Aller au contenu principal

L’influenza aviaire prend de l’ampleur en Europe

Au 1er décembre, quatorze pays de l’Union européenne ont enregistré la présence de trois sous-types de virus très agressifs de l’influenza aviaire.

L’hécatombe d’oiseaux sauvages migrateurs porteurs de virus de l’influenza aviaire H5, en provenance de l’extrême Europe de l’Est (Sibérie, Kazakhstan) s’est manifestée à partir du mois d’octobre, au moment de la migration descendante.

Ce sont d’abord les zones le long de la Mer Baltique qui ont été affectées. Fin novembre, les autorités allemandes faisaient état de 9600 oiseaux retrouvés morts. Au 29 novembre, 453 oiseaux en Europe (329 en Allemagne) se sont révélés positifs à un virus H5. Cette forte dynamique d’infection a fini par se répandre vers le sud de l’Europe et par toucher les volailles captives (7 foyers) et 33 élevages commerciaux.

Au 1er décembre, quatorze pays sont désormais concernés :

. Allemagne : 11 élevages de volailles et l’avifaune (329 détections) ;

. Belgique : 1 élevage le 25 novembre et l’avifaune (7) ;

. Croatie : 1 élevage le 21 novembre ;

. Danemark : 1 élevage et l’avifaune (51) ;

. Espagne : un faucon pèlerin ;

. France : 3 animaleries et 5 basses cours ;

. Irlande : l’avifaune (5) ;

. Italie : l’avifaune (3) ;

. Norvège : l’avifaune (1) ;

. Pays-Bas : 6 élevages, l’avifaune (42) et des oiseaux captifs (6) ;

. Pologne : 1 ferme de ponte de 930 000 places ;

. Royaume-Uni : 3 élevages, l’avifaune (3) et des oiseaux captifs (1) ;

. Slovénie : l’avifaune (2) ;

. Suède : 1 élevage et l’avifaune (2).

Six pays ont déclaré dans des élevages commerciaux et l’avifaune, trois uniquement en élevage (Croatie, France, Pologne), et cinq pays uniquement dans la faune sauvage.

Des virus ancestraux Égyptiens

Selon le dernier bulletin épidémiologique de la plateforme ESA, tous les foyers commerciaux concernant une diversité de productions ont présenté des signes cliniques. Les mortalités sont variables selon la typologie des élevages. Dans les petits foyers (moins de 1000 oiseaux) regroupant plusieurs espèces, la mortalité moyenne est de 21% (mini à 0 et maxi à 76 %). Au-delà de 1000 individus, la mortalité moyenne chute à 6 % (0.1% à 35%).

Selon une étude menée par la virologue néerlandaise Nancy Beerens, trois sous-types de virus hautement pathogènes ont été détectés : H5N8 en très grande majorité, H5N5 et H5N1. Les analyses génétiques montrent que ce groupe H5 commun est issu du clade 2.3.4.4b. Il est apparenté à des virus H5N8 circulant en Egypte depuis 2017 et non à ceux ayant circulé en Europe de décembre 2019 à juin 2020. Dans le détail, ce groupe comprend 4 génotypes (1 H5N8, 1 H5N1 et 2 H5N5). Les H5N1 et H5N5 sont issus de la recomposition de virus H5N8. Ils ne montrent aucune mutation associée à une adaptation possible aux mammifères et à un risque de transmission à l’Homme.

 

Carte européenne des foyers déclarés à l’OIE (réalisation Réussir Volailles)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Filière canard à foie gras : Un rapprochement entre Euralis et Maïsadour ?
Ce 28 juillet, les deux poids lourds coopératifs du sud-ouest annoncent être entrés en discussion pour travailler ensemble sur…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
L’éclairage naturel s’impose en volaille standard
Mis sous pression depuis 2016, les trois principaux groupes d’abattage demandent à leurs éleveurs d’élever des volailles au…
Concevoir des solutions vaccinales qui permettent de manipuler moins, de vacciner mieux, et de mieux protéger les volailles jusqu’à leur fin de ponte. © A. Puybasset
Comment simplifier le programme de vaccination des poulettes
Le fabricant de vaccins Ceva Santé Animale achève de construire une gamme complète pour les futures poules pondeuses qui réduit…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)