Aller au contenu principal

Nutrition animale : trouver le bon système pour l’énergie

La manière de mesurer l’énergie des matières premières influe sur leur hiérarchie dans les outils de formulation

© Inrae

La volaille a tendance à devenir plus grasse quand l’aliment est moins riche en protéines, même si les additifs permettent de conserver le même niveau en acides aminés. Cela révèle l’importance de revoir le mode de calcul des valeurs énergétiques et les limites du système de mesure.

Il est généralement basé sur l’énergie métabolisable apparente (EMA) avec des variantes comme la valeur EMA ajustée pour un bilan azoté nul (EMAn). Celle-ci pénalise les aliments riches en protéines.

Existe aussi la valeur EMA standardisée pour une rétention azotée du poulet (EMAs) basée sur les pertes fécales et urinaires réelles. La diversité des méthodes milite en tout cas pour une standardisation.

Choisir un système d’évaluation de l’énergie impacte en effet la hiérarchie entre les matières premières dans les calculs des formulations d’aliments, tant pour les sources de protéines que pour les sources de matières grasses, ces dernières étant mieux valorisées dans le système Énergie Nette utilisé.

« Des recherches sont encore nécessaires pour proposer un système énergétique pour les volailles qui soit robuste et fiable, estimait Jean Noblet lors de son exposé aux Journées de la Recherche avicole du mois de mars dernier. Il devrait être basé sur la valeur d’énergie nette des aliments, valeur qui est en principe le meilleur estimateur de la valeur énergétique 'vraie' des aliments », tout en reconnaissant qu’il reste encore du chemin à faire pour que le système soit réellement adopté par la filière avicole.

Ajuster les rations grâce à l’analyse rapide des fientes

Analyse spectrographique de matières premières à la station Arvalis de Villerable.Moyennant une calibration, la méthode d’analyse rapide Spir peut permettre de réajuster les formulations à partir des données réelles des matières utilisées plutôt qu’avec des valeurs standards

Arvalis, l’institut de recherche appliquée sur le végétal, a développé la méthode d’analyse de spectrographie proche infrarouge (Spir) en routine. À partir de fientes, Spir détermine la capacité des animaux à digérer les aliments et les matières premières qui les composent.

Des calibrations permettent de prédire la composition en amidon, azote, énergie restants et donc la digestibilité de l’aliment ingéré. « La Spir procure un gain de temps important par rapport aux analyses de référence, plus lourdes et plus coûteuses », explique Maxime Traineau (Arvalis).

L’ajustement des compositions nutritionnelles des rations sera ainsi possible plus rapidement. Ce travail conduit dans la station de Villerable (Loir et Cher) montre que la méthode peut s’appliquer à toutes les souches de poulets et à tous les âges, dès les premiers jours de vie.

 

Les plus lus

David Labbé en action fin janvier sur un barrage filtrant de la RN 12 dans les Côtes d'Armor
Contestations agricoles : « Nous sommes prêts à repartir au combat » explique cet éleveur de volailles

Producteur de poulets lourds en Côtes-d’Armor, David Labbé a largement participé aux mouvements agricoles. L’éleveur syndiqué…

Avec le poulet Label rouge, Corentin Chateignier, ici avec son père Alain, renforce le positionnement qualitatif et original de sa production (asperges, lavandin, truffe, ...
Installation en Beauce : « Je me suis diversifié dans le poulet Label rouge »
D’abord installé grâce à deux poulaillers Label rouge, Corentin Chateignier a récidivé pour conforter la diversification de l’…
Grippe aviaire : quels sont les départements qui vaccinent le plus de canards ?

Le dernier bilan de la campagne de vaccination contre l’influenza aviaire (IA) détaille la répartition géographique de l’…

À Saint-Fulgent, le siège social du groupe Routhiau se trouve à moins de 500 m de l'usine Maitre Coq du groupe LDC.
Industrie de la volaille : L’expansion de LDC se poursuit avec le rachat du groupe Routhiau

Le leader français de la volaille est en négociations exclusives pour la reprise du groupe vendéen Routhiau, spécialisé dans…

Bien-être animal : L’association antispéciste L214 doit cesser de dénigrer la marque Le Gaulois

Assignée en référé par le groupe LDC, l’association antispéciste L214 a été condamnée le 22 février à faire cesser…

La vente directe assure la moitié du chiffre d'affaires du Moulin d'Aubin.
« Nous jouons la complémentarité entre œufs et cultures bio »

Pour maximiser ses revenus, la ferme du Moulin d’Aubin dans la Drôme est passée du poulet conventionnel certifié à la poule…

Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)