Aller au contenu principal

Poule pondeuse : Piéger le pou rouge pour évaluer sa population 

Outils de surveillance du niveau d’infestation et de suivi de l’efficacité des mesures de contrôles, les pièges à poux doivent être bien positionnés dans le bâtiment et relevés régulièrement.

Le pou rouge est particulièrement dur à traquer ! Ce minuscule parasite ne vit pas sur son hôte, la poule pondeuse. Il se déplace uniquement la nuit pour se nourrir de son sang et se cache durant la journée dans la multitude de petits interstices présents dans le bâtiment.

Lire aussi :« Faire converger les solutions de lutte contre le pou rouge en poule pondeuse »

Lorsque les grappes de poux deviennent visibles, il est déjà trop tard pour éviter l’infestation. Elles représentent la partie émergée de l’iceberg. En outre, Dermanyssus gallinae a un cycle de reproduction très court en conditions optimales, proches de celles rencontrées en poulaillers (7 jours, à 25-30°C et 70 % d’humidité).

 

 
Score d'infestation élevé du piège tube PVC et bois © Itavi
Suivre l’évolution de la population de poux dès la mise en place du lot de poules pondeuses est donc essentiel pour déterminer le moment opportun des mesures de contrôle et optimiser leur efficacité. « C’est un point clé de la lutte intégrée contre le pou rouge », souligne le groupe de recherche européen MiteControl qui vient de publier plusieurs guides techniques sur la gestion du pou rouge, dont un sur le monitoring des populations.

 

Plusieurs types de pièges

Le suivi des populations peut être réalisé à l’aide de pièges à poux répartis dans la structure du poulailler. Il en existe de nombreux types, les plus couramment utilisés par les éleveurs étant composés d’un tube en PVC dans lequel est inséré un bâton de bois ou un carton alvéolé enroulé sur lui-même. Ils conviennent à tous les types d’élevage, y compris en volière et au sol. La méthode du ruban adhésif bleu, replié et fixé sur le fil à œufs, est une méthode simple et peu coûteuse, réservée aux bâtiments en cages aménagées. « Les poules ne doivent pas avoir accès au ruban car elles pourraient l’endommager », a précisé Geoffrey Chiron, de l’Itavi lors d’une visioconférence organisée par les partenaires du projet.

Placés sur les lieux de passage des poux

Le bon emplacement des pièges est déterminant. Ils sont positionnés sur le chemin d’accès des poux aux poules et près des zones de nichage : dessous des perchoirs, joints de la structure… « Il est conseillé d’installer au minimum douze pièges par bâtiment, bien répartis en longueur, largeur et hauteur et en fonction des zones plus à risques constatées par l’éleveur. » Il faut respecter un écart d’au moins deux mètres entre deux pièges et ne pas les installer près des grappes de poux. « Après son repas, le pou risque de se nicher dans la grappe plutôt que dans le piège. » Les pièges sont numérotés et localisés sur un plan pour faciliter le suivi en cours de bande et d’un lot à l’autre. Ils sont relevés tous les sept jours. « Il est important d’enregistrer à chaque fois les observations de poux (absence/présence, score de notation de 1 à 4-5, comptage). Cela permet de mieux comprendre à quel rythme et où les poux se développent en premier et d’ajuster l’emplacement des pièges », poursuit Jon Walton d’ADAS au Royaume-Uni.

 

 
Jon Walton d'ADAS au Royaume-Uni :" Il faut respecter un écart d’au moins deux mètres entre deux pièges et ne pas les installer près des grappes de poux." © capture MiteControl

 

Pour aider à interpréter les résultats, le groupe MiteControl propose une grille d’évaluation du niveau d’infestation (faible, moyen, fort) selon le type de piégeage utilisé (voir tableau). Le seuil d’infestation est toutefois assez subjectif et diffère d’un élevage à l’autre. C’est avec l’expérience d’une bande à l’autre et un suivi régulier que l’éleveur pourra juger du bon moment pour mettre en place des mesures de contrôle.

 

 

Il est aussi possible de monitorer le pou sans piège, en surveillant des zones d’un mètre carré de structure bien identifiées, mais cette méthode demande du temps et de l’entraînement et est moins sensible que les pièges (les poux sont en général détectés trop tardivement).

Il existe par ailleurs une méthode scientifique pour mesurer précisément la population de poux mais elle n’est pas envisageable en routine en élevage. Basée sur l’utilisation du piège AviVet, elle consiste à réceptionner les poux dans un sac en plastique, à les congeler durant 48 heures puis à les peser.

Vers une surveillance automatisée

A moyen terme, le monitoring par camera infrarouge devrait en revanche devenir accessible aux éleveurs. Développé dans le cadre du projet MiteControl, il est basé sur l’enregistrement toutes les dix secondes de l’activité des poules durant la nuit à l’aide d’une caméra positionnée en hauteur. Lors d’une infestation par les poux, les poules sont beaucoup plus agitées et dorment peu. « Une version commerciale de cette méthode comprenant une application d’alerte du niveau d’activité sera disponible d’ici deux ans », a précisé Sam Willens, de l’université KU Leuven en Belgique. Elle sera aussi utile pour mesurer le comportement de picage.

Astuce

Deux heures après l’extinction des lumières, retournez dans le bâtiment à l’aide d’une lampe torche pour observer les perchoirs, les barres de fixation et les poules. Les poux rouges étant plus actifs, ils seront aussi plus faciles à repérer.

Partenaires

Projet MiteControl : Institut belge Experimental Poultry Center, université de Paul Valéry de Montpellier, université hollandaise KU Leuven, Itavi, Adas (Royaume-Uni), Koppert (Pays-Bas), Belgabroed (Belgique). Financement Feder Interreg Europe du Nord-Ouest

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Ouverture des demandes pour le dispositif d'aide alimentation animale pour les intégrateurs en volaille
Le guichet FranceAgriMer pour l’indemnisation exceptionnelle des surcoûts alimentaires à verser aux éleveurs via leurs opérateurs…
Grippe aviaire : mortalités préoccupantes dans l’avifaune marine
Des milliers d’oiseaux marins sont retrouvés morts et porteurs de virus influenza aviaire sur les côtes de la Manche, ainsi que…
Julien Leballeur : «Ce perchoir fait maison est très facile à nettoyer et à déplacer, peu coûteux et fonctionne bien pour les lots de poulet à croissance intermédiaire. »
À la recherche du perchoir optimal en volailles de chair
Julien Leballeur a testé plusieurs types de perchoirs avant de concevoir un modèle, adapté aux poulets à croissance intermédiaire…
Loire-Atlantique : les éleveurs indépendants de volailles fermières se structurent
Le 2 juin 2022 a été créée l’association Sauve qui poule 44 qui réunit des éleveurs de volailles plein air de Loire-Atlantique…
L'interdiction de traiter en permanence contre les rongeurs dans les exploitations agricoles se heurte aux exigences contradictoires de la sécurité sanitaire et des coûts.
Lutte contre les rongeurs : l’appâtage permanent sur la sellette
La réglementation sur l’usage professionnel des rodenticides s’est fortement durcie depuis plusieurs années, notamment avec l’…
Entré dans les années 80 dans le groupe cofondé par sa famille, Denis Lambert lâche la barre à 63 ans pour la passer au costarmoricain  Philippe Gelin, non issu du giron des actionnaires familiaux
Groupe LDC : carton plein en 2021-2022 et fortes ambitions d'ici 2027
Après 21 ans à la tête de LDC, Denis Lambert passe la main sur des résultats records. Son successeur Philippe Gélin a en partie…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)