Aller au contenu principal

« Produisons local pour pérenniser nos abattoirs gersois »

Impacté par la volatilité des prix et la concurrence exacerbée sur le marché aval, Avigers continue de s’adapter pour conserver son identité.

Christian Laforêt, Président de l’ODG Avigers : « Faire tourner nos outils 
de transformation à plein régime est vital ».
Christian Laforêt, Président de l’ODG Avigers : « Faire tourner nos outils
de transformation à plein régime est vital ».
© X. Cresp

. Comment situez-vous les labels gersois dans le contexte général de la filière volaille ?


Christian Laforêt - Nous devons faire face à l’émergence d’une concentration des metteurs en marché vers la grande distribution. Elle se traduit par des simplifications logistiques et écono-miques pour une meilleure rentabilité. Notre organisation gersoise a misé sur un partenariat avec des groupes coopératifs régionaux, qui a permis la création de Fermiers du Sud-Ouest (FSO). La mutualisation des outils de transformation pose Avigers en grand acteur régional qui bénéficie désormais d’un opérateur de dimension nationale.

 


.  La concentration industrielle implique-t-elle une remise en cause ou une simplification des labels ?


C. L. - La raison d’être des labels réside dans leur qualité de production et la valorisation de la notoriété du terroir d’origine. La trentaine d’IGP avicoles transmet une identité au consommateur. L’IGP Poulet du Gers fait partie du peloton de tête des signes de qualité reconnus au-delà de son bassin d’origine. Cette forme de communi-cation garde tout son intérêt.



. L’identifiant ‘Gers’ a-t-il un avenir face à un terme ‘Sud-Ouest’  ?


C. L. - Le mot Gers représente une forte identité auprès du consommateur. Nous nous attacherons de plus en plus à communiquer sur notre produit et sur nos élevages. Une campagne de communication à double détente verra le jour prochainement pour mettre en avant nos valeurs. Avigers cale sa stratégie sur celle de FSO. Le Gers ne peut pas prétendre se hisser seul au niveau national, mais son volume de production (100 000 têtes/semaine) lui permet d’intervenir au sud de la ligne Bordeaux-Lyon. La marque Saint-Sever, productible sur toute la zone Sud-Ouest apporte une dimension



.  Avec un pouvoir d’achat en baisse, le modèle économique du label rouge est-il durable ?

 


C. L. - Depuis longtemps, nous travaillons, de façon discrète mais continue, à garantir une qualité de produit, à animer nos réseaux de vente, et faire évoluer nos marques. Les mises en place du Poulet fermier du Gers se maintiennent car nous collons à la demande. La notion de prix intervient moins que sur le poulet standard dont FSO assure la production et la commercialisation.

 

. Concernant la production de poulet standard, où en êtes-vous dans le Gers ?

 


C. L. - Je vous réponds en tant que président du Pôle animal de la coopérative Vivadour, à l’origine de ce projet important pour l’avenir de la filière avicole de notre département. Je rappelle le projet : créer des élevages pour fournir l’abattoir de Condom, et permettre à cette unité de tourner à plein régime avec de la production locale pour satisfaire la demande. Vingt nouveaux bâtiments standard sur cinq sites permettront de conforter la légitimité des deux abattoirs du Gers, et d’assurer un volume plaçant le Gers parmi les leaders en produits multigammes. La mise en place de ces unités de production a connu un démarrage difficile, lié certainement à un manque de connaissance des enjeux du marché chez nos détracteurs. À ce jour, deux sites de quatre bâtiments sont en activité et donnent des résultats très satisfaisants. Les tensions sont apaisées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Thierry Poincloux sur le merlon en terre masquant son élevage. Sur cette parcelle idéalement placée, rien ne laissait présager une opposition malgré tout restée limitée.
« Ne jamais préjuger de la facilité à monter un projet de poulailler»
Tristan Poincloux a défendu bec et ongles son autorisation d’exploiter face à un adversaire déterminé. Il est aujourd’hui…
Le premier site a été installé avant l'été en Loire Atlantique sur un parcours de canards .
Un nouvel agrivoltaïsme sur les parcours de volailles
Associant agroforesterie et photovoltaïque, la jeune société NovaFrance Energy fait le pari de séduire les éleveurs de plein air…
Chaque circuit d'assiettes en boucle compte deux descentes d'aliment pour une meilleure régularité de la distribution.  © A. Puybasset
Une vaste poussinière de 3200 m2 pour futurs repros chair
À l’EARL Chevillard, le bâtiment neuf, dynamique et obscur, est équipé pour atteindre une parfaite maîtrise de l’homogénéité des…
Les appréhensions légitimes du voisinage peuvent être aplanies par de patients efforts de communication en amont du projet de création ou d'extension.
Communiquer sur son projet d’élevage
De nombreux projets de créations ou d’extensions d’élevages génèrent des inquiétudes dans leur voisinage, lesquelles peuvent…
Défense de l'élevage : l’Anvol appelle les Français à se mobiliser pour les volailles françaises
L’interprofession de la volaille française (Anvol) appelle tous les acteurs de la société française à soutenir le secteur…
Apprécier le niveau de souffrance et la capacité à recouvrer assez vite un état quasi normal.
Comment décider de la mise à mort des volailles
L’Itavi et le monde vétérinaire, représenté par la SNGTV, ont édité un arbre décisionnel, qui permet à l’éleveur confronté à un…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)