Aller au contenu principal

L’EFSA recommande de durcir l’objectif de prévalence de Salmonella en poule pondeuse

Dans un avis publié le 18 février, l’EFSA, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments, a émis 5 recommandations pour améliorer le plan de maîtrise des salmonelles dans les élevages de volailles européens et réduire le risque de salmonelloses d’origine aviaire chez l’homme.

© Pixabay

En poule pondeuse d’œuf de consommation, l’Efsa recommande de durcir l’objectif de prévalence des troupeaux contaminés par S. Enteretidis et S. Typhimurium en proposant un seuil maximum de 1% contre 2% actuellement. Les experts scientifiques de l’EFSA estiment que l’atteinte de ce nouvel objectif permettrait de réduire de plus de 50% le nombre de cas humains de salmonelloses transmis par les œufs.

En poules reproductrices, l’objectif de prévalence actuellement en vigueur est de 1% pour cinq types de Salmonella (S. Enteritidis, S. Typhimunium, S. Infantis, S Virchow et S. Hadar). L’EFSA recommande de maintenir cet objectif pour les trois premiers types et de remplacer les deux derniers (S. Virchow et S. Hadar) par des types de Salmonella aujourd’hui plus pertinents en matière de santé publique. Le quatrième type proposé serait S. Kentucky. Pour le cinquième type, l’EFSA émet 3 options : le remplacer par S. Heidelberg, par S. Thompson, ou par un sérovar variable, défini selon l’épidémiologie de chaque Etat Membre.

L’Efsa souligne par ailleurs la nécessité de revoir les facteurs de risques de Salmonella associés au mode de logement : en poule pondeuse, en tenant compte de l’évolution des modes d’élevage (cages aménagées, modes d’élevages alternatifs) ; mais aussi en poulet de chair (impact du parcours, de la densité et d’indicateurs de bien-être).

Enfin, l’Efsa demande à ce que des travaux scientifiques soient menés pour mesurer l’impact des programmes de réduction de salmonelles des lots de poulets de chair sur la prévalence de la bactérie Campylobacter sur la viande à l’abattoir.

Après avoir diminué pendant plusieurs années, le nombre de cas de salmonelloses en Europe se stabilise. Les Etats-Membres ont signalé plus de 91000 cas en 2017. La salmonellose est la deuxième maladie s’origine alimentaire après la campylobactériose.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

De nouvelles règles de production pour les œufs label rouge
En discussion depuis 2018, les nouvelles conditions de productions communes de la production d’œufs de poules label rouge sont…
Nathalie Mordelet avec ses poulettes pendant leur enlèvement : « Il faut être ferme avec les poules, sinon elles ont vite fait de gagner la partie à nos dépens. » © P. Le Douarin
Poules pondeuses : les six premières semaines sont cruciales
En production d’œufs sous modes alternatifs, les deux premiers mois de la mise en route des poules conditionnent énormément le…
« Sur les quatre lots en volière, pas un n’a eu les mêmes comportements. C’est à moi de réagir et de m’adapter aux poules comme elles s’adaptent aussi à leur nouvel environnement. » © P. Le Douarin
Pondeuses en volière : Patrick Le Corre est exigeant sur ses poulettes
Éleveur finistérien méticuleux, Patrick Le Corre est très vigilant sur la manière dont sont élevées ses poules, afin de les…
Les ressorts haute résistance en rotation de l'aérateur Aélavia cassent la croute de litière. © Pubert
Un aérateur pour tout type de litières

Fabriqué par l’entreprise française Pubert et distribué par Boissinot Élevage, Aélavia est un aérateur…

Adrien Hervault : « La première semaine, je déclenche manuellement la distribution de l’aliment pour bien caler les quantités et veiller à ce que les poules ne fassent pas de tri. » © A. Puybasset
« Je ne compte pas mes heures au démarrage de mes poules en volière »
Adrien Hervault et son père Patrick passent beaucoup de temps dans leurs volières durant les premières semaines, très attentifs à…
Le test de modulation de la croissance a été mené dans la ferme de recherche de la firme services MG2Mix © Orvia-MG2Mix
Produire un canard de Barbarie plus petit et mieux viandé
Le sélectionneur Orvia propose aux producteurs de nouvelles pistes techniques afin de fournir aux abattoirs un canard mâle…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)