Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Nouvelle technologie
Les éclairages à leds s'adaptent aux élevages

Basés sur une technologie appelée à supplanter tous les autres systèmes d’éclairage, les dispositifs à leds apparaissent doucement en élevages avicoles, avec de nécessaires adaptations.

La led de quelques millimètres carrés émettant beaucoup de lumière blanche est au point. Il reste à adapter son packaging aux conditions particulières des élevages avicoles.
La led de quelques millimètres carrés émettant beaucoup de lumière blanche est au point. Il reste à adapter son packaging aux conditions particulières des élevages avicoles.
© Cree

De l’avis des spécialistes de l‘éclairage, les diodes électroluminescentes, ou leds (acronyme anglais de « light emitting diode »), sont LA technologie d’éclairage du futur. Avec une lumière obtenue à partir d’électrons circulant dans des semi-conducteurs, elles marquent une réelle rupture technologique par rapport aux systèmes à filament chauffé (ampoule incandescente) ou à décharge de gaz (« néons », mercure, sodium…). Par rapport à ces sources lumineuses, les leds possèdent de nombreux avantages. Elles sont économes en énergie et durent maintenant jusqu’à 100 000 heures en laboratoire(1). Elles ne renferment pas de mercure dangereux pour l’environnement. Les leds sont robustes et résistent aux vibrations, ne possèdent pas de pièces mobiles, de verre ou de filament susceptibles de casser. Elles peuvent être régulées de 0 à 100 % de leur luminosité et réagissent immédiatement, sans temps de réchauffement ou de démarrage. Au fur et à mesure des améliorations techniques, les leds gagnent en puissance d’éclairement (plus de 1 watt). Les domaines d’application s’élargissent à tous les secteurs, notamment l’éclairage de forte puissance, en associant plusieurs leds, ce qui permet de concurrencer les éclairages fluorescents.


IL Y A LED ET LED


Cependant, elles possèdent quelques talons d’Achille. Comme les « puces » des microordinateurs, les leds ont besoin d’un « packaging » technique bien adapté pour fonctionner au mieux.Celui-ci est constitué d’un support, de protections, d’une optique, d’une alimentation électrique et d’une régulation électronique adéquates. Si cet emballage technique n’est pas à la hauteur, le système d’éclairement n’exprime pas les capacités des leds proprement dites. L’autre talon d’Achille c’est le prix, au moins trois fois plus élevé que les systèmes à basse consommation, qui est compensé par la rapidité du retour sur investissement (deux à trois ans selon les éclairagistes). Les autres reproches portent sur la qualité de la lumière blanche, jugée très « froide » (ce qui n’est plus vraiment le cas avec les dernières leds), sur la mauvaise qualité de certains produits (souvent chinois) et dans ce cas sur la difficulté à retrouver l’équivalent en cas de casse ou de remplacement.


CRÉER UN NOUVEAU MARCHÉ


Quelles sont les raisons qui poussent à remplacer un éclairage classique par un éclairage à leds? Pour obtenir une installation de qualité dans un environnement donné, les critères de choix portent sur l’efficacité énergétique (consommation électrique pour un flux de lumière donné), l’angle d’ouverture de l’éclairage (étroit en pondeuse, large en volaille de chair), la puissance d’éclairement, la longévité du produit, la qualité de la gradation, la résistance au milieu environnant… S’ajoute la qualité de lumière, intuitivement jugée par les utilisateurs : la « teinte » de la lumière émise (température de couleur), l’indice de rendu de couleur IRC (comment l’objet éclairé renvoie la lumière). Les études sur les oiseaux de l’effet de la qualité de la lumière sont rarissimes. L’Itavi commence tout juste une étude sur la comparaison de quatre systèmes d’éclairage employés en France. Aux États-Unis, plus en avance, le retour d’expérience sur les leds commence à peine. Pour le moment, les grands fabricants d’éclairages s’affairent à développer les leds dans les secteurs industriels et domestiques. L’allemand Hella, fabricant d’optiques automobiles, dit s’intéresser au marché agricole (phares et éclairage d’élevages). Il revient aux équipementiers avicoles historiques de créer ce nouveau marché, Ce qui n’est pas sans risque. Le fournisseur d’éclairage est garant du résultat : à lui de proposer ce qui satisfera son client éleveur. Comme l’explique Jérôme Fourot, de la société française Novaday qui conçoit des éclairages à leds, les équipementiers avicoles, qui ne sont pas des éclairagistes, ont deux options. Celle d’acheter et de revendre des produits conçus pour un autre usage, sachant que l’élevage a des contraintes d’environnement fortes. Les sollicitations de fournisseurs chinois ne manquent pas. Certains de ces produits, plutôt de basse puissance, conviendront peut-être dans un environnement « stable » et en éclairement localisé, comme en poules pondeuses. En volailles de chair, c’est moins sûr. L’essai préalable s’impose… La seconde option consiste à proposer des éclairages spécialement créés pour l’environnement avicole. Certains ont décidé d’être des concepteurs (Sérupa, Sodalec), d’autres de s’appuyer sur des produits conçus à l’étranger (Elva avec Once en cours de test, Led solution avec Cree, Plasson Europe avec Glo, Sodimel avec Aviled). Enfin, des équipementiers attendent, hésitent à s’engager, non convaincus de la qualité des matériels proposés.


RAISONNER DANS LE BON ORDRE


Frappent-ils aux bonnes portes ? Selon Patrick Mottier, responsable du laboratoire de recherche CEA-Leti à Grenoble, la France possède des PME sérieuses (Best électronique, Homelights, Ledpower, Luxener,Néolux,Novaday,…) qui ne demandent qu’à être sollicitées par les professionnels. Engagées dans plusieurs programmes, ces PME travaillent avec des laboratoires de recherche afin de mettre au point des leds « intelligentes » intégrant de nouvelles fonctions, tester des matériaux innovants, qualifier et fiabiliser leurs produits. Elles savent concevoir des produits « sur mesure », les démarquant des chinois et qui « au final ne coûtent pas beaucoup plus cher » assure Philippe Alibert, de Best Electronique. En attendant, faute de propositions techniques convaincantes et à cause de prix jugés élevés, les éleveurs misent encore sur les luminaires basse consommation ou sur l’éclairage au sodium qui ont fait leurs preuves. Est-ce la bonne stratégie en cas d‘investissement pour vingt ans et plus ? Si vous raisonnez retour sur investissement, vous viendrez rapidement aux éclairages à leds. « En neuf, il ne faut pas hésiter à aller vers la led, estime Patrick Mottier, mais avec des fournisseurs qualifiés. » Exigez des références techniques et allez voir des réalisations réussies.

 

(1) en général, la longévité est évaluée pour une baisse de flux lumineux de 30 % mesurée sur la moitié des leds.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Le 19 mars dans un supermarché de Bretagne, les linéaires étaient à nouveau bien remplis © P. Le Douarin
Les filières avicoles font face au tsunami du Covid-19
Depuis l’entrée en vigueur du confinement, les chaînes d’approvisionnement avicoles s’adaptent au bouleversement des débouchés et…
De nouveaux foyers d’influenza H5N8 HP sur des volailles en Allemagne, Bulgarie et Pologne
Les 12 et 13 mars, l’OIE a annoncé un foyer d'influenza aviaire H5N8 HP en Allemagne et six en Pologne
Florian Palluet mise sur la performance technique et énergétique, avec son poulailler de 1680 m2.  © A. Puybasset
Un bâtiment de volailles de chair équipé pour gagner en technicité
Florian Palluet a investi dans un poulailler de chair à extraction haute Skov. Dans ses choix d’équipements, il a donné la…
« Tous les coronavirus sont hautement transmissibles » , explique Béatrice Grasland, de l'Anses de Ploufragan
Béatrice Grasland, de l'Anses de Ploufragan, se veut rassurante sur la non-implication des animaux domestiques dans la…
Un troisième foyer d’influenza aviaire H5N8 HP découvert en Allemagne du nord
Un troupeau de dindes reproductrices porteur d’un sérotype H5N8 hautement pathogène a été éliminé le 21 mars à Dornum, près de la…
Les filières avicoles sur le pont face à la crise du coronavirus
L’ensemble des filières de production de volailles se mobilise pour nourrir les français pendant la crise.
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)