Aller au contenu principal

Ovoteam revisite l’œuf à la coque

Après deux ans de mise au point, la société Ovoteam a lancé Coq’œuf Ovipac, un œuf à la coque sans coquille destiné aux marchés de la restauration collective, innovation à la fois en termes de produit et de services.

Sur la chaîne de fabrication, 
les coquetiers remplis exclusivement d’un œuf entier vont subir un operculage et
une pasteurisation. Le projet Coq’œuf a mis deux ans à éclore.
Sur la chaîne de fabrication,
les coquetiers remplis exclusivement d’un œuf entier vont subir un operculage et
une pasteurisation. Le projet Coq’œuf a mis deux ans à éclore.
© P. Le Douarin

Fabriquer industriellement des œufs à la coque sans leur coquille, c’est possible. Ovoteam a mis au point un process  industriel de cuisson dans des coquetiers en polypropylène. « Coq’œuf est une réelle innovation de rupture, estime Patrick Aulard, le responsable de l’activité ovoproduits élaborés. Vis-à-vis de ses clients, Ovoteam est de plus en plus engagée dans une démarche de services, qui consiste à créer le produit qui répond à un besoin très précis et parfois à une attente non exprimée. »
Pour François Besse, directeur commercial du secteur RHD, le marché potentiel est bien réel. Avec le durcissement de la réglementation sanitaire, l’œuf coquille a disparu des cuisines de la restauration collective. Le législateur a purement et simplement banni l’œuf pour supprimer le risque de contamination par les salmonelles. Quitte à empêcher certains consommateurs — personnes âgées, malades et enfants — de se faire plaisir en faisant des mouillettes et de profiter pleinement d’un nutriment de grande valeur. L’autre constat du service marketing d’Ovoteam était d’ordre pratique. En restauration collective, le temps passé à préparer et casser un œuf coque prêt à consommer devient rapidement rédhibitoire.
Il ne restait plus qu’à mettre au point la méthode et les paramètres de cuisson pour obtenir un blanc coagulé avec un jaune coulant tout en étant pasteurisé, à trouver le bon contenant, à définir le cahier des charges des œufs idéaux, à mettre au point le procédé industriel, à trouver la meilleure façon de manipuler et de transporter un produit semi-liquide, à écrire comment mettre en œuvre le Coq’œuf dans les cuisines, à le tester en grandeur nature à l’hôpital Mondor de Créteil. Tout ce travail a été réalisé avec les ressources pluridisciplinaires (recherche-développement, achats, méthode et process) d’Ovoteam en partenariat avec l’amont de la filière œuf.

Un secret très bien gardé


Ce travail d’équipe s’est conclu par le dépôt d’un brevet, mais surtout par le lancement d’une ligne de production sur le site de Naizin (Morbihan). Pour des raisons de confidentialité, Patrick Aulard reste aussi discret que possible sur les détails techniques. Il compte ainsi garder une longueur d’avance sur la concurrence.
Sur le papier, le procédé est simple. Les œufs sont cassés puis transférés dans un coquetier sans aucun additif ajouté. Un traitement thermique spécialement développé permet d’obtenir un produit avec une date limite de consommation de 30 jours et une garantie de destruction des salmonelles.
En pratique, le process nécessite des œufs d’un certain type génétique, d’un calibre fixe (poids du Coq’œuf : 55 g), et surtout très homogène. C’est normal, pour obtenir un résultat final régulier (jaune coulant et blanc cuit à point). La fraîcheur est un critère important, afin qu’avant cuisson le jaune soit bien positionné dans la coupelle.
Après le réchauffage au four vapeur, au bain-marie, au chariot chauffant ou au micro-ondes du produit pasteurisé et prêt à l’emploi, le consommateur déguste un Coq’œuf dont le goût et la consistance sont semblables à ceux d’un œuf coque fait maison.

Garantir la persistance d’un jaune coulant est important dans les systèmes hospitaliers de liaison froid-chaud. Deux heures de séjour dans un bain-marie à 60 °C n’altèrent pas la texture, car la température de coagulation (63 °C) n’est pas dépassée à cœur. De plus, le coquetier et le blanc protègent le jaune d’une température de chauffe trop forte. « Les premières livraisons ont commencé au mois de mai », précise Patrick Aulard. La montée en puissance des ventes se fait progressivement avec la découverte du produit dans les crèches, les écoles, les hôpitaux, les maisons de retraite… Avec un prix d’achat moyen de l’ordre de 45 centimes l’unité, cela vaut le coup de faire plaisir à ses pensionnaires. « Nous avons aussi l’intention de trouver d’autres débouchés, comme les stations d’autoroute, les plateaux repas pour enfants… »

Quatre sites industriels

 

Pour ses produits transformés, Ovoteam détient quatre usines comportant chacune des lignes de production spécialisées par famille de produits :

. À Ambrières-les-Vallées (Mayenne), les produits liquides en grand conditionnement (10 kg à 25 t) destinés à l’industrie agro-alimentaire.

. À Auneau (Eure-et-Loir), les omelettes et les œufs brouillés.

. À Naizin (Morbihan), les œufs au cœur coulant pochés nature ou pochés moulés et les œufs à la coque.

. À Plaintel (Côte-d’Armor), des œufs liquides en petit conditionnement, des produits secs, des œufs cuits (durs, neige, dessert) et des préparations pour les professionnels : « appareils » pour fabriquer des œufs brouillés ou des quiches.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Thierry Poincloux sur le merlon en terre masquant son élevage. Sur cette parcelle idéalement placée, rien ne laissait présager une opposition malgré tout restée limitée.
« Ne jamais préjuger de la facilité à monter un projet de poulailler»
Tristan Poincloux a défendu bec et ongles son autorisation d’exploiter face à un adversaire déterminé. Il est aujourd’hui…
Le premier site a été installé avant l'été en Loire Atlantique sur un parcours de canards .
Un nouvel agrivoltaïsme sur les parcours de volailles
Associant agroforesterie et photovoltaïque, la jeune société NovaFrance Energy fait le pari de séduire les éleveurs de plein air…
Chaque circuit d'assiettes en boucle compte deux descentes d'aliment pour une meilleure régularité de la distribution.  © A. Puybasset
Une vaste poussinière de 3200 m2 pour futurs repros chair
À l’EARL Chevillard, le bâtiment neuf, dynamique et obscur, est équipé pour atteindre une parfaite maîtrise de l’homogénéité des…
Les appréhensions légitimes du voisinage peuvent être aplanies par de patients efforts de communication en amont du projet de création ou d'extension.
Communiquer sur son projet d’élevage
De nombreux projets de créations ou d’extensions d’élevages génèrent des inquiétudes dans leur voisinage, lesquelles peuvent…
Défense de l'élevage : l’Anvol appelle les Français à se mobiliser pour les volailles françaises
L’interprofession de la volaille française (Anvol) appelle tous les acteurs de la société française à soutenir le secteur…
Apprécier le niveau de souffrance et la capacité à recouvrer assez vite un état quasi normal.
Comment décider de la mise à mort des volailles
L’Itavi et le monde vétérinaire, représenté par la SNGTV, ont édité un arbre décisionnel, qui permet à l’éleveur confronté à un…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)