Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L’EFSA recommande de durcir l’objectif de prévalence de Salmonella en poule pondeuse

Dans un avis publié le 18 février, l’EFSA, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments, a émis 5 recommandations pour améliorer le plan de maîtrise des salmonelles dans les élevages de volailles européens et réduire le risque de salmonelloses d’origine aviaire chez l’homme.

En poule pondeuse d’œuf de consommation, l’Efsa recommande de durcir l’objectif de prévalence des troupeaux contaminés par S. Enteretidis et S. Typhimurium en proposant un seuil maximum de 1% contre 2% actuellement. Les experts scientifiques de l’EFSA estiment que l’atteinte de ce nouvel objectif permettrait de réduire de plus de 50% le nombre de cas humains de salmonelloses transmis par les œufs.

En poules reproductrices, l’objectif de prévalence actuellement en vigueur est de 1% pour cinq types de Salmonella (S. Enteritidis, S. Typhimunium, S. Infantis, S Virchow et S. Hadar). L’EFSA recommande de maintenir cet objectif pour les trois premiers types et de remplacer les deux derniers (S. Virchow et S. Hadar) par des types de Salmonella aujourd’hui plus pertinents en matière de santé publique. Le quatrième type proposé serait S. Kentucky. Pour le cinquième type, l’EFSA émet 3 options : le remplacer par S. Heidelberg, par S. Thompson, ou par un sérovar variable, défini selon l’épidémiologie de chaque Etat Membre.

L’Efsa souligne par ailleurs la nécessité de revoir les facteurs de risques de Salmonella associés au mode de logement : en poule pondeuse, en tenant compte de l’évolution des modes d’élevage (cages aménagées, modes d’élevages alternatifs) ; mais aussi en poulet de chair (impact du parcours, de la densité et d’indicateurs de bien-être).

Enfin, l’Efsa demande à ce que des travaux scientifiques soient menés pour mesurer l’impact des programmes de réduction de salmonelles des lots de poulets de chair sur la prévalence de la bactérie Campylobacter sur la viande à l’abattoir.

Après avoir diminué pendant plusieurs années, le nombre de cas de salmonelloses en Europe se stabilise. Les Etats-Membres ont signalé plus de 91000 cas en 2017. La salmonellose est la deuxième maladie s’origine alimentaire après la campylobactériose.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Vous aimerez aussi

Vignette
Lutte contre l'antibiorésistance : Une gamme de produits alternatifs qui se construit
Dans le cadre de la lutte contre l’antibiorésistance, le recours aux spécialités alternatives nécessite une approche plus ciblée…
Vignette
Premier congrès virtuel en santé animale
Du 11 au 16 mars, l’antenne française du laboratoire MSD Santé Animale créé son premier congrès virtuel sur la santé…
Vignette
Le réseau Cristal aide les abattoirs à se biosécuriser
Les vétérinaires du réseau Cristal accompagnent les abattoirs de volailles à prévenir le risque influenza dans et autour de leurs…
Vignette
Une appli pour suivre la qualité de vaccination

Sérovac est une application sur tablette qui aide le vétérinaire à interpréter les résultats de…

Vignette
Une alternative aux antibiotiques testée à grande échelle

Des essais d’une solution végétale prévenant les symptomatologies de colibacillose sont en cours en Pays de la Loire sur des…

Vignette
Le site de l’Anses de Ploufragan a fêté ses 60 ans
Créée en 1958 en périphérie de Saint-Brieuc, la petite station expérimentale avicole est devenue au fil des ans un centre d’…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Aviculture
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Aviculture
Newsletter COT'Hedbo Aviculture (tendances et cotations de la semaine)