Aller au contenu principal

Elsa Delanoue, agrosociologue
« Les éleveurs, meilleurs ambassadeurs du bien-être animal »

Spécialiste de l’étude des controverses en agriculture, Elsa Delanoue estime que l’élevage va devoir communiquer sur ses pratiques et les adapter pour parvenir à un nouveau consensus sociétal.

Elsa Delanoue, sociologue universitaire, a démonté le mécanisme de remise en cause provoquée par la controverse.
© Idele

Plutôt que rester en position défensive, l’élevage aurait-il intérêt à attaquer ?

 
Elsa Delanoue - « Jusqu’à récemment, la stratégie de défense paraissait normale, puisque le modèle critiqué était en position de dominance. Et d’autant que ces 'attaques' venaient d’un monde extérieur à l’élevage. Aujourd’hui, il s’agit de communiquer et les filières sont en train de mettre en place une stratégie. La difficulté de cette contre-offensive est accrue par la difficulté à investir un terrain d’affrontement peu connu. Je veux parler des réseaux sociaux et du militantisme de terrain. Néanmoins, les lignes bougent par le biais d’initiatives personnelles. Des éleveurs parlent de leur quotidien sur YouTube. Pour eux, il s’agit d’être transparents et de montrer une réalité. »
 

L’éleveur qui ressent est-il plus crédible que l’expert qui rationalise ?

E. D. - « Effectivement, c’est la parole des éleveurs qui est la mieux entendue et jugée la plus crédible. Depuis une trentaine d’années, avec les grandes crises sanitaires, les filières et les experts ont totalement perdu la confiance des consommateurs, sauf l’agriculteur. Il est le mieux placé pour porter le message que le bien-être animal est pris en charge. Au même titre que la comptabilité, les éleveurs vont devoir apprendre un nouveau métier. La communication s’apprend en maîtrisant la technique et la forme. La formation d’éleveurs est déjà en cours et devrait se développer pour que tous puissent en parler à travers leurs mots. Chacun est un jour ou l’autre rattrapé par les questions sur le bien-être animal. Autant s’y être préparé. »
 

Faut-il chercher un consensus avec les opposants ou convaincre les consommateurs ?

 
E. D. - « Il est impossible de tarir une controverse soulevée par des mouvements convaincus que l’élevage est immoral ou non éthique. En revanche, on peut agir directement sur les citoyens-consommateurs. La majorité d’entre eux sont favorables à l’élevage, mais ils se disent inquiets par rapport aux pratiques dénoncées par les abolitionnistes et se trouvent mal informés. Ils veulent être rassurés pour continuer à consommer des produits animaux. Le fait que le consommateur se préoccupe encore de son alimentation est une source d’opportunités pour le secteur de l’élevage qui a besoin de retrouver une place dans la société. »
 

Quels arguments mettre en avant ?

 
E. D. - « Tout dépend de la cible ! Écoutons d’abord quelles sont les inquiétudes. Les arguments à marier et à varier sont de l’ordre du réglementaire, de la technique et de l’émotion. Respecter la réglementation, c’est la base. Or même si nous savons tous que les réglementations française et européenne sont les mieux disantes au monde, la portée de cette réponse peut être assez limitée. Expliquer les pratiques sous l’angle technique est aussi important en veillant à être compris facilement. Éviter le jargon professionnel du genre 'tarir une vache' ou 'poule élevée au sol'. Enfin, le registre émotionnel et affectif ne doit surtout pas être négligé, alors qu’il est plutôt dénigré dans le secteur agricole. Pourtant au quotidien, les éleveurs témoignent d’un lien fort avec leurs animaux, ils les observent, voire leur parlent. La plupart ont des anecdotes à raconter pour rassurer les consommateurs. Les gens adorent entendre ces histoires. »

 

Quelles sont les pratiques les plus critiquées ?

 
E. D. - « Il ne faut pas seulement dire qu’on fait bien, il faut le prouver et améliorer certaines pratiques. La société refuse catégoriquement tout ce qui peut faire souffrir l’animal. Si des alternatives existent (anesthésie par exemple), la pratique peut être comprise et acceptée par une partie des consommateurs, tandis que d’autres ne voudront pas des produits qui en sont issus. Nous sortons désormais du règne de la science et de la technique. La société demande à l’élevage de tenir plus compte d’une éthique et d’une morale à redéfinir. »
« Replacer l’élevage dans la société »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Plan de relance agricole : des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Le Gaec du Metz, avec Anne-Laurence et Xavier Fleury, devant leurs fils Arthur (à gauche) et Victor, ont fait le choix de la poule pondeuse plein air pour diversifier leur exploitation laitière. © A. Puybasset
Des poules pondeuses plein air pour diversifier le Gaec laitier
Le Gaec du Metz, dans l’Orne, se diversifie dans la volaille avec son nouvel élevage de 15 000 poules pondeuses plein air, géré…
Suivez les foyers d’influenza aviaire sur la carte interactive de Réussir Volailles
La rédaction de Réussir Volailles actualise en permanence la cartographie des foyers d’influenza déclarés en Europe, afin…
L’entrée de la lumière par la toiture contribue à une intensité lumineuse plus homogène sur toute la surface du poulailler. © A. Puybasset
Les atouts de la lumière venue du toit du poulailler
Chez Martine et Gérard Jéhannin, la lumière naturelle rentre par des tabatières occultables. Une alternative aux fenêtres sur les…
Les ventes de volaille à l’étranger sont en recul de près de 50 000 tonnes (-15 %) sur les 9 premiers mois de 2020 tandis que les importations reculent de 18 000 tonnes (- 4 %) sur la même période. Les mesures de confinement ont engendré un recul des importations de près de 20 % sur la période de mars à mai mais sont reparties à la hausse depuis le mois de juin.
La Covid-19 fait reculer le marché de la volaille française
Sous l’effet de la Covid-19, le marché français de la volaille pourrait se contracter en 2020, pour la première fois depuis 15…
Jérémy Choquet (à droite) et Xavier Moine, de Tuffigo-Rapidex : "Plus accessible, ce boîtier incite à aller plus loin dans l’optimisation des réglages. » © A. Puybasset
Une régulation de poulailler conçue « pour et avec » les éleveurs
L’équipementier Tuffigo-Rapidex innove avec l’ordinateur de régulation Serenity. Il est doté de nouvelles fonctionnalités, plus…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)