Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Orvia sélectionne la mouche soldat noire

S’inspirant de son savoir-faire avicole, le groupe Orvia s’est lancé dans l’amélioration génétique de la mouche soldat.

La mouche soldat noir est l'insecte le plus élevé à des fins d'alimentation animale
© Cycle Farms

Benoît Gourmaud, PDG du groupe familial d’accouvage et de sélection, a fait le choix de se lancer dans la génétique de la mouche soldat voici deux ans. En effet, le canard et l’insecte ont des points communs : de l’ADN, des gènes, une reproduction sexuée avec des œufs, des larves ou des canetons autonomes de leurs parents. « L’élevage des insectes est une filière émergente qui est peut-être promise à un grand avenir, un peu comme le furent les volailles, explique-il. Les travaux sur la génétique des insectes sont embryonnaires, un peu comme celle du canard dans les années soixante-dix. » L’autre motivation du PDG d’Orvia, c’est que l’élevage de la mouche soldat « a tout d’un modèle économique vertueux et durable ».

Gagner trois à quatre ans de recherche-développement

Benoît Gourmaud a voulu rester sur son métier de prédilection, celui de la génétique, laissant à d’autres le soin d’élever et de valoriser les insectes. Fin 2017, il s’est donc associé à Cycle Farms, une start-up fondée en 2015 par deux jeunes ingénieurs agronomes avec lesquels il partage la même vision. « Sans cela, il nous aurait fallu plusieurs années pour identifier les enjeux et acquérir les compétences. C’est le temps qu’il faudra pour passer à l’échelle industrielle. » Devenu actionnaire de Cycle Farms, Orvia réalise l’amélioration génétique, mais n’intervient pas dans la marche de l’entreprise. La start-up a un pied près d’Angers et l’autre au Ghana. Le site français abrite la R & D, tandis que la base africaine constitue l’usine-pilote. L’implantation a été choisie notamment en raison d’un gisement très important et régulier en déchets de fruits (mangues, ananas…) et de la présence d’une activité aquacole (tilapia et silures) assurant un débouché immédiat.

Éprouver sur pièces le modèle économique

L’usine combine la reproduction dans des volières, l’élevage avec les déchets de fruits, la fabrication de farine et d’huile, puis la fabrication d’aliments aquacoles. « Pour convaincre les utilisateurs de l’intérêt des insectes et pour en garder la maîtrise, Cycle Farms devait aller jusqu’à l’aliment », justifie Benoît Gourmaud. Elle a démarré en avril 2019 avec de l’aliment conventionnel. L’incorporation d’issus de larves a commencé l’été dernier et se fera progressivement. L’objectif est de produire 5 000 tonnes d’aliment avec 200 tonnes d’issus de larves par an. « Nous sommes en train d’identifier les points de valeur de cette chaîne de production, intermédiaire entre le laboratoire et l’industrie. » Ce site préindustriel ne préjuge pas de ce que sera le futur modèle de production, ni où il se fera. Une fois défini, il a vocation à être dupliqué au moins dans les zones chaudes de production aquacole. « Nous passerons à cette étape si et seulement si nous prouvons que l’activité est rentable et qu’elle finance la sélection. Notre développement sera plus lent qu’en levant des fonds auprès d’investisseurs, mais il sera plus sûr, soutient le PDG. Nous devrons aussi prouver que nos mouches améliorées seront plus intéressantes que celles issues d’une sélection massale et d’auto-renouvellement. Avec des insectes à cycle de vie court élevés en grand nombre, le sanitaire et la consanguinité sont très importants à maîtriser. »

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Le 19 mars dans un supermarché de Bretagne, les linéaires étaient à nouveau bien remplis © P. Le Douarin
Les filières avicoles font face au tsunami du Covid-19
Depuis l’entrée en vigueur du confinement, les chaînes d’approvisionnement avicoles s’adaptent au bouleversement des débouchés et…
De nouveaux foyers d’influenza H5N8 HP sur des volailles en Allemagne, Bulgarie et Pologne
Les 12 et 13 mars, l’OIE a annoncé un foyer d'influenza aviaire H5N8 HP en Allemagne et six en Pologne
Florian Palluet mise sur la performance technique et énergétique, avec son poulailler de 1680 m2.  © A. Puybasset
Un bâtiment de volailles de chair équipé pour gagner en technicité
Florian Palluet a investi dans un poulailler de chair à extraction haute Skov. Dans ses choix d’équipements, il a donné la…
« Tous les coronavirus sont hautement transmissibles » , explique Béatrice Grasland, de l'Anses de Ploufragan
Béatrice Grasland, de l'Anses de Ploufragan, se veut rassurante sur la non-implication des animaux domestiques dans la…
Un troisième foyer d’influenza aviaire H5N8 HP découvert en Allemagne du nord
Un troupeau de dindes reproductrices porteur d’un sérotype H5N8 hautement pathogène a été éliminé le 21 mars à Dornum, près de la…
Les filières avicoles sur le pont face à la crise du coronavirus
L’ensemble des filières de production de volailles se mobilise pour nourrir les français pendant la crise.
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)