Aller au contenu principal

Dans le Sud-Ouest
Le couvoir de la Côte d’Argent, spécialiste des poussins colorés

Frappé au cœur par l'influenza en 2017, le couvoir landais a sorti la tête de l'eau. Il maintient ses spécificités tout en se réorganisant pour s’adapter aux risques sanitaires et assurer son avenir dans un métier en pleine restructuration.

Situé à Magescq, au sud des Landes en bordure de l’autoroute A63, le couvoir de la Côte d’Argent a été créé en 1948 par la famille Courau. Damien Betouigt a pris la succession de Georges et Émilienne Courau en 2009 et il compte bien préserver l’identité de l’entreprise, même si l’environnement économique et sanitaire a profondément changé. Il emploie 22 collaborateurs et commercialise 10 millions de poussins par an. Outre le couvoir, le site abrite trois poussinières (30 000 places) et sept bâtiments de ponte (70 000 places).

Une structure aux produits et aux marchés diversifiés

« Notre métier, c’est le marché du poussin coloré, autour du label rouge, bio et fermier, et les volailles festives, majoritairement du jaune cou nu, précise le dirigeant. Nos souches sont issues des poules SA 51 (génétique Sasso) et JA 57 ET JA 57 KI (génétique Hubbard). Cela correspond bien aux demandes de notre clientèle, composée de producteurs spécialisés comme d’éleveurs de taille plus modeste axés sur les circuits courts. » Les deux tiers de la production vont chez des éleveurs des groupements coopératifs du Sud-Ouest. Le dernier tiers part chez des indépendants et à l’export. Présent au Portugal, en Espagne, en Italie et en Europe de l’Est, le couvoir accentue son travail de prospection auprès des élevages indépendants de taille importante. « Selon les jours, il faut livrer jusqu’à 10 000 poussins au détail. Cela nécessite un savoir-faire dans l’organisation et la logistique avec une gestion pointue des plannings de production. Ces clients exigeants trouvent chez nous une qualité d’écoute et de proximité. Nous leur proposons la vaccination à la carte, le sexage, et des produits d’une douzaine de croisements. Grâce à une clientèle plus diversifiée, ce travail "d’épicerie" dégage aussi une meilleure valeur ajoutée. »

Un coup de massue le 12 février 2017

Tout en effectuant la remise aux normes sanitaires dès 2009, l’entreprise est arrivée à la saturation de ses outils. Cela avait conduit Damien Betouigt à envisager une extension du couvoir, avec une diversification pour se sécuriser encore mieux. En effet, son talon d’Achille, c’est la concentration de toute la chaîne de production en un même point, qui plus est dans une zone dense en élevages avicoles. Fin 2015, le premier épisode d’influenza a changé la donne. Après une première épizootie se soldant par une baisse d’activité de 20 %, celle de 2016-2017 a remis en cause les idées reçues sur l’invulnérabilité de la production avicole. « Nous avons terminé 2016 sur une courbe baissière. Le coup de massue est arrivé le 12 février 2017 avec la fermeture temporaire. » Quelques jours auparavant, le virus H5N8 hautement pathogène était détecté sur le site, ce qui signifiait l’abattage des animaux et la destruction des œufs. " Sans la volonté du personnel et des partenaires de la filière pour faire repartir la machine, nous aurions sans doute disparu. Après 7 000 heures de décontamination et de travaux de relance, nous avons sorti la tête de l’eau. Les indemnisations de l’État nous ont permis de sauver les meubles, mais il a vite fallu penser au jour d’après et réfléchir à comment mieux sécuriser nos productions. »

Un couvoir au cœur de la France fin 2019

La réponse n’a pas tardé à émerger  : « externaliser la production hors des zones de forte densité avicole et s’accrocher à la sécurité sanitaire tous azimuts ». Le plus gros reste à faire, selon Damien Betouigt. « Il faut faire agir la solidarité et raisonner collectif pour trouver les solutions de sauvegarde de la filière. » Ce constat était partagé avec deux clients historiques du couvoir, les coopératives Terres du Sud et Volailles d’Albret. « Ensemble, nous avons cherché des solutions pour comprendre le métier de demain et répondre aux nouveaux enjeux, tout en sécurisant les approvisionnements des coopératives et les débouchés du couvoir. » Ils se sont associés pour bâtir un couvoir au cœur de la France, proche du Sud-Ouest, mais préservé des fortes densités en volaille. Il est prévu pour une capacité initiale de 10 millions de poussins annuels. Opérationnel fin 2019-début 2020 sur un site plus propice à l’ouverture vers d’autres régions, le couvoir développera son activité vers les groupements, et spécialement celle de ses associés. Les trois partenaires considèrent qu’ils offriront une alternative à la filière en cas de nouvelle épizootie. Quant au couvoir landais de Magescq, « se détacher de ce site historique ne veut pas dire le supprimer. La production s’y poursuivra avec la même stratégie commerciale ».

Xavier Cresp

Prendre le tournant de la biosécurité

Dès la reprise en 2009, Damien Betouigt a mis l’accent sur la biosécurité. « Mon premier objectif a été de modifier les habitudes et les comportements pour accroître notre sécurité sanitaire. Conscient du savoir-faire technique de mes collaborateurs, je devais les habituer à planifier le travail au quotidien et à la semaine, à effectuer les tâches dans un certain ordre pour respecter la marche en avant. La majorité des résultats économiques ont été réinvestis dans la modernisation de l’outil d’élevage, poursuit Damien Betouigt. Avec une première enveloppe de 30 000 euros, nous avons mis en place des sas et des douches aux endroits stratégiques, réorganisé nos circuits quotidiens. Nous nous sommes habitués aux tenues différenciées par secteur. Ce qui semblait a priori chronophage a provoqué l’effet inverse. Aujourd’hui, on n’oublie plus un outil, sous peine de repasser sous la douche et de changer de tenue. Bref, on s’organise pour faire l’essentiel au bon endroit au bon moment avec du matériel d’entretien dédié à chaque unité de production. On gère donc mieux son temps. »

Un homme attaché à ses racines

Âgé de 45 ans, Damien Bétouigt est comme il aime le dire « Béarnais et fils de paysan ».

1990 à 1996 : Il suit des études supérieures d’agriculture à l’ESA de Purpan. Il découvre la volaille en Vendée et retient l’organisation rationalisée, la dynamique, et les rotations rapides des volailles standard. Son dernier stage chez un accouveur lui donne un aperçu du métier.
1998 à 2005 : Damien intègre le groupe Centre Lait Altitude à Aurillac, comme technicien développement en porcs, poulets et canards.
2006 à 2009 : il seconde la famille Courau au couvoir de la Côte d’Argent. Il redécouvre une activité paysanne, proche de ses valeurs, et se prend de passion pour l’accouvage.
2009 : il rachète le couvoir.
2009 à 2015 : il modernise les structures d’élevage.
2016 et 2017 : il subit les deux épisodes d’influenza.
2018 : partenariat avec Volailles d’Albret et Terres du Sud dans le projet Cœur de France.

Les plus lus

Julien Courbet Capital M6 poulet brésilien
L’importation de poulet brésilien épinglée par Capital sur M6
Peut-on encore manger en toute confiance ? Dans une émission diffusée le 22 janvier Capital pointe la différence de qualité entre…
De gauche à droite, Jacques et Pierre Lagrève, producteurs d’œufs à Louvigné du Désert, et Olivier Dauloudet, technico-commercial Ouest pour Patura
Volailles plein air : Sécuriser les parcours contre les intrus avec des clôtures électrifiées
Pour protéger les parcours des intrusions humaines et animales, les clôtures électrifiées assurent une protection efficace et…
Un exercice négatif de 756 000 euros pour Volinéo : « pas de produit mais des charges en hausse », résume sans appel Guy Marie Brochard, son président (à l'extrême droite).
Cavac : Des activités volailles dans la tempête
Sur fond d’exercice satisfaisant pour le groupe coopératif vendéen Cavac, toutes les activités avicoles du groupement spécialisé…
Fils de producteur d’œufs, Raphael Collet n’a aucune inquiétude vis-à-vis de ses choix techniques et de la commercialisation de ses œufs.
Œufs de consommation : Première installation d’une volière pondeuse Combo Plus
Dans les Côtes d’Armor en Bretagne, Raphaël Collet a repris l’élevage de pondeuses de son père pour voler de ses propres ailes.…
La ventilation dynamique est le premier poste de charges dans un poulailler de chair avec des économies importantes possibles dans les débits intermédiaires.
Dépenses électriques : Comment économiser avec une ventilation dynamique
La ventilation dynamique étant le principal poste de consommation électrique des bâtiments avicoles qui en sont équipés, modifier…
Selon l’Itavi, l’épointage est interdit en Norvège (1973), Finlande (1986), Suède (1988), Danemark et Autriche (2013), Pays Bas (2019), dans certains Länder d’Allemagne. La Suisse n’interdit pas mais les professionnels ne le font pratiquement plus.
Comment se préparer à la fin de l’épointage des poules bio
Arrêter l’épointage des poules pondeuses entraînera un risque accru de picage et cannibalisme. Une alimentation adaptée et l’…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)