Aller au contenu principal
Font Size

Les volailles de Loué traverse les crises

Dans une région agricole marquée par la crise bovine et laitière, le modèle économique des volailles de Loué sous signes de qualité constitue un cas à part.

Michel-Edouard Leclerc a félicité le modèle sarthois ayant "anticipé la segmentation de l'offre pour sortir de la dictature du prix", qui pourtant est dans l'ADN du groupe de distribution qu'il représente.
© Volailles de Loué

Commençons par les chiffres, même s’ils sont rares, comme à chaque assemblée générale de la coopérative agricole des fFermiers de Loué. En 2016, les quelque 1 100 éleveurs de Sarthe, Mayenne et cantons limitrophes des départements voisins ont produit 340 millions d’œufs et 31,5 millions de volailles, toutes espèces comprises (notamment du canard gras). Soit un chiffre d’affaires de 311 millions d’euros (+ 5,3 %). Transformé en unités de vente consommateur, « c’est plus de 1,2 million d’UVC par semaine » (NDLR : vendues par LDC), se félicite Yves De La Fourchardière, le directeur de la coopérative. Les chiffres sont en hausse, variable selon les modes d’élevage : 2 à 3 % en œuf label rouge et 7 % en œuf bio (qui pèse environ pour 20 % du volume) ; moins de 1 % en volailles mais 25 % en bio (pour à peine 3 % des volumes). La Cafel accompagne le boom du bio, mais elle reste prudente sur un marché à la demande fluctuante et qui a connu des bas destructeurs de marges. Ce boom est diversement apprécié, soit comme un concurrent de l’œuf label rouge vendu plus cher que le bio, soit comme une montée en gamme et un moyen de valorisation supplémentaire pour le poulet label rouge. En volailles label rouge, la progression de la découpe est notable, soulignant l’évolution des habitudes alimentaires qui pousse les producteurs de Loué et leur partenaire LDC à s’adapter.

Partager les mêmes valeurs avec les consommateurs

Pour les prochaines années, trois lignes directrices ont été rappelées par Alain Allinant le président de la Cafel : l’écoute et l’adaptation au marché pour éviter de le subir, l’accompagnement et la protection des adhérents, enfin l’investissement à poursuivre en amont et en aval. Produire sain et bon n’est plus suffisant pour se démarquer. Les volailles de Loué entendent bien démontrer qu’elles incarnent les nouvelles attentes sociétales, notamment à travers leur partenariat avec un symbole du fast-food. Après les œufs, Mc Do vendra des ailes de poulet label rouge à partir du mois de décembre. Accompagner les adhérents, c’est leur permettre d’obtenir les meilleurs résultats économiques possible. C’est aussi la sécurisation de leurs matières végétales qui sont incorporées dans la filière Loué (contrat « filière confiance »). C’est cette sécurisation qui attire des jeunes (80 l’an dernier) pour reprendre les élevages ou créer de nouveaux sites. Bon an mal an, les éleveurs investissent 8 à 12 millions dans l’amont. Cette année sera marquée par une refonte du site d’abattage Cavol de LDC, dédié aux volailles de Loué. Le groupe sarthois y investit 28 millions d’euros pour moderniser et accélérer le développement de la découpe qui dépasse 30 % des poulets abattus. Et ce n’est pas près de s’arrêter. L’an prochain, les volailles de Loué fêteront leurs 60 ans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Installée dans le Gers, Béatrice Laffitte produit en label rouge mention sud ouest © C. Chabasse
La coopérative Euralis cherche des éleveurs de poulets label rouge sous IGP Landes
Le groupe Euralis s’inscrit dans une dynamique de croissance de sa production de volailles sous label rouge. La coopérative…
Face à une crise structurelle européenne du canard de chair accentuée par la Covid-19, la CFA mobilise ses adhérents pour faire émerger des solutions pour les éleveurs dans les régions Auvergne-Rhone Alpes, Bretagne, Bourgogne et Pays de la Loire qui concentrent cette production. © P. Le Douarin
Le syndicalisme avicole CFA appelle à « agir d’urgence pour sauver les éleveurs de canards de chair »
Au nom de la Confédération française de l’aviculture (CFA), Gilles Lassus éleveur de canards de Barbarie dans l’Ain, appelle l’…
Litière de bouchons de paille © A. Puybasset
La gestion des litières des poulaillers de chair enquêtée
Les chambres d’agriculture de Bretagne ont analysé les pratiques de gestion de litière d’éleveurs de volailles de chair bretons.
Les douze bâiments mobiles de Kevin Comte seront déplacés à chaque lot sur une parcelle de 20 ha. © DR
Kevin Comte démarre son premier lot de volailles en IGP Landes
À Saubrigues (40), Kevin Comte vient d’ajouter un atelier de volailles en IGP Landes sur son exploitation, créée…
Benoît Drouin produit du lait (400 000 l/an) et des volailles de chair (4 bâtiments de 400 m2) en polyculture sur une exploitation sarthoise de 135 ha (80 ha en herbe), convertie depuis 1996, d’abord par le poulet. © P. Le Douarin
« La filière avicole vit un tournant avec la réglementation bio »
Dans un contexte européen de relative libéralisation des conditions de production, Benoît Drouin, président de la commission bio…
 © A. Puybasset
France Poultry fait du bénéfice

L’abattoir France Poultry, ex-Doux export à Châteaulin (29), a vendu 152 000 t de poulets et produits…

Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)