Aller au contenu principal

L’EFSA recommande de durcir l’objectif de prévalence de Salmonella en poule pondeuse

Dans un avis publié le 18 février, l’EFSA, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments, a émis 5 recommandations pour améliorer le plan de maîtrise des salmonelles dans les élevages de volailles européens et réduire le risque de salmonelloses d’origine aviaire chez l’homme.

© Pixabay

En poule pondeuse d’œuf de consommation, l’Efsa recommande de durcir l’objectif de prévalence des troupeaux contaminés par S. Enteretidis et S. Typhimurium en proposant un seuil maximum de 1% contre 2% actuellement. Les experts scientifiques de l’EFSA estiment que l’atteinte de ce nouvel objectif permettrait de réduire de plus de 50% le nombre de cas humains de salmonelloses transmis par les œufs.

En poules reproductrices, l’objectif de prévalence actuellement en vigueur est de 1% pour cinq types de Salmonella (S. Enteritidis, S. Typhimunium, S. Infantis, S Virchow et S. Hadar). L’EFSA recommande de maintenir cet objectif pour les trois premiers types et de remplacer les deux derniers (S. Virchow et S. Hadar) par des types de Salmonella aujourd’hui plus pertinents en matière de santé publique. Le quatrième type proposé serait S. Kentucky. Pour le cinquième type, l’EFSA émet 3 options : le remplacer par S. Heidelberg, par S. Thompson, ou par un sérovar variable, défini selon l’épidémiologie de chaque Etat Membre.

L’Efsa souligne par ailleurs la nécessité de revoir les facteurs de risques de Salmonella associés au mode de logement : en poule pondeuse, en tenant compte de l’évolution des modes d’élevage (cages aménagées, modes d’élevages alternatifs) ; mais aussi en poulet de chair (impact du parcours, de la densité et d’indicateurs de bien-être).

Enfin, l’Efsa demande à ce que des travaux scientifiques soient menés pour mesurer l’impact des programmes de réduction de salmonelles des lots de poulets de chair sur la prévalence de la bactérie Campylobacter sur la viande à l’abattoir.

Après avoir diminué pendant plusieurs années, le nombre de cas de salmonelloses en Europe se stabilise. Les Etats-Membres ont signalé plus de 91000 cas en 2017. La salmonellose est la deuxième maladie s’origine alimentaire après la campylobactériose.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Plan de relance agricole : des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Le Gaec du Metz, avec Anne-Laurence et Xavier Fleury, devant leurs fils Arthur (à gauche) et Victor, ont fait le choix de la poule pondeuse plein air pour diversifier leur exploitation laitière. © A. Puybasset
Des poules pondeuses plein air pour diversifier le Gaec laitier
Le Gaec du Metz, dans l’Orne, se diversifie dans la volaille avec son nouvel élevage de 15 000 poules pondeuses plein air, géré…
Suivez les foyers d’influenza aviaire sur la carte interactive de Réussir Volailles
La rédaction de Réussir Volailles actualise en permanence la cartographie des foyers d’influenza déclarés en Europe, afin…
L’entrée de la lumière par la toiture contribue à une intensité lumineuse plus homogène sur toute la surface du poulailler. © A. Puybasset
Les atouts de la lumière venue du toit du poulailler
Chez Martine et Gérard Jéhannin, la lumière naturelle rentre par des tabatières occultables. Une alternative aux fenêtres sur les…
Un foie gras vraiment faux selon l'UFC-Que Choisir. © Gaia
Le « foie gras » 100 % végétal déçoit l’UFC-Que Choisir

Verdict sans appel pour les deux ersatz de foie gras - le Faux gras et Gaia et le Veg’gras de Senfas - à base d’huile,…

Les ventes de volaille à l’étranger sont en recul de près de 50 000 tonnes (-15 %) sur les 9 premiers mois de 2020 tandis que les importations reculent de 18 000 tonnes (- 4 %) sur la même période. Les mesures de confinement ont engendré un recul des importations de près de 20 % sur la période de mars à mai mais sont reparties à la hausse depuis le mois de juin.
La Covid-19 fait reculer le marché de la volaille française
Sous l’effet de la Covid-19, le marché français de la volaille pourrait se contracter en 2020, pour la première fois depuis 15…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)