Aller au contenu principal

Volailles : Actualité agricole et agroalimentaire des filières poulets, poules pondeuses, canards, dindes, œufs, foie gras dédié

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Interview de Claude Aubert, en charge des dossiers environnementaux à l'Itavi
«L’AIR ENTRE SUR LA SCÈNE ENVIRONNEMENTALE»

Pour Claude Aubert, les exigences réglementaires vont s’amplifier sur les aviculteurs, et ils auront en général les moyens techniques d’y faire face.

Claude Aubert, Itavi ; "On peut choisir l'eau qu'on boit, mais on ne choisit pas l'air que l'on respire."
Claude Aubert, Itavi ; "On peut choisir l'eau qu'on boit, mais on ne choisit pas l'air que l'on respire."
© P. Le Douarin

Quels sont les changements à venir dans la réglementation environnementale des élevages ?

Jusqu’à récemment la pression réglementaire s’exerçait en lien avec une préoccupation concernant la pollution de l’eau, notamment des sols et des cours d’eau, par les nitrates et le phosphore agricoles. Dorénavant va s’ajouter tout ce qui a trait à la pollution de l’air et au réchauffement climatique. Les réglementations sur le gaz ammoniac, les gaz à effet de serre (GES) et les particules en suspension risquent d’être de plus en plus prégnants.


Cette situation réglementaire est-elle propre à la France ?

Non, les réglementations découlent de décisions européennes (règles dites IPPC-IED) et internationales (protocole de Göteborg). Contrairement à ce que prétendent certains, la France ne légifère plus seule dans ce domaine.


Qui est ou sera concerné ?

Jusqu’à présent, seuls les élevages hors-sol, avicoles de plus de 40000 places et les porcins, sont impliqués par la réglementation IPPC-IED. Un abaissement du seuil est envisagé en dinde et canard. Jusqu’à présent épargnés, les éleveurs bovins seront aussi intégrés dans les réglementations liées à l’air (protocole de Göteborg, ICPE). À terme, ils pourraient eux aussi rejoindre le régime IPPC-IED.


Le secteur avicole a-t-il les moyens technologiques pour faire face ?

Oui.Vis-à-vis de la pollution du sol et de l’eau, nous sommes en train de réviser les références Corpen de 2006. Sauf cas particulier (canard notamment), c’est grosso modo le statu-quo sur les rejets en azote et le phosphore est en très nette diminution. Au plan agronomique, un meilleur rapport entre les éléments azotés et phosphorés est un avantage. En ce qui concerne l’air, de gros efforts sont faits pour améliorer la gestion de l’ambiance et sa qualité (épargne d’eau, échangeurs de chaleur, flores bactériennes). Ils permettent d’obtenir des litières plus sèches.D’où une réduction de l’émission d’ammoniac. Il reste encore des progrès à faire,mais chacun peut constater une amélioration du bien-être des animaux (moins de pathologies respiratoires) et des conditions de travail.


En agissant sur un critère environnemental, améliore-t-on d’autres paramètres ?

Pas nécessairement. Réduire l’ammoniac par des litières plus sèches augmente les émissions de particules dites primaires (poussières). Un bon exemple de synergie, c’est la recherche d’économies d’énergie (diminution des GES) avec des échangeurs de chaleur qui améliorent l’état des litières donc réduisent l’ammoniac.


La technologie de la ventilation en tunnel permettra-t-elle de maîtriser l’ammoniac ?

Si on imposait le lavage de l’air sortant, cette ventilation est adaptée. Il serait dommage d’obliger à traiter l’air sortant des poulaillers, car cela signifierait qu’on a échoué en matière de prévention des émissions. Aujourd’hui on sait les minimiser. Il y a vingt ans, 20 ppm d’ammoniac paraissait un taux normal. Aujourd’hui on s’inquiète à 5 ppm. De plus, laver l’air consomme beaucoup d’eau et ne résoud pas la question de la récupération de l’ammoniac dissous dans l’eau.


Quelles sont les exigences qui seront difficiles, voire impossibles à respecter ?

Deux points semblent délicats à régler : la gestion des eaux de lavage des bâtiments bétonnés et surtout celle des plans d’épandage dans les zones d’élevage denses.Appliquer l’équilibre de fertilisation veut dire multiplier les surfaces d’épandage par deux. Même sans lisier de porc, la Bretagne n’est pas assez grande pour absorber tous les effluents des volailles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Vignette
La coopérative des volailles de Loué réagit à la baisse des ventes de poulet entier label rouge
Surpris par le recul du poulet entier et la stagnation de l’œuf sous labels rouges, le leader national prépare une nouvelle…
Vignette
La course au sexage des embryons de poule
Parmi les nombreuses start-up qui travaillent sur l’ovosexage, la société allemande Seleggt semble avoir pris un temps d’avance,…
Vignette
La volaille est le dindon de la farce de l’accord entre l’Union européenne et le Mercosur
Signé le 28 juin, l’accord commercial bilatéral entre l’Union européenne et le Mercosur pénalise fortement le secteur agricole…
Vignette
Des bâtiments avec davantage d’espace et de lumière pour les dindons
Avec le soutien de sa coopérative Le Gouessant, Jérémy Fillon élève ses dindons en densité réduite dans deux bâtiments en lumière…
Vignette
Le groupe coopératif Terrena investit dans ses filières de volailles différenciées et les PAI
La page Doux est tournée chez Terrena. Le groupe investit désormais dans les filières différenciées, notamment avec un nouvel…
Vignette
LDC en pole position européenne
Avec ses acquisitions, le groupe LDC accroît ses performances et se positionne en leader européen, mais il stagne dans les GMS en…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Aviculture
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Aviculture
Newsletter COT'Hedbo Aviculture (tendances et cotations de la semaine)