Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les éleveurs de Challans affirment leur identité

Las de polémiquer sur l’utilisation de l’IGP Challans par Arrivé-Maître Coq, les Éleveurs de Challans lancent une campagne de communication au ton plus engagé.

Selon les Éleveurs de Challans, "l'authentique" volaille de Challans est baguée à l'aile.
Selon les Éleveurs de Challans, "l'authentique" volaille de Challans est baguée à l'aile.
© Les Éleveurs de Challans

Fin mars, l’affaire avait fait bondir les Éleveurs de Challans. Les opérations promotionnelles de l’abattoir Arrivé-Maître Coq mettant en avant l’IGP Challans pour des volailles label rouge produites selon le cahier des charges de la Ciab (différent de celui des Éleveurs de Challans), avaient entraîné de vives réactions. Sans suite possible, la réglementation étant respectée. « Aujourd’hui, nous ne voulons plus polémiquer, déclarent Dominique Morvan, président des Éleveurs de Challans, et François Merlet, son directeur. Mais nous voulons affirmer nos spécificités. »

Le groupement lance une campagne de communication portée par les éleveurs, mais aussi par les outils d’abattage Savic et Freslon (dont la Ciab est l’actionnaire majoritaire) positionnés sur le circuit traditionnel. Le positionnement premium reste au centre de la communication.

Apporter du contenu et des preuves

De nouveaux arguments sont introduits, concernant l’antériorité des Éleveurs de Challans, leur identité, la largeur de gamme et les pratiques. La campagne, orchestrée par l’agence Publicis Activ Nantes, met notamment en avant les principales différences de leur cahier des charges, le baguage, des surfaces de parcours importantes, le libre accès à l’alimentation, mais aussi le soin apporté par les abatteurs pour proposer un produit haut de gamme adapté au secteur traditionnel.

Le ton a changé et les producteurs sont mis en avant, avec des messages tels que : « le premier qui me parle de volailles standard… », « le premier qui me parle de les mettre au régime… », « le premier qui me parle de cadences industrielles… », « le premier qui me parle d’élevage intensif… » Le point d’orgue sera une campagne d’affichage dans le métro parisien en fin d’année, supportée par une charte d’authenticité, des supports et par des relais sur internet et les réseaux sociaux.

En 2014, les 105 éleveurs ont produit 3,5 millions de volailles, 3 % de moins qu’en 2013. Trois éleveurs se sont installés par reprise et trois autres devraient créer six bâtiments d’ici fin 2015. « L’objectif de 5 nouveaux bâtiments par an sera atteint » souligne Dominique Morvan.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Le 19 mars dans un supermarché de Bretagne, les linéaires étaient à nouveau bien remplis © P. Le Douarin
Les filières avicoles font face au tsunami du Covid-19
Depuis l’entrée en vigueur du confinement, les chaînes d’approvisionnement avicoles s’adaptent au bouleversement des débouchés et…
De nouveaux foyers d’influenza H5N8 HP sur des volailles en Allemagne, Bulgarie et Pologne
Les 12 et 13 mars, l’OIE a annoncé un foyer d'influenza aviaire H5N8 HP en Allemagne et six en Pologne
Florian Palluet mise sur la performance technique et énergétique, avec son poulailler de 1680 m2.  © A. Puybasset
Un bâtiment de volailles de chair équipé pour gagner en technicité
Florian Palluet a investi dans un poulailler de chair à extraction haute Skov. Dans ses choix d’équipements, il a donné la…
« Tous les coronavirus sont hautement transmissibles » , explique Béatrice Grasland, de l'Anses de Ploufragan
Béatrice Grasland, de l'Anses de Ploufragan, se veut rassurante sur la non-implication des animaux domestiques dans la…
Un troisième foyer d’influenza aviaire H5N8 HP découvert en Allemagne du nord
Un troupeau de dindes reproductrices porteur d’un sérotype H5N8 hautement pathogène a été éliminé le 21 mars à Dornum, près de la…
Les filières avicoles sur le pont face à la crise du coronavirus
L’ensemble des filières de production de volailles se mobilise pour nourrir les français pendant la crise.
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)