincloux recherche de meilleures performances dans son poulailler
Spécialisé en poulet standard, Tristan Poincloux a investi pour réduire son coût de chauffage, mais aussi pour améliorer les…
La voile repose sur un réseau de câbles tendus entre des poteaux latéraux à 4 mètres du sol © Deltex
Une volière pour protéger les canards mulards
Dans la Vienne, les frères Mitteault ont fait installer une volière pour leurs canards élevés en plein air, afin d’éviter de les…
Poulette non épointée en volière : il est important que les poulettes puissent appréhender au mieux leur environnement dès le jeune âge. © P. Le Douarin
Les conseils de l’Itavi pour limiter les risques de picage entre poules pondeuses
Le projet de recherche appliquée Casdar Epointage a permis d’élaborer un guide technique qui propose des actions pour limiter l’…
Nouvelle éleveuse et ex-formatrice, Lucie Gantier fait profiter la filière œuf de sa maitrise de la communication positive sur les réseaux sociaux. © V. Bargain
« Le Covid-19 donne aux éleveurs une occasion de communication positive sur l’élevage avicole »
Pour Lucie Gantier, éleveuse de poules pondeuses plein air très engagée sur les réseaux sociaux, la crise sanitaire actuelle peut…
Éleveur et visiteur doivent se laver les mains soigneusement avant de revêtir l'équipement (charlotte, cotte et bottes) pour entrer dans la zone de vie des volailles. © Claire Jacquinet et Amandine ...
Règles de biosécurité : comment visualiser l’efficacité du lavage des mains
Grâce à une méthode pédagogique visuelle et pragmatique, une vétérinaire et une technicienne donnent un coup de jeune aux…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)