Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Où injecter l’autovaccin ORT en dinde

Une étude montre que l’autovaccin ORT de la dinde pourrait être administré sur d’autres régions anatomiques que le cou.

L’autovaccin est classiquement injecté en sous cutanée dans le pli du cou, à la base dorsale. © A. Puybasset
L’autovaccin est classiquement injecté en sous cutanée dans le pli du cou, à la base dorsale.
© A. Puybasset

La zone anatomique de la dinde dans laquelle est injecté l’autovaccin ORT de Biovac n’a pas d’impact sur la réponse immunitaire, ni sur la prise de poids ultérieure. C’est ce qui ressort d’un essai en élevage mené en 2018 sur 190 dindons, vaccinés au niveau de la queue, du dos, de la face postérieure du crâne ou du cou (en sous-cutané ou intramusculaire). « L’essai fait suite au constat de cous tordus (torticolis) et d’hétérogénéité de poids dans plusieurs élevages ayant reçu un autovaccin ORT en 2017-2018 », rapportent les vétérinaires Driss Hanib et Claude Melet, Pierre Benoît et Sylvain Sauvage du groupe Michel et Stéphanie Castagnos, de Biovac. Classiquement, l’autovaccin est administré en sous-cutané, dans le pli du cou à la base dorsale, une zone présentant un risque en cas de mauvaise injection. L’étude a mesuré l’impact de la zone d’injection sur le risque d’apparition de lésions, sur la prise vaccinale et la facilité de mise en œuvre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Le groupe volailler LDC candidat au rachat de Ronsard
Le groupe Eureden a entamé des négociations exclusives pour la vente de ses actifs industriels avicoles Ronsard au groupe LDC,…
Nouvelle éleveuse et ex-formatrice, Lucie Gantier fait profiter la filière œuf de sa maitrise de la communication positive sur les réseaux sociaux. © V. Bargain
« Le Covid-19 donne aux éleveurs une occasion de communication positive sur l’élevage avicole »
Pour Lucie Gantier, éleveuse de poules pondeuses plein air très engagée sur les réseaux sociaux, la crise sanitaire actuelle peut…
Les poules colorées destinées aux petits producteurs sont élevées avec le même soin que celles destinées aux circuits longs. © Groupe Michel
Le groupe Michel cible les éleveurs de poules bio en vente directe
Avec LV’Direct, le groupe Michel lance une nouvelle offre de produits et de services spécifiquement destinée aux producteurs d’…
Éleveur et visiteur doivent se laver les mains soigneusement avant de revêtir l'équipement (charlotte, cotte et bottes) pour entrer dans la zone de vie des volailles. © Claire Jacquinet et Amandine ...
Règles de biosécurité : comment visualiser l’efficacité du lavage des mains
Grâce à une méthode pédagogique visuelle et pragmatique, une vétérinaire et une technicienne donnent un coup de jeune aux…
Les aérothermes soufflent un air à chaud à 80 cm du sol et contribuent à assécher la litière.  © A. Puybasset
Un poulailler performant avec chaudière à bois
Patrick et Frédéric Riou ont équipé leur bâtiment neuf de 2100 m2 d’un chauffage par aérothermes, pour mieux maîtriser…
« Je suis plutôt fier du travail qui a été mené collectivement par les membres de nos filières avicoles qui se sont adaptés à une situation inédite » © P. Le Douarin
[Covid-19] « Les filières volailles de chair sont unies pour affronter la crise, mais certaines ont de grosses difficultés », explique l'Anvol.
Jean-Michel Schaeffer, le président de l’interprofession des volailles de chair (Anvol) dresse un premier bilan à chaud, avec…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)