Aller au contenu principal

Les volailles de Loué traverse les crises

Dans une région agricole marquée par la crise bovine et laitière, le modèle économique des volailles de Loué sous signes de qualité constitue un cas à part.

Michel-Edouard Leclerc a félicité le modèle sarthois ayant "anticipé la segmentation de l'offre pour sortir de la dictature du prix", qui pourtant est dans l'ADN du groupe de distribution qu'il représente.
© Volailles de Loué

Commençons par les chiffres, même s’ils sont rares, comme à chaque assemblée générale de la coopérative agricole des fFermiers de Loué. En 2016, les quelque 1 100 éleveurs de Sarthe, Mayenne et cantons limitrophes des départements voisins ont produit 340 millions d’œufs et 31,5 millions de volailles, toutes espèces comprises (notamment du canard gras). Soit un chiffre d’affaires de 311 millions d’euros (+ 5,3 %). Transformé en unités de vente consommateur, « c’est plus de 1,2 million d’UVC par semaine » (NDLR : vendues par LDC), se félicite Yves De La Fourchardière, le directeur de la coopérative. Les chiffres sont en hausse, variable selon les modes d’élevage : 2 à 3 % en œuf label rouge et 7 % en œuf bio (qui pèse environ pour 20 % du volume) ; moins de 1 % en volailles mais 25 % en bio (pour à peine 3 % des volumes). La Cafel accompagne le boom du bio, mais elle reste prudente sur un marché à la demande fluctuante et qui a connu des bas destructeurs de marges. Ce boom est diversement apprécié, soit comme un concurrent de l’œuf label rouge vendu plus cher que le bio, soit comme une montée en gamme et un moyen de valorisation supplémentaire pour le poulet label rouge. En volailles label rouge, la progression de la découpe est notable, soulignant l’évolution des habitudes alimentaires qui pousse les producteurs de Loué et leur partenaire LDC à s’adapter.

Partager les mêmes valeurs avec les consommateurs

Pour les prochaines années, trois lignes directrices ont été rappelées par Alain Allinant le président de la Cafel : l’écoute et l’adaptation au marché pour éviter de le subir, l’accompagnement et la protection des adhérents, enfin l’investissement à poursuivre en amont et en aval. Produire sain et bon n’est plus suffisant pour se démarquer. Les volailles de Loué entendent bien démontrer qu’elles incarnent les nouvelles attentes sociétales, notamment à travers leur partenariat avec un symbole du fast-food. Après les œufs, Mc Do vendra des ailes de poulet label rouge à partir du mois de décembre. Accompagner les adhérents, c’est leur permettre d’obtenir les meilleurs résultats économiques possible. C’est aussi la sécurisation de leurs matières végétales qui sont incorporées dans la filière Loué (contrat « filière confiance »). C’est cette sécurisation qui attire des jeunes (80 l’an dernier) pour reprendre les élevages ou créer de nouveaux sites. Bon an mal an, les éleveurs investissent 8 à 12 millions dans l’amont. Cette année sera marquée par une refonte du site d’abattage Cavol de LDC, dédié aux volailles de Loué. Le groupe sarthois y investit 28 millions d’euros pour moderniser et accélérer le développement de la découpe qui dépasse 30 % des poulets abattus. Et ce n’est pas près de s’arrêter. L’an prochain, les volailles de Loué fêteront leurs 60 ans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Thierry Poincloux sur le merlon en terre masquant son élevage. Sur cette parcelle idéalement placée, rien ne laissait présager une opposition malgré tout restée limitée.
« Ne jamais préjuger de la facilité à monter un projet de poulailler»
Tristan Poincloux a défendu bec et ongles son autorisation d’exploiter face à un adversaire déterminé. Il est aujourd’hui…
Le premier site a été installé avant l'été en Loire Atlantique sur un parcours de canards .
Un nouvel agrivoltaïsme sur les parcours de volailles
Associant agroforesterie et photovoltaïque, la jeune société NovaFrance Energy fait le pari de séduire les éleveurs de plein air…
Chaque circuit d'assiettes en boucle compte deux descentes d'aliment pour une meilleure régularité de la distribution.  © A. Puybasset
Une vaste poussinière de 3200 m2 pour futurs repros chair
À l’EARL Chevillard, le bâtiment neuf, dynamique et obscur, est équipé pour atteindre une parfaite maîtrise de l’homogénéité des…
Les appréhensions légitimes du voisinage peuvent être aplanies par de patients efforts de communication en amont du projet de création ou d'extension.
Communiquer sur son projet d’élevage
De nombreux projets de créations ou d’extensions d’élevages génèrent des inquiétudes dans leur voisinage, lesquelles peuvent…
Défense de l'élevage : l’Anvol appelle les Français à se mobiliser pour les volailles françaises
L’interprofession de la volaille française (Anvol) appelle tous les acteurs de la société française à soutenir le secteur…
Apprécier le niveau de souffrance et la capacité à recouvrer assez vite un état quasi normal.
Comment décider de la mise à mort des volailles
L’Itavi et le monde vétérinaire, représenté par la SNGTV, ont édité un arbre décisionnel, qui permet à l’éleveur confronté à un…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)