Aller au contenu principal

Nombreux cas d’influenza H3N1 en Belgique

Depuis fin avril, plusieurs dizaines d’élevages des Flandres belges ont été atteints par un virus influenza en principe faiblement pathogène.

Élevage de reproducteurs de poulets de chair en France (archives)Mi-mai, plus de 10 % des reproducteurs de Belgique avaient été touchés par H3N1 et abattus  © P. Le Douarin
Élevage de reproducteurs de poulets de chair en France (archives)Mi-mai, plus de 10 % des reproducteurs de Belgique avaient été touchés par H3N1 et abattus
© P. Le Douarin

Du Nord de la France aux Pays-Bas, les professionnels sont en alerte à la suite de la détection croissante de foyers d’influenza aviaire du sous-type H3N1, essentiellement en Flandre occidentale (contiguë à la France). Le premier foyer a été détecté en janvier, dépeuplé par l’exploitant et réinfecté début avril. Puis l’épidémie s’est répandue rapidement. Le nombre de cas s’élevait à 36 le 13 mai, puis à 51 le 27 mai… Le virus est lié à une souche isolée en 2017 aux Pays-Bas sur un oiseau sauvage. Les volailles atteintes sont essentiellement des poules pondeuses ou reproductrices qui ont subi des mortalités importantes (jusqu’à 60 %) et des chutes de ponte. Ce virus est pourtant classé comme faiblement pathogène… Le tableau clinique est variable, en lien avec la présence d’autres virus (Bronchite par exemple). Quelques lots de poulets et dindes de chair ont été touchés. Mi-mai, la valeur de la trentaine de troupeaux touchés était estimée à 10 millions d’euros.

L’Europe tarde à prendre position

Comme il ne s’agit pas d’un virus de sous-type H5 ou H7, l’abattage des lots n’est ni obligatoire, ni indemnisable. Tous les parentaux infectés ont été abattus, mais les producteurs d’œufs de consommation hésitaient à le faire. Sachant que ce virus est inoffensif pour l’homme, les œufs sont commercialisables. Pour inciter à l’abattage, les professionnels ont demandé des aides aux autorités belges qui fin mai attendaient toujours l’accord de l’Union européenne. Afin de tenter de contenir la propagation et le risque de rappariements, des mesures de renforcement de la surveillance et de la biosécurité ont été prises le 20 mai par arrêté ministériel. Sans grand succès. Au même moment, le virus est arrivé en France dans un élevage de poules parentales situé près de la frontière, au nord de Lille. Le lot a été abattu à l’initiative de l’exploitant et la zone circonscrite pour réaliser des enquêtes épidémiologiques. Même si ce virus faiblement pathogène ne remet pas en cause le statut indemne d’influenza donné par l’OIE, certains pays peuvent appliquer des mesures de rétorsion. Mi-mai la Russie a fermé ses frontières aux importations belges.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Filière canard à foie gras : Un rapprochement entre Euralis et Maïsadour ?
Ce 28 juillet, les deux poids lourds coopératifs du sud-ouest annoncent être entrés en discussion pour travailler ensemble sur…
Audrey et Pierre Besançon ont réinvesti 60 000 euros (aides non déduites) dans 90 m2 de fenêtres, afin de continuer à produire après 2025 et en espérant un retour rapide d'investissement. © P. Le Douarin
Lumière naturelle : Audrey et Pierre conseillent de « bien préparer et suivre le chantier de pose des fenêtres »
Engagés dans Nature d’éleveurs depuis deux ans, Audrey et Pierre Besançon ont fait poser des fenêtres dans leurs deux poulaillers…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
L’éclairage naturel s’impose en volaille standard
Mis sous pression depuis 2016, les trois principaux groupes d’abattage demandent à leurs éleveurs d’élever des volailles au…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)