Aller au contenu principal
Font Size

Le dépistage de l’ influenza sur les palmipèdes prêts à gaver prolongé d’un an

Initialement prévue du 1er juin 2018 au 31 mai 2020, l’étude scientifique réalisée par l’Anses sur la circulation des virus de l'influenza aviaire faiblement pathogènes a été prolongée jusqu’au 31 mai 2021.

Cette étude est conduite par l'Anses, en lien avec l'Ecole nationale vétérinaire de Toulouse (ENVT) et le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog). Elle a reçu l'aval de la Commission européenne.

Les éleveurs vont poursuivre, les prélèvements sur les canards destinés à quitter l'exploitation avant leur mise en gavage. En revanche, le nouvel arrêté paru au Journal officiel le 31 mai, adapte les conditions du dépistage des palmipèdes prêts à gaver. Le délai maximal avant déplacement passe de 10 à 13 jours (sauf en cas de passage en risque influenza modéré). Par contre, le délai de 3 semaines ne change pas pour les lots de moins de 800 palmipèdes transférés à moins de 80 km.

Faire des économies de frais d’analyses

La méthode de diagnostic suivra le nouveau protocole défini avec le laboratoire national de référence de l’Anses Ploufragan et les analyses seront réalisables dans les laboratoires vétérinaires agréés ou reconnus par le ministère de l’agriculture. Ce changement a été demandé par le Cifog, afin de réduire les frais du dépistage. « L’arrêt de l’accompagnement financier des frais d’analyse - pas moins de 1,2 million d’euros - nous a conduit à solliciter le ministère de l’agriculture et les partenaires scientifiques pour explorer des solutions de réduction des coûts » explique Marie Laborde du Cifog. La solution est de ne faire qu’un seul prélèvement par animal (contre deux avec la méthode officielle). En effet, les deux ans de suivi ont montré que le test reste suffisamment sensible si le nombre d’animaux à prélever (en l’occurrence 20) ne change pas. Le coût de dépistage sera donc divisé par deux pour les producteurs. Selon le contexte sanitaire, il pourrait être nécessaire de revenir au protocole initial.

 

 

Lire aussi : Ralentissement des foyers d'influenza en Hongrie

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
En développant la volaille traditionnelle chez les petits fermiers africains, comme ici en Éthiopie, l'objectif est d'apporter aux populations rurales une source de protéines et de revenu à travers les œufs et la viande.  © Hendrix Genetics
Sasso contribue au développement du poulet villageois en Afrique
Le sélectionneur de souches colorées Sasso est impliqué dans deux projets de développement de l’aviculture rurale africaine,…
Les odeurs liées aux élevages, autour des bâtiments ou lors de la manutention des effluents, sont parfois ressentis par les riverains comme des nuisances
L’Itavi teste un « nez » électronique pour mesurer les odeurs liées aux élevages
Le nez électronique est une technologie explorée pour détecter plus facilement et plus rapidement les odeurs liées aux élevages…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)