Aller au contenu principal

Nombreux cas d’influenza H3N1 en Belgique

Depuis fin avril, plusieurs dizaines d’élevages des Flandres belges ont été atteints par un virus influenza en principe faiblement pathogène.

Élevage de reproducteurs de poulets de chair en France (archives)Mi-mai, plus de 10 % des reproducteurs de Belgique avaient été touchés par H3N1 et abattus  © P. Le Douarin
Élevage de reproducteurs de poulets de chair en France (archives)Mi-mai, plus de 10 % des reproducteurs de Belgique avaient été touchés par H3N1 et abattus
© P. Le Douarin

Du Nord de la France aux Pays-Bas, les professionnels sont en alerte à la suite de la détection croissante de foyers d’influenza aviaire du sous-type H3N1, essentiellement en Flandre occidentale (contiguë à la France). Le premier foyer a été détecté en janvier, dépeuplé par l’exploitant et réinfecté début avril. Puis l’épidémie s’est répandue rapidement. Le nombre de cas s’élevait à 36 le 13 mai, puis à 51 le 27 mai… Le virus est lié à une souche isolée en 2017 aux Pays-Bas sur un oiseau sauvage. Les volailles atteintes sont essentiellement des poules pondeuses ou reproductrices qui ont subi des mortalités importantes (jusqu’à 60 %) et des chutes de ponte. Ce virus est pourtant classé comme faiblement pathogène… Le tableau clinique est variable, en lien avec la présence d’autres virus (Bronchite par exemple). Quelques lots de poulets et dindes de chair ont été touchés. Mi-mai, la valeur de la trentaine de troupeaux touchés était estimée à 10 millions d’euros.

L’Europe tarde à prendre position

Comme il ne s’agit pas d’un virus de sous-type H5 ou H7, l’abattage des lots n’est ni obligatoire, ni indemnisable. Tous les parentaux infectés ont été abattus, mais les producteurs d’œufs de consommation hésitaient à le faire. Sachant que ce virus est inoffensif pour l’homme, les œufs sont commercialisables. Pour inciter à l’abattage, les professionnels ont demandé des aides aux autorités belges qui fin mai attendaient toujours l’accord de l’Union européenne. Afin de tenter de contenir la propagation et le risque de rappariements, des mesures de renforcement de la surveillance et de la biosécurité ont été prises le 20 mai par arrêté ministériel. Sans grand succès. Au même moment, le virus est arrivé en France dans un élevage de poules parentales situé près de la frontière, au nord de Lille. Le lot a été abattu à l’initiative de l’exploitant et la zone circonscrite pour réaliser des enquêtes épidémiologiques. Même si ce virus faiblement pathogène ne remet pas en cause le statut indemne d’influenza donné par l’OIE, certains pays peuvent appliquer des mesures de rétorsion. Mi-mai la Russie a fermé ses frontières aux importations belges.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Grippe aviaire : Où se trouvent les foyers ? (mise à jour du 01 décembre 2022)
La rédaction de Réussir Volailles vous propose de visualiser sur une carte interactive la localisation des foyers d’influenza…
Décrypter une facture d'électricité
Comment choisir son fournisseur d’électricité pour son exploitation agricole
Signer un nouveau contrat de fourniture d’énergie électrique ne s’improvise pas et ne se décide pas dans l’urgence. Le choix…
Grippe aviaire : opération de « dédensification » lancée dans l’Ouest [mise à jour du 7 décembre]
Pour contrer l’accélération de l’épizootie d’influenza aviaire dans une zone couvrant l’est de la Vendée et l’ouest des Deux…
L'équipement est aux normes d'élevage les plus récentes. Rien ne laisse penser que ce bâtiment a presque 40 ans.
Rénovation d'un poulailler de chair : Les frères Quilleré refont du neuf avec du vieux
Installés fin 2017 en Centre Bretagne, Nicolas et Frédéric Quilleré ont fait le choix de reprendre un site aussi âgé qu’eux pour…
Poule pondeuse : Les ambitions de croissance du couvoir Lanckriet
Basée dans la Somme, la société d’accouvage Lanckriet veut se développer sur l’ensemble du territoire.
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)