Aller au contenu principal

Une spécificité française
Le Sysaaf, "la matière grise" des sélectionneurs

À la frontière de la recherche et de l’entreprise, le syndicat des sélectionneurs avicoles et aquacoles français (Sysaaf) apporte à ses adhérents une expertise mutualisée mais aussi personnalisée.

Autour de Daniel Guémené, assis, de gauche à droite Benoît Desnoues spécialiste des logiciels mutualisés, François Seigneurin en charge de la biodiversité génétique, Hervé Chapuis en charge de l’optimisation et de la modélisation
Autour de Daniel Guémené, assis, de gauche à droite Benoît Desnoues spécialiste des logiciels mutualisés, François Seigneurin en charge de la biodiversité génétique, Hervé Chapuis en charge de l’optimisation et de la modélisation
© P. Le Douarin

 


Peu de professionnels des filières avicoles connaissent le Sysaaf et encore moins les dix personnes qui rendent de précieux services à l’économie avicole. Et pour cause, cette organisa- tion, « syndicale » par ses statuts, œuvre pour des adhérents par définition très discrets : les sélectionneurs d’espèces animales qui finissent dans nos assiettes. Au total onze espèces avicoles et treize aquacoles. « À ses débuts en 1979, le Sysaf, avec un seul A, ressemblait un peu à un club privé » rappelle Daniel Guéméné, l’actuel directeur.

 


« La règle était d’avoir un seul sélectionneur par espèce ou par type de production, œuf ou chair. » Les choses ont changé dans les années 90. D’abord avec l’implication dans le secteur aquacole, justifiant le second A. Puis l’ouverture à la pluralité. Des six adhérents avicoles initiaux(1), le Sysaaf est progressivement passé à dix-huit adhérents (voir encadré).



Le conseil à la sélection, « cœur du métier »


« Avoir plusieurs adhérents concurrents ne pose pas de souci majeur de confidentialité, assure le directeur. De plus, nos ingénieurs n’en sont que meilleurs pour analyser les données et interpréter les calculs d’index de sélection. » La principale mission du Sysaaf est d’assister les sélectionneurs dans les calculs des valeurs génétiques, dans le choix des animaux des lignées pures, et dans l’établissement des plans d’accouplement. À quelques exceptions près, héritées du passé. Avant la création du Sysaaf, trois des six adhérents du Syndicat national des aviculteurs agréés, fondé en 1952 et ancêtre du Sysaaf, assuraient la gestion de leur programme de sélection.

 


« Les objectifs sont toujours fixés par le sélectionneur, souligne Daniel Guémené. Nous établissons des scénarios avec l’adhérent et nous calculons leurs effets. C’est au sélectionneur, parfois soumis à la pression du terrain, de prendre la décision. Mais nous rappelons qu’il faut savoir résister et garder un cap sur plusieurs générations. » Cette force de frappe mutualisée au service de PME, devenues grandes voire très grandes, a fait ses preuves.



Anticiper les prochaines méthodes de sélection


« Aujourd’hui, on ne s’improvise pas sélectionneur, sans de solides connaissances en mathématique, en statistique, en biologie, souligne Hervé Chapuis. La sélection ‘presse- bouton’ cela n’existe pas, malgré les progrès de l’informatique. » Chez un sélectionneur, cette expertise n’occuperait pas une personne à plein temps. Sous-employée, elle perdrait peu à peu ses compétences dans un secteur très évolutif. Et ajoute Daniel Guémené, « le Sysaaf rassemble des compétences complémentaires que la majorité des sélectionneurs pourrait difficilement mobiliser en interne. » Recruté en 1997, Hervé Chapuis a modernisé les méthodes de calculs de l’organisation, en introduisant le « blup multigénération » et le recours à des logiciels statistiques plus sophistiqués.

 


« À mes débuts, le choix des animaux à conserver se faisait sur un énorme listing sur papier, au cours de longues soirées sandwich. Maintenant, la saisie est faite par les adhérents et la transmission automatisée via internet. » Cette évolution a permis d’augmenter le nombre d’adhérents et le nombre de lignées suivies, tout en offrant une meilleure prestation. Plus de cent lignées avicoles sont traitées par an, auxquelles s’ajoute une vingtaine de lignées aquacoles. La seconde mission du syndicat concerne l’appui technique, avec des travaux de recherche finalisée qui permettront de répondre à des besoins des adhérents. Sur l’amélioration des méthodes de calcul (modélisation...), sur l’identification des individus (identification et traçabilité) pour mieux gérer la consanguinité, sur la prise en compte du bien être animal (se rapprocher du milieu d’élevage), sur la sélection génomique qui révolutionne déjà le secteur bovin.

 


« Grosso modo, la sélection d’un mâle de ponte ressemble à celle d’un taureau laitier, remarque Hervé Chapuis. Sauf qu’en volaille, les lignées pures sont toujours croisées. Il y a donc un énorme travail de recherche à faire. » Dans le monde, peu de sélectionneurs ont les moyens d’investir seuls. Une analyse de génotypage coûte environ 150 euros, alors qu’il faudrait analyser 2 ou 3000 individus.« Avant de passer à cette étape, on doit savoir si cela vaut le coup », résume Hervé Chapuis. Sans ses adhérents, le Sysaaf n’est rien ou presque. « Les animaux se trouvent chez les sélectionneurs, conclut Daniel Guémené. À Nouzilly, nous avons des bases de données sans aucune valeur intrinsèque. Le résultat final de la chaîne de sélection, dont nous sommes un maillon, dépend de la rigueur et de l'implication quotidienne des sélectionneurs. C'est ce qui se fait la différence entre les produits commerciaux.»



Les dix-huit adhérents avicoles


Poulet de chair : Association de la poule de Barbezieux (Aspoulba), Centre de sélection de Béchanne, Hubbard, SIGT (Géline de Touraine), Sasso


Poule pondeuse : Gauguet, Isa, Novogen


Pintade : Galor, Grimaud Frères sélection


Canards (Barbarie, Pékin, Mulard) : Bréheret, Grimaud Frères sélection, Orvia- Gourmaud sélection et Orvia-Sepalm Sélection


Canard Colvert : canarderie de la Ronde


Oie : Orvia-Sépalm sélection


Caille : Caillor, Caille Robin


Dindes fermières : Grelier


Faisan et perdrix rouge : Gibovendée À ces adhérents s’ajoutent 22 adhérents aquacoles en 2013

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Audrey et Pierre Besançon ont réinvesti 60 000 euros (aides non déduites) dans 90 m2 de fenêtres, afin de continuer à produire après 2025 et en espérant un retour rapide d'investissement. © P. Le Douarin
Lumière naturelle : Audrey et Pierre conseillent de « bien préparer et suivre le chantier de pose des fenêtres »
Engagés dans Nature d’éleveurs depuis deux ans, Audrey et Pierre Besançon ont fait poser des fenêtres dans leurs deux poulaillers…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Filière canard à foie gras : Un rapprochement entre Euralis et Maïsadour ?
Ce 28 juillet, les deux poids lourds coopératifs du sud-ouest annoncent être entrés en discussion pour travailler ensemble sur…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Jean-Luc Martin, de l'entreprise Tell Élevage, spécialisée dans les audits techniques de bâtiments. © A. Puybasset
« La position des fenêtres impacte les circuits d’air du poulailler »
Jean-Luc Martin, de Tell Élevage, met en garde sur l’impact potentiel des fenêtres sur la ventilation du poulailler, notamment…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)