Aller au contenu principal

Dossier
Les Pays-Bas relèvent leurs défis avicoles

Malgré le poids des réglementations qui brident leur production de poulet, les Néerlandais restent positifs, motivés et entreprenants. Et surtout capables de s’adapter.

Par rapport  à d’autres pays, le niveau d’équipement aux Pays-Bas est très élevé, avec des investissements permanents à tous les niveaux de la chaîne.
Par rapport à d’autres pays, le niveau d’équipement aux Pays-Bas est très élevé, avec des investissements permanents à tous les niveaux de la chaîne.
© P. Le Douarin

Aux Pays-Bas, la liste des réglementations qui pèsent sur la filière du poulet, et notamment sur les éleveurs, est longue comme le bras. À commencer par celles concernant l’environnement. Dans un pays de 41 500 km2, avec une densité de près de 500 personnes au kilomètre carré (120 en France), la cohabitation entre activités humaines, activités agricoles et milieu naturel ne va pas toujours de soi. Depuis les années 1990, les aviculteurs ont appris à maîtriser les déjections excédentaires. D’abord sous la contrainte, avec des quotas sur les déjections, puis avec la limitation de l’extension des élevages qui est peut-être en passe d’être levée en 2015. Ils ont trouvé des solutions avec l’exportation et l’incinération. Désormais, les nouvelles préoccupations environnementales s’appellent « ammoniac », « poussières fines », « odeurs ». Celle de l’ammoniac est techniquement résolue. Depuis le 1er janvier, une nouvelle règle s’applique. Les éleveurs ont installé des équipements pour sécher les déjections durant la bande.

2015 sera une année décisive pour les marchés et les éleveurs

Le défi de l’environnement étant quasiment surmonté, l’industrie du poulet doit en relever deux autres dans les trois années à venir : celui de la santé publique (zoonoses et antibiotiques) et celui du bien-être animal.
Ces sujets révèlent les préoccupations d’une société critiquant certains aspects d’un modèle agro-industriel focalisé sur la recherche de la rentabilité. Les Néerlandais ont fait le choix du poulet à croissance rapide. Leurs élevages sont parmi les plus grands d’Europe. Les éleveurs sont les plus performants. En dépit des surcoûts environnementaux, ils gagnent leur vie. Mais les méga-élevages sont de plus en plus critiqués et on discute de leur plafonnement ; la directive Bien-être se durcit. En 2015, le poulet vendu aux Pays-Bas devra être produit moins intensivement. La même année, l’usage des antibiotiques devra avoir chuté de 70 %. En 2020, toutes les volailles devront être élevées de manière durable. Tout cela en restant compétitifs sur le marché international. La filière poulet y parviendra-t-elle ? Oui, estiment les Néerlandais rencontrés, même si cela doit passer par de fortes évolutions des marchés et des changements d’organisation. Après une période de résistance, la profession a adopté un comportement plus participatif : elle préfère proposer des accords plutôt que de se voir imposer des règles techniquement inapplicables ou économiquement insupportables.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Thierry Poincloux sur le merlon en terre masquant son élevage. Sur cette parcelle idéalement placée, rien ne laissait présager une opposition malgré tout restée limitée.
« Ne jamais préjuger de la facilité à monter un projet de poulailler»
Tristan Poincloux a défendu bec et ongles son autorisation d’exploiter face à un adversaire déterminé. Il est aujourd’hui…
Le premier site a été installé avant l'été en Loire Atlantique sur un parcours de canards .
Un nouvel agrivoltaïsme sur les parcours de volailles
Associant agroforesterie et photovoltaïque, la jeune société NovaFrance Energy fait le pari de séduire les éleveurs de plein air…
Chaque circuit d'assiettes en boucle compte deux descentes d'aliment pour une meilleure régularité de la distribution.  © A. Puybasset
Une vaste poussinière de 3200 m2 pour futurs repros chair
À l’EARL Chevillard, le bâtiment neuf, dynamique et obscur, est équipé pour atteindre une parfaite maîtrise de l’homogénéité des…
Les appréhensions légitimes du voisinage peuvent être aplanies par de patients efforts de communication en amont du projet de création ou d'extension.
Communiquer sur son projet d’élevage
De nombreux projets de créations ou d’extensions d’élevages génèrent des inquiétudes dans leur voisinage, lesquelles peuvent…
Défense de l'élevage : l’Anvol appelle les Français à se mobiliser pour les volailles françaises
L’interprofession de la volaille française (Anvol) appelle tous les acteurs de la société française à soutenir le secteur…
Apprécier le niveau de souffrance et la capacité à recouvrer assez vite un état quasi normal.
Comment décider de la mise à mort des volailles
L’Itavi et le monde vétérinaire, représenté par la SNGTV, ont édité un arbre décisionnel, qui permet à l’éleveur confronté à un…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)