Aller au contenu principal

Les haies chauffent les poulets bio au Gaec Beaulieu

Le Gaec Beaulieu s’est converti à l’agriculture bio, à l’occasion de l’installation de Florian Chaignon. Pour plus de cohérence, les nouveaux bâtiments avicoles ont des dalles chauffées au bois de l’exploitation.

Depuis septembre 2020, le Gaec Beaulieu élève des volailles bio dans le cadre de la filière longue Bodin, une filiale de Galliance. « Nous sommes situés sur une zone de captage, expliquent Florian Chaignon et ses parents Françoise et Jean-Pierre, qui exploitent 250 hectares de cultures et trois bâtiments de volailles à Échiré (79). À l’installation de Florian, nous avons voulu un projet à long terme pour protéger la nappe phréatique et répondre aux attentes des consommateurs et de la société. Nous avons donc choisi de passer toute l’exploitation en bio. »

Des poulets chauffés par les pattes

Les poulaillers existants étant en fin de vie, trois nouveaux bâtiments de 480 m² avec parcours ont été construits en 2020. « Nous voulions des volailles qui sortent, mais aussi des bâtiments performants. » Leur originalité est qu’ils sont équipés de dalles chauffées avec du bois de l’exploitation, sans radiants d’appoint.

 
« Pour des raisons sanitaires, nous voulions un sol bétonné, expliquent les éleveurs. Nos maisons sont équipées de planchers chauffants et nous savons que cela apporte beaucoup de confort. Avec le choix de la bio, il nous semblait cohérent d’être autonome en énergie et de ne pas utiliser d’énergie fossile. » Dans la même optique, tous les bâtiments ont été couverts de panneaux photovoltaïques.

 

Les planchers chauffés au bois local étant innovants en volaille, une étude de faisabilité a été réalisée par le Centre des énergies renouvelables (Crer), l’association régionale qui accompagne les projets d’énergies renouvelables.

Moins de litière à épandre et évacuer

 

 
Le bois déchiqueté en Cuma est issu des haies et arbres de l’exploitation. « Nous avons besoin de 40 tonnes de bois par an, à peu près 250 m3 pour alimenter la chaudière de 150 kW. Si nous n’en avons pas assez, nous pensons pouvoir en trouver chez des voisins. » Les poulaillers sont exclusivement chauffés par le sol. Pour parer aux pannes éventuelles, un groupe électrogène d’appoint, un ballon tampon d’eau chaude de 5000 litres et le recours à un installateur local ayant du stock de pièces de rechange ont été prévus.

 

En l’absence de références sur ce mode de chauffage pour les poulets bio, les éleveurs gèrent pour l’instant les bâtiments de façon intuitive. « Les consignes sont réglées 30 °C à la mise en place et à 17 °C à la sortie des volailles quarante jours plus tard. Les volets d’entrée d’air disposent d’une ouverture cyclique, puis un programme adapte l’ouverture selon l’hygrométrie. Nous modifions les paramètres selon la météo. »

Bâtiments ouverts 24 heures sur 24

 

 
Après un an de fonctionnement, les éleveurs sont plutôt satisfaits du résultat. « Un plancher chauffant est plus confortable pour les poussins qui ont tous accès à la chaleur, souligne Florian. Cela implique aussi moins de litière à apporter et à curer. J’apporte 1,2 tonne de paille par bâtiment pour 4 800 poussins et je ne repaille pas. »

 

Sur les deux premiers lots de poulets et le lot de dindes, le Gaec s’est toujours situé dans les résultats du premier tiers des élevages Bodin et sa rentabilité correspond pour l’instant aux objectifs.

« Le Crer va suivre les indices de consommation et chiffrer les économies d’aliment, paille et chauffage, précisent les éleveurs. Nous réfléchissons aussi à utiliser les planchers pour rafraîchir les bâtiments, en faisant circuler de l’eau froide. »

Pour rester en cohérence avec leur engagement bio et pour favoriser le bien-être animal, les bâtiments sont ouverts jour et nuit. Les parcours clôturés ont été électrifié contre les prédateurs. En revanche, les systèmes intérieurs antiperchage ne sont pas électrifiés. Enfin, des arbres et des haies ont été implantés.

9 000 euros d’économie annuelle

L’étude du Centre des énergies renouvelables chiffre à plus de 9 000 euros les économies générées par les planchers chauffants : 6 500 euros pour le chauffage par rapport à du gaz, 1 100 euros de paille en moins et 1 800 euros de prime d’assurance.

L’investissement total (hors photovoltaïque) s’est élevé à 446 500 € avec les bâtiments et les parcours (310 euros par mètre carré). Coté chauffage, 174 000 euros ont été investis dans la chaudière de 150 kW, le silo de stockage couvert de 180 mètres carrés, le réseau hydraulique enterré et les trois planchers.

Le Gaec a perçu 222 900 euros d’aides : 84 400 euros de Terrena et de Bodin, 76 000 euros du PCAE et 62 500 euros d’aide Innovation chauffage de la région Nouvelle-Aquitaine.

« Un système à étudier » selon Véronique Piton Dregoire - responsable production

Chauffer à la biomasse exige d'avoir plusieurs bâtiments et de bénéficier d'une aide à l'investissement.
Chauffer à la biomasse exige d'avoir plusieurs bâtiments et de bénéficier d'une aide à l'investissement.
© V. Bargain

« Par rapport aux radiants, un chauffage au bois implique 40 % de litière en moins au démarrage, moins de litière à évacuer et épandre et une meilleure ambiance, puisqu’il n’y a pas de production d’eau par combustion et pas de risque d’intoxication au monoxyde de carbone. Le confort des animaux est amélioré. Le nettoyage est facilité. Et comme le risque d’incendie est diminué, l’assurance est réduite d’environ 1 500 euros par an. Au bout de quatorze ans, le coût global en investissement et fonctionnement est équivalent au système gaz, en comptant l’aide du Conseil régional. Il ne faut toutefois pas l’installer pour un seul bâtiment. Et il faut un accompagnement financier. »

 

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Violaine Quéré, productrices d'œufs bio : « Le principal objectif de l’agroforesterie est d’inciter les poules à sortir davantage et à aller jusqu’au bout du parcours enherbé. »
Un parcours arboré et source de protéines pour les poules pondeuses
Pour inciter ses poules pondeuses bio à occuper les parcours, Violaine Quéré a planté des haies et des arbres de bois-d’œuvre et…
Le ballot de paille est un enrichissement particulièrement apprécié par les poulets car il leur permet de se percher, d’explorer grâce aux brins de paille qui dépassent, mais aussi de se reposer en s’adossant contre les bords.
Bien être animal : choisir les enrichissements de ses poulets
Des enquêtes approfondies en élevage réalisées par l'Itavi ont permis d’évaluer l’impact de différents enrichissements favorisant…
Génétique poule : Le groupe allemand EW acquiert Novogen et Verbeek
Le Groupe Grimaud a décidé, « suite à une réorientation stratégique », de céder sa division de sélection et accouvage de…
Situées entre les alignements d'arbres, les deux bandes seront accessibles aux poules par alternance, pour favoriser la repousse.
Le pâturage testé sur les parcours de poules pondeuses
L’élevage de poules pondeuses de Violaine Quéré fait partie des cinq fermes pilote à tester un aménagement de…
Grippe aviaire : Le Cifog interpelle l’Etat sur la vaccination
En réaction à la multiplication des foyers d’influenza H5N1dans le Sud-Ouest, l’interprofession du foie gras (Cifog) remet sur la…
Grippe aviaire au 31 décembre : le Sud-Ouest sous fortes tensions
Au 29 décembre, la France enregistrait 26 cas d’influenza aviaire en élevages commerciaux depuis le 21 novembre. La maladie…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)