Aller au contenu principal

LDC limite les impacts de la Covid-19

Au vu des volumes et des ventes en légère progression globale de mars à fin août, le groupe LDC démontre qu’il est arrivé à résister aux impacts de la Covid-19.

Mercredi 7 octobre, le groupe LDC a communiqué ses chiffres  semestriels (mars à août). Au niveau global, il progresse aussi bien en chiffre d’affaires (+0.8% avec 2121.8 millions d’euros) qu’en volume (+1.4%), mais avec des différences selon les pôles (Volaille France, International, Traiteur).

Sur le pôle volaille, LDC démontre son expertise sur son cœur de métier. Pendant le confinement, le pôle avait réussi à s’adapter à la fermeture de ses débouchés en RHD et au transfert vers la GMS. Au second trimestre, il a fait des efforts promotionnels et compter sur ses marques pour obtenir de bonnes performances sur sa gamme été. De sorte que les volumes sont restés stables (+0.1%) pour un CA à +0.7% (1469.2 M€ hors amont). Si on ajoute l’amont (œufs, aliment, matières premières...) le CA atteint 1640.6 M€  et progresse de +1.6%.

Sur le pôle international, la crise a été plus compliquée à gérer et cela se traduit par un repli du CA de 0.1% (191,6 M€) malgré des volumes à +8.6%. Trois effets se sont conjugués en plus et en moins. Côté moins, la covid a fait baissé les prix de vente du poulet en Pologne. Et le canard européen est en crise de surproduction, ce qui se ressent sur les prix pratiqués par les filiales hongroises et polonaises. Côté plus, les acquisitions de Kiplama en Belgique et Marnevall en Hongrie ont gonflé l’activité. A périmètre et taux de change constants, l’activité aurait reculé de 8.7% en valeur et 2% en volume.

Sur le pôle traiteur, l’activité s’est améliorée à partir de juin ce qui se traduit par une baisse des ventes limitée à 2.9%  (289.6 M€) mais à +0.3% en volume. LDC a bénéficié d’un effet marque en GMS pour compenser le retrait en RHD.

Le groupe ne fait aucun pronostic sur les objectifs financiers. «  La prudence reste de mise dans un environnement sanitaire et économique à visibilité réduite » conclut le communiqué de presse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Influenza H5N8 : La France ordonne un confinement partiel des volailles
Après la confirmation de la présence du virus influenza aviaire aux Pays-Bas le 20 octobre, le ministère a décidé d’imposer le…
Influenza H5N8 : Les Pays-Bas ont confiné leurs volailles
les Pays-Bas ont confinés leurs volailles depuis vendredi 23 octobre à zéro heure, après la détection le 20 octobre d’un virus de…
Photovoltaïque sur les parcours : Le Synalaf donne ses préconisations
Le syndicat national des labels avicoles (Synalaf) a fait part le 12 octobre de sa position sur l’installation de panneaux…
« Dans ce métier, il faut avoir le souci du détail » © P. Le Douarin
« Du matériel adapté et de la méthode pour laver les poulaillers»

« Basé dans les Deux Sèvres, je travaille seul, mais j’ai plusieurs nettoyeurs à disposition selon le…

Influenza aviaire : les autorités sanitaires européennes appellent à la vigilance
Les migrations automnales d’oiseaux d’eau en provenance de l’extrême est de l’Europe pourraient être porteuses de virus de l’…
LDC limite les impacts de la Covid-19
Au vu des volumes et des ventes en légère progression globale de mars à fin août, le groupe LDC démontre qu’il est arrivé à…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)