Aller au contenu principal
Font Size

LDC Aquitaine joue sa propre carte

Second opérateur régional, LDC Aquitaine veut satisfaire ses marchés avec les labels régionaux et des produits à sa marque Le Gaulois.

Pierre Carrie, LDC Aquitaine.
Pierre Carrie, LDC Aquitaine.
© P. Le Douarin

Pierre Carrie, directeur de LDC Aquitaine, est clair et direct. « Nous ne faisons pas la course aux volumes. Notre objectif est de créer de la valeur pour être encore présents demain. » Initialement dédié à la volaille standard, le site de Bazas (Gironde) a été acheté en 1991, pour deux raisons principales. « LDC était sous-implanté dans les GMS du Sud-Ouest et a pu avoir accès à des appellations renommées », explique le directeur. LDC Aquitaine développe la production de produits régionaux et vend toute la gamme LDC. Ambassadrice du groupe, la force de vente régionale est indispensable pour appuyer la stratégie nationale.


Une petite moitié abattue sous signe de qualité


LDC Aquitaine s’appuie sur les signes de qualité reconnus régionalement, à travers les IGP Gascogne et surtout Landes. Sur un planning hebdomadaire moyen d’abattage de 210 000 têtes par semaine, le segment qualité concerne 95 000 volailles. Celles-ci proviennent presque exclusivement de la coopérative landaise Volailles d’Albret. La volaille standard est fournie par Sanders-Euralis à partir du Sud des Landes (60 000 par semaine), et complétée par Terres du Sud(1) à partir du Nord du Lot-et-Garonne, proche du site de Bazas. Les deux principaux fournisseurs le sont depuis longtemps. « Nous misons sur un partenariat gagnant-gagnant. Nous sommes assez fidèles, dans la mesure où les intérêts de chacun sont communs et suffisants à moyen terme. L’amont réalise un bon travail de fond, quantitatif et qualitatif, ce qui est encourageant. » Ce qui n’empêche pas de connaître parfois des tensions sur le court terme.


Rester vigilant sur la compétitivité


Le souci permanent de Pierre Carrie est de coller à la réalité de la consommation, notamment en termes de prix. Positionnée en haut de gamme avec une très grande notoriété, l’IGP Landes est vendue en générique (sans marque). « On va la poursuivre, même si ce positionnement est compliqué à défendre. » Elle fait face au leader et à sa marque St Sever. Les 80 % restants sont produits sous IGP Gascogne, vendus en grande partie sous l’appellation Sud-Ouest avec la marque Peyac, lancée en 2010. « Ayant un cahier des charges classique (élevage en 400 m2), l’IGP Gascogne permet un travail plus soutenu sur la compétitivité. » Le directeur de LDC Aquitaine reste attentif aux évolutions de la consommation régionale, ainsi qu’à la concurrence extra-régionale. En grande partie protégée par ses IGP, la production locale n’est pas pour autant intouchable. Il en est de même pour la production de poulet jaune standard. Certes plus facile d’accès, elle reste plus chère, sans être complètement décalée. « Ce serait une erreur de croire que le Sud-Ouest sera épargné par la concurrence nationale et internationale. Pour continuer à être en phase avec notre demande régionale, il faut rester très vigilant sur notre compétitivité. Ici, on a vu des produits belges dans les linéaires… »


(1) Actionnaire de LDC Aquitaine à 3 %.

Développer les produits élaborés

« Du nord de Bordeaux à Perpignan, les dix millions de consommateurs du Sud-Ouest surconsomment des produits de la filière gras et sous-consomment des produits élaborés, analyse Pierre Carrie. Pour nous, c’est une opportunité à développer. » LDC Aquitaine commercialise 20 000 tonnes de produits et en fabrique 12 000 tonnes à partir de 15 000 tonnes de carcasses abattues sur place. La volaille standard produite localement permet de vendre les produits à la marque Le Gaulois, avec le complément de gamme apporté par les autres sites du groupe (dinde, canard, produits élaborés). La clientèle est constituée d’enseignes de la grande distribution et de collectivités.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
En développant la volaille traditionnelle chez les petits fermiers africains, comme ici en Éthiopie, l'objectif est d'apporter aux populations rurales une source de protéines et de revenu à travers les œufs et la viande.  © Hendrix Genetics
Sasso contribue au développement du poulet villageois en Afrique
Le sélectionneur de souches colorées Sasso est impliqué dans deux projets de développement de l’aviculture rurale africaine,…
Bernard Guignard a commencé à planter massivement en même temps  qu'il a fait construire. © L. Vuillen
Des poulets sous les cerisiers et les abricotiers
Dans la Drôme près de Romans sur Isère, Bernard Guignard a associé l’élevage des poulets label rouge de l’Ardèche avec la…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)