Aller au contenu principal

Synthèse d'essais
L'Itavi valide la technique du compostage bactérien

L’Itavi et la Chambre régionale d’agriculture des Pays de la Loire ont réalisé des essais de compostage du fumier de volailles par ajout de complexes bactériens et ont validé l’efficacité de cette technique alternative aux méthodes de compostages mécaniques.

L’ensemencement par complexe bactérien peut être réalisé sur la litière ou en sortie de fumier. Ici, pulvérisation avec le complexe Bactivor de GBP Environnementsur un mélange de fumier de poulettes et de lisier de lapins.
L’ensemencement par complexe bactérien peut être réalisé sur la litière ou en sortie de fumier. Ici, pulvérisation avec le complexe Bactivor de GBP Environnementsur un mélange de fumier de poulettes et de lisier de lapins.
© P. Le Douarin

L’ajout d’un complexe bactérien au fumier vise à accélérer l’implantation des microorganismes responsables du processus de compostage et de s’affranchir de l’apport d’oxygène réalisé par les retournements ou l’aération pulsée. Certains additifs bactériens existent depuis plusieurs années mais on ne disposait pas jusqu’à présent d’études techniques complètes sur lesquelles s’appuyer pour faire reconnaître cette méthode de compostage. C’est désormais chose faite. Dans son édition de mars, la revue technique Tema de l’Itavi édite la synthèse d’essais de compostage réalisés en partenariat avec la chambre régionale d’agriculture des Pays de la Loire. Ils portent sur deux types de complexes testés en poulet de chair : les produits Bactériolit de Sobac et Filaflor Compost de Filavie. L’inoculum bactérien Bactivor de GBP Environnement a été testé antérieurement et a fait l’objet d’une publication sur le co-compostage (avec des déchets de couvoirs). Quel que soit le produit ensemencé sur la litière ou à la sortie du fumier, les résultats vont dans le même sens. Dès les premiers jours de stockage, la technique permet une montée en température suffisante pour satisfaire la réglementation (température supérieure à 50 °C pendant 6 semaines ou supérieure à 55 °C pendant 15 jours).

Taux de matière sèche proche de 45%

Les analyses bactériologiques confirment l’hygiénisation du produit dès la phase active de compostage (42 jours). Les auteurs préconisent un taux initial de matière sèche du fumier proche de 45 % (apport d’eau nécessaire) et de ne pas dépasser une hauteur d’andain de deux à trois mètres. « La composition chimique des composts obtenus est conforme à la norme d’amendement organique NFU 44-051, précisent- ils. La valorisation agronomique est d’autant plus intéressante que ce procédé semble réduire les pertes de masse d’azote totale et de matière organique par rapport aux procédés de compostage mécanique (meilleur équilibre azote/phosphore). » Cette méthode permet en outre de limiter le temps de travail et l’énergie nécessaire à la mise en oeuvre de procédés de compostage mécaniques. « C’est une technique qui marche bien, résume Claude Aubert, de l’Itavi. La prochaine étape reste sa reconnaissance par l’administration.Un groupe de travail va être constitué à l’initiative de la Dréal Bretagne pour statuer sur les additifs bactériens de compostage. J’invite les fabricants à déposer un dossier complet. »

Une homologation toujours en attente

"Un comité technique légitime, composé d'experts, doit être créé"


La technique du compostage par complexes de microorganismes (bactéries ou champignons) du fumier de volaille n’est à ce jour pas officiellement reconnue par l’administration comme le sont, les méthodes par retournementmécanique et par aération pulsée. Le compostage bactérien a été accepté dans quelques arrêtés d’installation classée, mais dans des conditions d’utilisations particulières et ils sont spécifiques à quelques départements. « L’administration n’est pas du tout fermée à ce type de process, assure Pascale Ferry, inspectrice ressource des installations classées de la Dréal Bretagne. Des éléments de cadrage sont en cours de rédaction. Nous sommes d’accord pour travailler sur une obligation de résultats, tout en ayant des garanties en termes de maîtrise des fuites d’azote (pas d’écoulement, propreté des abords…). » Il s’agira aussi de repréciser les attentes en termes d’équipements, de cahier des charges des fabricants et de traçabilité, et ceci quelle que soit la méthode de compostage. « Il faut harmoniser les pratiques, souligne-t-elle. Les instituts techniques ont accumulé une somme conséquente de résultats concernant les techniques émergentes relatives au compostage. Ce qui manque aujourd’hui c’est la mise sur pied d’un comité technique légitime, composé d’experts, qui puisse se prononcer sur l’innocuité et surtout sur l’efficacité des produits commercialisés. » La Dréal est prête à s’investir, en lien avec son ministère de tutelle, dès lors qu’une demande forte aura été exprimée par la profession agricole.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Thierry Poincloux sur le merlon en terre masquant son élevage. Sur cette parcelle idéalement placée, rien ne laissait présager une opposition malgré tout restée limitée.
« Ne jamais préjuger de la facilité à monter un projet de poulailler»
Tristan Poincloux a défendu bec et ongles son autorisation d’exploiter face à un adversaire déterminé. Il est aujourd’hui…
Le premier site a été installé avant l'été en Loire Atlantique sur un parcours de canards .
Un nouvel agrivoltaïsme sur les parcours de volailles
Associant agroforesterie et photovoltaïque, la jeune société NovaFrance Energy fait le pari de séduire les éleveurs de plein air…
Eclosion à la ferme (concept X-Treck)
Les Pays-Bas passent à l’alimentation précoce des poussins de chair
D’ici septembre 2024, tous les poussins de chair nés aux Pays-Bas devront avoir accès à l’alimentation dans les 36 heures qui…
Défense de l'élevage : l’Anvol appelle les Français à se mobiliser pour les volailles françaises
L’interprofession de la volaille française (Anvol) appelle tous les acteurs de la société française à soutenir le secteur…
Les appréhensions légitimes du voisinage peuvent être aplanies par de patients efforts de communication en amont du projet de création ou d'extension.
Communiquer sur son projet d’élevage
De nombreux projets de créations ou d’extensions d’élevages génèrent des inquiétudes dans leur voisinage, lesquelles peuvent…
La gestion en flux tendu des plannings de ramassage est ressortie comme un point bloquant majeur à l'observance de la biosécurité.
Aider les équipes de ramassage de volailles à intégrer la biosécurité
De bonnes conditions d’accueil, un planning de ramassage bien anticipé et une meilleure communication entre acteurs sont autant…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)