Aller au contenu principal
Font Size

Un don de 100 000 œufs : l'agriculture soutient la Banque alimentaire

Cent mille œufs ont été donnés par l'UGPVB à la Banque alimentaire de Rennes à l’occasion de la grande collecte nationale qui s’est tenue les 29 et 30 novembre derniers. Les agriculteurs représentent 22 % des dons.

De gauche à droite Gilles Guillaume et Eric Guellaff (animateur et président de la section œuf UGPVB) avec Gilles Le Pottier et Pierre Jolivet (président et responsable des approvisionnements de la Banque alimentaire de Rennes). L’UGPVB a donné 100 000 œufs destinés aux plus démunis via la Banque alimentaire de Rennes .
© Banque Alimentaire

Les agriculteurs ne se sentent pas solidaires des Français les plus démunis uniquement en période de surproduction ou bien quand leurs débouchés se tendent. Alors que les cours des œufs sont plutôt bons, les organisations de production du grand ouest, réunies sous la bannière de l’Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne (UGPVB), ont donné 100 000 œufs à la Banque alimentaire fin novembre. Le seuil du million d’œufs donnés depuis six ans sera bientôt passé. Remis à l’entrepôt de la Banque alimentaire de Rennes, ils seront écoulés en une quinzaine de jours auprès de quelque soixante points de distribution solidaires. Les besoins sont encore immenses.  «  Nous sommes soucieux de nous inscrire dans la durée et d’accroitre les volumes distribués aux plus démunis, souligne Gilles Le Pottier, le président de la Banque alimentaire rennaise. Nous faisons appel à la solidarité des producteurs et des centres de conditionnement pour mettre en place un plan d’approvisionnement régulier. » Les dons de produits riches en protéines sont en effet en déficit chronique, avec en moyenne 8% des dons pour un objectif de 12%.

 

Pérenniser les volumes à donner

 

répartition des dons à la banque alimentaire en 2018

Le don d’œufs, institutionnalisé via l’UGPVB, a commencé en 2013 avec la crise de surproduction. Plutôt que de jeter les œufs, le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll avait incité les producteurs à les donner. Les ONG Collectrices de dons souhaitent de plus en plus pérenniser les volumes à travers des partenariats, comme celui qui a été contracté avec l’UGPVB au dernier salon de l’élevage de Rennes (Space) sur trois ans et pour 600 000 œufs. Toujours dans l’œuf, les « Œufs de nos villages »  fédérant des producteurs conditionneurs organise depuis 2016 des campagnes nationales avec des distributeurs. Pour un plateau de 30 œufs achetés, deux sont donnés aux Banques alimentaires. En janvier 2019, ce sont 432 000 œufs qui leur ont été remis. La Fédération Nationale des 79 banques alimentaires passe aussi des conventions avec les grandes marques et la grande distribution. Au-delà d’une surface de vente de 400 m2, afin de réduire le gaspillage les magasins alimentaires sont tenus de conventionner les modalités de don de leurs invendus quotidiens. C’est ce qu’on appelle la ramasse. Par ailleurs, la profession agricole a créé Solaal , une association reconnue d’intérêt général, qui facilite le lien entre les donateurs et associations d’aide alimentaire. Elle rassemble un grand nombre d’organisations agricoles et industrielles, de la grande distribution, des interprofessions agricoles et alimentaires et des marchés de gros.

 

Des produits répondant aux mêmes exigences

 

Le don ne doit plus être considéré comme un moyen de se débarrasser de ses excédents ou de ses invendus. D’ailleurs, le cadre réglementaire ne le permet plus. Les denrées périssables ayant une date limite de consommation (DLC), dont font partie les œufs, doivent être données au moins 48 heures avant la fin de leur DLC, sauf exception.  Elles doivent aussi être identiques à celles commercialisées en magasins, être conservées dans les mêmes conditions et avoir été préparées conformément à la réglementation. Ce qui impose de faire transiter les produits agricoles bruts par des industriels conditionneurs, dont certains facturent la prestation regrette Gilles Le Pottier. Si la Banque alimentaire est le premier acteur de l’aide alimentaire, avec deux millions de bénéficiaires et l’équivalent de 200 millions de repas distribués, il n’est pas le seul. S’ajoutent le Secours populaire, la Croix-Rouge française et les Restos du cœur. Pour les agriculteurs et entreprises agroalimentaires, plateformes de distribution qui voudraient donner ponctuellement(erreur d’étiquetage, mauvais calibrae…), il suffit d’aller sur le portail « Clickdon » mis en service au début de l’année 2019.

.

 

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
En développant la volaille traditionnelle chez les petits fermiers africains, comme ici en Éthiopie, l'objectif est d'apporter aux populations rurales une source de protéines et de revenu à travers les œufs et la viande.  © Hendrix Genetics
Sasso contribue au développement du poulet villageois en Afrique
Le sélectionneur de souches colorées Sasso est impliqué dans deux projets de développement de l’aviculture rurale africaine,…
Les odeurs liées aux élevages, autour des bâtiments ou lors de la manutention des effluents, sont parfois ressentis par les riverains comme des nuisances
L’Itavi teste un « nez » électronique pour mesurer les odeurs liées aux élevages
Le nez électronique est une technologie explorée pour détecter plus facilement et plus rapidement les odeurs liées aux élevages…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)