Aller au contenu principal

Les producteurs d’œufs toujours pas entendus dans les négociations commerciales

Faute d’avoir été entendus la semaine dernière, les producteurs d’œufs se sont de nouveau mobilisés devant le magasin Carrefour d’Alma à Rennes pour obtenir une revalorisation du prix d’achat de leurs œufs.

Les producteurs d'oeufs se sont de nouveau mobilisés jeudi 25 février devant l'entrée de l'enseigne Carrefour à Rennes.
© A. Puybasset

De 90 producteurs d’œufs la semaine dernière, ils étaient hier près de 150 devant l’accès du magasin Carrefour d’Alma à Rennes, répondant à l’appel de la Confédération française de l’aviculture, des FRSEA bretonne et ligérienne et de l’Union des groupements de Producteurs de viande de Bretagne (UGPVB). Cette enseigne en particulier refuse toujours de tenir compte des demandes de répercutions de la hausse du coût de l’aliment, dans le cadre des négociations commerciales annuelles.

« Les hausses consenties ces derniers jours par les distributeurs avoisineraient 1%, soit 0,1 centime de l'oeuf », fustige la CFA. C’est mieux que la proposition initiale de plusieurs distributeurs qui ont longtemps demandé une baisse générale de 4% des prix d’achat à leurs fournisseurs, mais on est encore très loin des 10% réclamés par les producteurs. « On demande une augmentation d’un centime par œuf, pour couvrir la hausse du coût de l’alimentation des poules. En tenant compte d’une consommation annuelle de 250 œufs par an et par habitant, cela représente un surcoût de 2,5 euros sur l’année par consommateur ! », expliquent ces producteurs en colère. « La loi EGAlim n’est tout simplement pas appliquée. Pendant le premier confinement, la filière œuf s’est mobilisée pour approvisionner au mieux les rayons. On n’obtient aucune reconnaissance en retour. »

RAV 265 producteurs d'oeufs Alma

Depuis plusieurs mois, la filière œuf subit une hausse des matières premières. L’indice Itavi de l'aliment poule pondeuse a augmenté de 22% par rapport à janvier 2020. « Il n’a jamais été aussi élevé depuis janvier 2014. » En un an, les éleveurs ont vu leur coût de production augmenter de près de 10%.

Apportant son soutien aux éleveurs mobilisés, la CFA demande un retour immédiat des opérateurs à la table des négociations « sans quoi l’approvisionnement en œufs des GMS rencontrera d’importantes complications à partir du 15 mars. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Hendrix Genetics lance cinq nouvelles souches de pondeuses colorées
Sasso, la branche "volaille traditionnelle" du sélectionneur Hendrix Genetics, a annoncé ce mardi 23 mars la commercialisation…
Les deux bâtiments « froids » (sans chauffage) de 800 m2 ont été construits après la tempête Klaus de 2009 et abritaient 6000 canards en décembre dernier © Gaec de Guirouze
« La claustration des canards est techniquement possible en Chalosse »
Éleveurs et gaveurs en filière longue, les trois associés du Gaec de Guirouze s’attendaient à la claustration de leurs canards et…
Les éleveurs de la confédération paysanne dénoncent un excès de zèle sanitaire envers les éleveurs élevant leurs poules hors cage et en plein air. © A. Blanchin
Salmonelles : Des éleveurs de pondeuses protestent contre les abattages
Fin janvier à Lyon, des éleveurs de la confédération paysanne manifestaient pour faire évoluer la réglementation salmonelle sans…
Guillaume Garnier : « L’utilisation de tourbe pour le primo-paillage permet un juste équilibre entre maîtrise des pododermatites et frais de litière. » © A. Puybasset
« La litière de tourbe est le meilleur compromis pour mon élevage de poulets lourds »
Pour limiter les pododermatites tout en maîtrisant les frais de litière, Guillaume Garnier épand de la tourbe dans ses deux…
Le rachat de Ronsard par LDC autorisé sous conditions
L’Autorité de la Concurrence a donné son feu vert au rachat du groupe Ronsard par LDC au groupe coopératif Eureden, dont les…
Le groupe Avril va vendre sa branche œuf
Le groupe agroalimentaire Avril, veut vendre sa branche œufs coquille et ovoproduits, ainsi que l’activité porcine pour se…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)