Aller au contenu principal

L’Union européenne ferme ses portes aux poulets d’Ukraine, tout en augmentant son quota d’importation

Les autorités européennes ont suspendu les importations de volailles originaires d’Ukraine à la suite du foyer d’influenza H5N8 détecté le 18 janvier 2020.

Un atelier de 100 000 poulets a été détecté positif au H5N8 HP le 18 janvier 2020
© MHP

Hasard du calendrier, deux décisions importantes ont été prises le 22 janvier par les autorités européennes vis-à-vis de l'Ukraine.

Dans la soirée du mercredi, la Direction générale de la santé et de la sécurité alimentaire a informé les autorités vétérinaires ukrainiennes qu’elle suspendait les importations de volailles (mais pas de produits à base d’œufs). A la suite de la confirmation d’un foyer d’influenza H5N8 dans un élevage de poulets du groupe MHP, l’UE considère que l’ensemble du territoire ukrainien ne peut plus être considéré comme indemne de cette maladie. MHP a donc cessé ses expéditions le 23 janvier, tout en poursuivant une activité normale pour le reste de ses activités internes et externes. Le groupe indique que les autorités ukrainiennes travaillent à résoudre la situation par la compartimentation géographique qui n’a pas encore été officiellement validée.

Et, ce même mercredi 22 janvier a été validé le règlement d’exécution qui entérine le surcroît d’un contingent annuel de 50 000 tonnes de viandes, abats, préparations ou conserves de volailles, entrant à droit zéro dans l’UE. Il entre en vigueur le 1er février 2020.

Pour l’année 2020, l’Ukraine pourra donc exporter 20 000 tonnes de viandes et abats, non découpés, congelés et 65 033 tonnes de viandes calculées au prorata.

Pour l’année 2021 , les quotas à droit zéro seront de 20 000 t et 70 000 t.

Des conditions sont imposées aux importateurs, notamment des contingents attribués sur une base trimestrielle (par exemple 8333 t du 1er février au 31 mars) , avec des dates précises de demande de certificats d’importation (par exemple les 7 premiers jours de février pour le premier trimestre) et des volumes fonction des références précédentes (par exemple ne pas augmenter la demande de plus de 25%).

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Connaitre l'excrétion et les pertes des élevages est un passage obligé pour dimensionner correctement les plans d'épandage
Environnement : vers une baisse des valeurs d’excrétion des volailles
La mise à jour des valeurs d’excrétion azotée et phosphorée des volailles réalisée dans le cadre du 7e plan action…
Jean-Baptiste Michelet termine de racler les restes de fientes après le départ des poules. La compacité et la maniabilité sont aussi appréciées par son épouse Véronique.
Manutention : un mini-tracteur bien utile pour travailler dans une volière
Véronique Michelet a investi dans un mini-tracteur pour décaper le sol avant l’enlèvement de sa bande de poules logées en volière.
À Montmeyran, Guillaume Delay a signé une promesse de bail sur 20 ans pour désamianter et solariser les toitures de ses deux bâtiments (1972 et 1988) dans lesquels il élevait des dindes. « L’aide de la région a fait la différence, l’opération ne doit rien me coûter ».
Bâtiments agricoles : Dans la Drôme, le photovoltaïque financera le désamiantage
L’installation de toitures photovoltaïques dans la communauté Valence Romans Agglo va permettre de financer le désamiantage d’…
Élevant 130 000 faisans et 50 000 perdreaux sur 42 hectares de volières à Loubes-Bernac, Pascal Tarrisse a fait recouvrir 8 ha en ombrières photovoltaïques.
Agrivoltaïsme : Des faisans à l’abri d’ombrières photovoltaïques
Dans le Lot-et-Garonne, des ombrières recouvertes de panneaux solaires ont remplacé des volières de la faisanderie des…
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Le 16 juin, Philippe Juven a quitté la présidence de l’interprofession de l’œuf (CNPO) après une décennie bien remplie. Commencée…
Le projet Européen aWISH (« Animal Welfare Indicator at SlaughterHouse » ) va développer des outils de surveillance du bien-être animal en temps réel, tout au long de la chaîne de production jusqu'à l’abattoir.
Recherche et Développement : trois nouveaux projets de l’Itavi
À travers trois nouveaux projets de recherche et développement nationaux et européens, l’Itavi travaille à concilier l’économie…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)