Aller au contenu principal

Orvia reprend Caringa en douceur

Faute d’accéder à certaines ressources génétiques, Hendrix Genetics vend ses activités d’accouvage de poussins, en commençant par ses outils du nord de la Loire.

Comme en poulet conventionnel, le marché français du poussin coloré est majoritairement fourni par une marque, elle aussi détenue par le groupe de sélection EW.
© A. Puybasset

Fin janvier, les groupes Hendrix Genetics et Orvia ont signé un accord de cession d’actifs de Caringa à Orvia couvoirs Blanchard. La vente sera effective au 1er octobre. Cette transition en douceur permet la poursuite des ventes, ainsi que les transferts de personnel et de contrats avec les producteurs d’œufs à couver. L’accord prévoit la cession du couvoir du Pin (ex Gauguet) en Loire-Atlantique et du couvoir de Volnay (ex Sicamen) en Sarthe, ainsi que la reprise de l’activité « poussin coloré » pour les marchés des poulets label rouge et certifiés, et de l’activité « poussin conventionnel ».

Actuellement, Caringa commercialise trois génétiques : Hubbard et Sasso en coloré ; Cobb en conventionnel. Hendrix Genetics se sépare de Caringa faute de pouvoir continuer à utiliser la génétique Hubbard. En effet, Hubbard est en cours de rachat par Aviagen, une filiale du groupe EW elle-même principal concurrent d’Hendrix Genetics en sélection œuf, dinde, porc et poisson. Et EW ne vendra plus de génétique Hubbard à Caringa qui ne pourra maintenir suffisamment d’activité avec les souches Sasso (détenue à 51 % par Hendrix Genetics) et Cobb, toutes deux très minoritaires sur le marché français.

De restructurations encore à venir

Pour Orvia, l’avenir des poussins Cobb (0,2 million éclos par semaine) dépend de la décision du client. L’accouveur est déjà présent sur le marché du poussin conventionnel, avec une production hebdomadaire de 0,9 million poussins Ross Aviagen éclos sur trois sites. Côté coloré, dès son entrée sur ce marché Orvia devrait occuper la position de co leader (avec les Fermiers de Loué produisant pour leur propre compte), avec environ un tiers du marché national. Le groupe vendéen prévoit de vendre 1.2 à 1.3 million de poussins colorés par semaine en 2019. Ils seront incubés à Volnay. De petite capacité (120 000 places), le couvoir du Pin devrait être fermé. Orvia modifiera sans doute le portefeuille repris en privilégiant des produits les plus rentables et les plus demandés et en simplifiant sa gamme. Notamment, en arrêtant les croisements (pas de Hubbard avec du Sasso).

Au final, le pôle Gallus (blanc et coloré) devrait peser 1,8 à 2 millions de poussins par semaine en 2019 et un tiers des ventes du groupe. Également présent en sélection et accouvage de palmipèdes, Orvia devrait atteindre un chiffre d’affaires de 110 millions d’euros avec 620 personnes.

Avec cette première opération de l’année, les cartes de la distribution française des poussins colorés commencent à être rebattues. Car la restructuration de Caringa n’est pas achevée. L’avenir de son pôle Sud-Ouest, avec deux couvoirs détenus avec le groupe Maïsadour (actionnaire à un tiers), est sur la sellette. Il est aussi question de la cession imminente d’un couvoir dans la région Sud-Est et de la création d’un nouvel outil coloré dans le Sud-Ouest…

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Connaitre l'excrétion et les pertes des élevages est un passage obligé pour dimensionner correctement les plans d'épandage
Environnement : vers une baisse des valeurs d’excrétion des volailles
La mise à jour des valeurs d’excrétion azotée et phosphorée des volailles réalisée dans le cadre du 7e plan action…
Jean-Baptiste Michelet termine de racler les restes de fientes après le départ des poules. La compacité et la maniabilité sont aussi appréciées par son épouse Véronique.
Manutention : un mini-tracteur bien utile pour travailler dans une volière
Véronique Michelet a investi dans un mini-tracteur pour décaper le sol avant l’enlèvement de sa bande de poules logées en volière.
Grippe aviaire : toute la Bretagne est placée en zone réglementée
  La circulation active de virus influenza aviaire au sein de l’ensemble de l’avifaune sauvage résidant en Bretagne a conduit les…
L'équarrissage est-il en surchauffe?
Le service de collecte et de traitements des animaux morts en élevage est-il sous dimensionné et/ou inadapté ? C’est ce que…
Philipp Beckhove dans son poulailler, "ITW a été bénéfique pour l'élevage allemand dans son ensemble".
« Nos poulets sont moins substituables, et c’est tant mieux ! »
En devenant éleveur labelisé Initiative Tierwohl (ITW), Philipp Beckhove éleveur en Rhénanie du nord Westphalie n’a pas accru son…
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Le 16 juin, Philippe Juven a quitté la présidence de l’interprofession de l’œuf (CNPO) après une décennie bien remplie. Commencée…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)