Aller au contenu principal

Le site de l’Anses de Ploufragan a fêté ses 60 ans

Créée en 1958 en périphérie de Saint-Brieuc, la petite station expérimentale avicole est devenue au fil des ans un centre d’excellence vétérinaire de renommée internationale.

Avec un nouveau bâtiment d’élevage avicole, l’Anses Ploufragan revient à la zootechnie, avec la mise au point de méthodes d’’élevage répondant mieux aux attentes sociétales
© P. Le Douarin

C’est parce que ses fondations étaient saines que la station expérimentale d’aviculture de Ploufragan a réussi à se transformer en une pièce maîtresse du dispositif français de recherche scientifique et d’expertise sur la santé animale et sur les produits issus des animaux. C’est ce qu’ont tour à tour retracé les représentants de l’Europe, de l’État, des collectivités et de l’Anses venus le 29 novembre à Ploufragan pour célébrer soixante années de réponses à des préoccupations du terrain. Car à Ploufragan, il y a des chercheurs qui trouvent. Depuis sa création, le plus grand laboratoire de l’Anses (1) repose sur trois pieds (le laboratoire, les élevages expérimentaux, le contact avec la production) avec une triple ambition : l’excellence scientifique, l’innovation et la recherche au service des filières animales.

Une démarche « gagnant-gagnant » avec les filières

La station de Ploufragan est née pour répondre à une problématique avicole, celle de la pullorose qui décimait les élevages bretons de poules pondeuses dans les années 50. Les professionnels ont réussi à convaincre leurs élus de financer la création d’un centre de recherche finalisée qui s’est ensuite intéressé à d’autres pathologies et à d’autres sujets (alimentation, hygiène, génétique). Les découvertes scientifiques sont nées de la confrontation permanente des pathologistes avec le terrain dans un « jeu gagnant-gagnant » comme l’a souligné Philippe Vannier, ancien directeur de la station porcine. « Notre expertise a été nourrie par le terrain, à qui nous avons donné en retour afin d’être crédibles et de continuer à recevoir. » Ce retour au terrain s’est concrétisé par la création d’un centre de formation chargé de diffuser les connaissances en pathologie avicole. Et Nicolas Eteradossi, l’actuel directeur du site, renchérit : « en tant qu’experts, nous ne pouvons pas nous passer de relations avec les filières, tout en ne renonçant pas à notre indépendance ». Le directeur fait bien le distinguo entre « lien » et « conflit » d’intérêts.

Une recherche de niveau international

Parallèlement, les chercheurs devaient rester dans la course sur le plan scientifique et innover, comme ce fut le cas avec l’approche multifactorielle des pathologies du porc (éco pathologie). Les activités se sont aussi élargies à d’autres espèces, à d’autres sites (porc et lapin à Ploufragan, poissons à Plouzané, ruminants à Niort) et à des programmes de recherche internationaux. Le site de Ploufragan est aussi devenu un laboratoire d’analyses de référence, national pour seize virus et bactéries et international pour quatre pathogènes. Ses chercheurs sont engagés dans de nombreux programmes financés par l’Union européenne. Mais, l’Anses de Ploufragan n’oublie pas ses racines. Un nouveau bâtiment expérimental consacré aux volailles de chair est en cours d’achèvement. Ce projet baptisé Elefans a mobilisé 4 millions d’euros d’investissement. Il a pour ambition de mettre au point les techniques de l’élevage du futur en prenant en compte les attentes sociétales.

(1) 200 personnes sur trois sites : Ploufragan (22), Plouzané (29) et Niort (79) depuis peu.

Dix grandes dates du site de Ploufragan

• 1958 création de la station expérimentale d’aviculture (SEA)

• 1963 création du centre de formation professionnelle et de promotion sociale

• 1966 création du laboratoire de recherche sur la qualité des produits avicoles

• 1972 premier élevage de poules à microbisme contrôlé (EOPS)

• 1974 création de la station de pathologie porcine

• 1976 création de l’unité de recherche en lapin

• 1987 création du réseau d’épidémiosurveillance aviaire (RNOEA)

• 1989 intégration du site au Centre national d’études vétérinaires et alimentaires (Cneva)

• 1999 intégration à l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa)

• 2010 intégration à l’Agence nationale de sécurité sanitaire, alimentation, environnement, travail (Anses).

Les plus lus

Julien Courbet Capital M6 poulet brésilien
L’importation de poulet brésilien épinglée par Capital sur M6
Peut-on encore manger en toute confiance ? Dans une émission diffusée le 22 janvier Capital pointe la différence de qualité entre…
De gauche à droite, Jacques et Pierre Lagrève, producteurs d’œufs à Louvigné du Désert, et Olivier Dauloudet, technico-commercial Ouest pour Patura
Volailles plein air : Sécuriser les parcours contre les intrus avec des clôtures électrifiées
Pour protéger les parcours des intrusions humaines et animales, les clôtures électrifiées assurent une protection efficace et…
Un exercice négatif de 756 000 euros pour Volinéo : « pas de produit mais des charges en hausse », résume sans appel Guy Marie Brochard, son président (à l'extrême droite).
Cavac : Des activités volailles dans la tempête
Sur fond d’exercice satisfaisant pour le groupe coopératif vendéen Cavac, toutes les activités avicoles du groupement spécialisé…
Fils de producteur d’œufs, Raphael Collet n’a aucune inquiétude vis-à-vis de ses choix techniques et de la commercialisation de ses œufs.
Œufs de consommation : Première installation d’une volière pondeuse Combo Plus
Dans les Côtes d’Armor en Bretagne, Raphaël Collet a repris l’élevage de pondeuses de son père pour voler de ses propres ailes.…
La ventilation dynamique est le premier poste de charges dans un poulailler de chair avec des économies importantes possibles dans les débits intermédiaires.
Dépenses électriques : Comment économiser avec une ventilation dynamique
La ventilation dynamique étant le principal poste de consommation électrique des bâtiments avicoles qui en sont équipés, modifier…
Selon l’Itavi, l’épointage est interdit en Norvège (1973), Finlande (1986), Suède (1988), Danemark et Autriche (2013), Pays Bas (2019), dans certains Länder d’Allemagne. La Suisse n’interdit pas mais les professionnels ne le font pratiquement plus.
Comment se préparer à la fin de l’épointage des poules bio
Arrêter l’épointage des poules pondeuses entraînera un risque accru de picage et cannibalisme. Une alimentation adaptée et l’…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)