Aller au contenu principal
Font Size

L’accouvage Doux-Ballis étoffe son parc de reproduction

Avec un nouveau site de 7 200 m2 sous contrat, le pôle accouvage de Doux agrandit son parc dans un contexte de bâtiments plutôt vieillissants.

De gauche à droite : Romain Guillet, Laurent Puaud (AMRS), les éleveurs Bertrand Grolleau, Benjamin Cailleau, Stéphane Grolleau, Ralf Meyer (Big Dutchman), David Onillon (Onillon).
© DR

L’an dernier, le Gaec du Moulin de Chaix, situé à Tancoigné dans le Maine-et-Loire, a rejoint le pôle accouvage de Doux. « Nous avions le projet de passer de quatre à six bâtiments d’élevage de futures poules reproductrices, précise Stéphane Grolleau l’un des associés, mais cela ne collait pas avec les marchés de notre précédent accouveur partenaire. » Initialement composé par les deux frères Stéphane et Bertrand, le Gaec a été agrandi avec l’arrivée de Benjamin Cailleau en 2016. Situé dans une zone à dominante viticole, le Gaec produit également de la viande bovine parthenaise. Les six bâtiments vont approvisionner en reproducteurs chair JV les élevages de ponte des deux couvoirs dédiés à la production Doux. Il est possible qu’ils approvisionnent ultérieurement des élevages travaillant pour le couvoir Boyé, lui aussi détenu par Galliance. L’accouvage poulet export est majoritairement assuré par les couvoirs Ballis en Vendée et par Doux accouvage en Cotes-d’Armor, à raison de 100 millions et 60 millions d’œufs mis en incubation.

7 200 m2 répartis en trois sites

Les OAC sont fournis par un parc de 227 000 m2 (élevage et ponte), dont 75 % sont gérés par les couvoirs. Les éleveurs sous contrat représentent 32 000 m2 chez Doux accouvage (40 % du parc) et 25 000 m2 chez Ballis (27 %). Ces nouveaux bâtiments de 1 600 m2 chacun viennent renforcer les 15 000 m2 de poussinières internes Ballis. Ils ont été construits sur un troisième site (1) que les associés et leurs fournisseurs ont fait découvrir le 8 juin dernier. Pour la structure obscure à ventilation dynamique, ils ont choisi le constructeur Onillon de Saint-Aubin-de-Baubigné dans les Deux-Sèvres. Installés par AMRS Services, les équipements intérieurs sont tous de la marque Big Dutchman : chaînes plates et pipettes relevables, éclairage à leds, ventilation avec cinq cheminées et deux turbines au pignon. Le sol est bien entendu bétonné. L’investissement s’élève à 300 euros/m2, tout compris précise Stéphane Grolleau. Le Gaec du Moulin de Chaix a bénéficié d’une aide de Doux égale à 25 % du montant hors taxes du projet, qui sera versée sur neuf ans.

(1) 1 920 m2 et 2 030 m2 pour les sites existants.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
Les filières viandes « grandes oubliées » des aides
Le secteur des viandes a pour l’instant le sentiment de faire partie des « grands oubliés » des mesures d’accompagnement…
L'essai comparatif de trois stratégies de protection de poulets certifiés vis-à-vis des coccidies E.acervulina et E. tenella, 24 groupes de 40 animaux élevés jusqu'à 48 jours en station expérimentale. © Itavi
L’Itavi a expérimenté trois solutions de prévention de la coccidiose du poulet
Un essai mené en station expérimentale par l’Itavi sur des poulets certifiés montre qu’un programme d’additifs anticoccidiens est…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)