Aller au contenu principal

LDC amont reprend le couvoir vendéen Daviet

Le couvoir Daviet devient Galina Vendée et est dirigé par Dominique Perrot, directeur général de l'activité poussins de LDC © P. Le Douarin
Le couvoir Daviet devient Galina Vendée et est dirigé par Dominique Perrot, directeur général de l'activité poussins de LDC
© P. Le Douarin

Dans le cadre du plan de cession de la société Daviet, les actifs (couvoir de l’Oie et fermes) ainsi que le personnel et les contrats avec les éleveurs multiplicateurs, ont été attribués le 24 décembre dernier au pôle amont du groupe LDC par le tribunal de commerce de La Roche sur Yon. La reprise est effective depuis le 6 janvier dernier. Sous procédure de sauvegarde depuis mai 2018, Daviet avait déposé le bilan le 13 novembre 2019. Le groupe LDC est le seul à avoir fait une proposition de reprise. Daviet devient Galina Vendée et sera dirigé par Dominique Perrot, déjà directeur général du couvoir Perrot (22) et du couvoir du Sourn (56), ces unités bretonnes devenant Galina Perrot.
Gilles Huttepain, responsable du pôle amont, avance trois arguments pour expliquer cette reprise : " conserver la société d’accouvage, sécuriser la production de poussins sur deux territoires (Bretagne, Pays de la Loire) en cas de crise sanitaire, se doter de moyens pour consolider le 'né en France' de la démarche 4 F de LDC (né, élevé, abattu, transformé en France)." Avec une capacité hebdomadaire de 0,6 à 0,7 million de poussins, Galina atteint une capacité globale de 2,5 millions de poussins. Galina Vendée ne sera pas uniquement dédié à la production destinée au groupe LDC et continuera à fournir une clientèle variée assure Gilles Huttepain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Thierry Poincloux sur le merlon en terre masquant son élevage. Sur cette parcelle idéalement placée, rien ne laissait présager une opposition malgré tout restée limitée.
« Ne jamais préjuger de la facilité à monter un projet de poulailler»
Tristan Poincloux a défendu bec et ongles son autorisation d’exploiter face à un adversaire déterminé. Il est aujourd’hui…
Le premier site a été installé avant l'été en Loire Atlantique sur un parcours de canards .
Un nouvel agrivoltaïsme sur les parcours de volailles
Associant agroforesterie et photovoltaïque, la jeune société NovaFrance Energy fait le pari de séduire les éleveurs de plein air…
Chaque circuit d'assiettes en boucle compte deux descentes d'aliment pour une meilleure régularité de la distribution.  © A. Puybasset
Une vaste poussinière de 3200 m2 pour futurs repros chair
À l’EARL Chevillard, le bâtiment neuf, dynamique et obscur, est équipé pour atteindre une parfaite maîtrise de l’homogénéité des…
Les appréhensions légitimes du voisinage peuvent être aplanies par de patients efforts de communication en amont du projet de création ou d'extension.
Communiquer sur son projet d’élevage
De nombreux projets de créations ou d’extensions d’élevages génèrent des inquiétudes dans leur voisinage, lesquelles peuvent…
Défense de l'élevage : l’Anvol appelle les Français à se mobiliser pour les volailles françaises
L’interprofession de la volaille française (Anvol) appelle tous les acteurs de la société française à soutenir le secteur…
Apprécier le niveau de souffrance et la capacité à recouvrer assez vite un état quasi normal.
Comment décider de la mise à mort des volailles
L’Itavi et le monde vétérinaire, représenté par la SNGTV, ont édité un arbre décisionnel, qui permet à l’éleveur confronté à un…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)