Aller au contenu principal

Le calendrier de vaccination des palmipèdes contre l’influenza aviaire se précise

  

Selon le ministre de l’Agriculture, les premiers résultats de l’expérimentation des vaccins contre l’influenza aviaire sur les palmipèdes sont « plutôt encourageants ». S’ils se confirment, le calendrier sera « compatible avec une vaccination à l’automne 2023 », espère l’Anses.

L’avis de l’Anses sur les recommandations pour la vaccination des palmipèdes contre l’influenza aviaire devrait sortir « à la fin du premier trimestre 2023 », a indiqué Gilles Salvat, son directeur général délégué au pôle Recherche et référence, dans un entretien à Agra Presse le 15 novembre. Un délai « compatible avec une vaccination à l’automne 2023 », d’après lui, si l’essai se révèle positif et si les autorisations de mise sur le marché (AMM) sont accordées par l’UE dans les temps. Les tests – en animalerie sécurisée et sur le terrain – sont en passe de s’achever, mais ils doivent être suivis d’une phase de traitement des données. « L’analyse est toujours plus complexe et plus longue quand on quantifie du virus » (au lieu de simplement rechercher sa présence), explique M. Salvat.

Après l’établissement de l’efficacité du vaccin viendra la question de la « politique de vaccination à appliquer ». « Vaccine-t-on toute l’année ou seulement pendant les périodes à risque ? Vaccine-t-on en anneau autour des premiers cas ? », énumère le responsable de l’Anses. Des propositions qui dépendront de « la vitesse à laquelle les animaux réagissent à la vaccination ». « Le principe est que le vaccin aille plus vite que le virus », résume Gilles Salvat.

Et de rappeler que le but de la vaccination, en réduisant l’excrétion de virus par les animaux malades, est de « limiter la diffusion entre élevages » et de « ralentir le front de diffusion », ce qui devrait donner le temps aux mesures de lutte (euthanasies et dépeuplement) d’étouffer la progression de la maladie.

Stratégie vaccinale en mars

Par ailleurs, un autre avis, portant sur les Gallus (poulets, dindes, etc.), devait être restitué au ministère de l’Agriculture avant la fin du mois de novembre. Ce travail porte sur des vaccins existants mais non produits en Europe ; ils devront donc eux aussi obtenir une AMM avant d’être commercialisés.

Après les avis de l’Anses viendra le temps politique. Lors d’une conférence de presse du CNPO (interprofession des œufs) le 9 novembre, le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau a indiqué qu’il compte présenter « un plan en mars sur la stratégie vaccinale ». Des propos qu’il a précisés lors d’une audition devant les sénateurs de la commission des Affaires économiques le même jour.

Les essais en cours en France sur les canards apparaissent « plutôt encourageants », a-t-il détaillé à cette occasion, tout en appelant à la « prudence ». Comme attendu, « on aura les résultats en décembre-janvier », a confirmé M. Fesneau.

Ces résultats nourriront la réflexion sur la stratégie vaccinale, qui devra préciser notamment « quels types d’animaux sont vaccinés en priorité », tout en abordant le sujet de l’export. Le ministre a indiqué vouloir « regarder au niveau européen la façon dont on se met d’accord avec les pays tiers sur les modalités d’export ». Une étape de négociations qui « peut faire évoluer notre stratégie vaccinale », laquelle pourra ensuite « se déployer ».

Hormis la France, d’autres tests sont en cours dans plusieurs États membres : poulet et poule pondeuse en Belgique et Pays-Bas, dinde en Italie et oie en Hongrie.

Une situation mondiale favorable aux vaccins

Venue de Chine via la Sibérie au cours la décennie 2010, la lignée 2.3.4.4 B ayant donné naissance aux virus H5N1 hautement pathogène est passée en Amérique à la fin de 2021 par le Groenland. Un effet collatéral du réchauffement climatique ?
© ENVT/J.L. Guérin

Avant, la vaccination influenza était réservée aux pays où le virus était endémique et qui n’exportaient pas ou peu (Chine, Egypte, Mexique).

Aujourd’hui, la donne a changé. Avec un virus devenu pandémique, quel pays pourra se permettre de se prétendre plus blanc que blanc en refusant la vaccination ? En revanche, un autre scénario est possible : celui d’accepter la vaccination moyennant une réciprocité commerciale avantageuse.

La lignée 2.3.4.4 B a envahi presque tout le Monde. H5N1 en arrivé en Amérique du Nord au mois de novembre 2021. Le Canada et les USA sont touchés, avec respectivement 223 foyers novembre (3,7 millions de volailles de décembre 2012 au 22 novembre) et 268 foyers dans 46 états entre le 2 août et le 21 novembre (50,5 millions de volailles). En Amérique du Sud, la Colombie a notifié des anatidés sauvages positifs au H5N1 en octobre. Le Pérou a trouvé des pélicans porteurs de H5 le 10 novembre. Bientôt le Brésil ?

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Grippe aviaire : Où se trouvent les foyers ? (mise à jour du 01 décembre 2022)
La rédaction de Réussir Volailles vous propose de visualiser sur une carte interactive la localisation des foyers d’influenza…
Décrypter une facture d'électricité
Comment choisir son fournisseur d’électricité pour son exploitation agricole
Signer un nouveau contrat de fourniture d’énergie électrique ne s’improvise pas et ne se décide pas dans l’urgence. Le choix…
Grippe aviaire : opération de « dédensification » lancée dans l’Ouest
Pour contrer l’accélération de l’épizootie d’influenza aviaire dans une zone couvrant l’est de la Vendée et l’ouest des Deux…
L'équipement est aux normes d'élevage les plus récentes. Rien ne laisse penser que ce bâtiment a presque 40 ans.
Rénovation d'un poulailler de chair : Les frères Quilleré refont du neuf avec du vieux
Installés fin 2017 en Centre Bretagne, Nicolas et Frédéric Quilleré ont fait le choix de reprendre un site aussi âgé qu’eux pour…
Poule pondeuse : Les ambitions de croissance du couvoir Lanckriet
Basée dans la Somme, la société d’accouvage Lanckriet veut se développer sur l’ensemble du territoire.
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)