Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L’accouvage Doux-Ballis étoffe son parc de reproduction

Avec un nouveau site de 7 200 m2 sous contrat, le pôle accouvage de Doux agrandit son parc dans un contexte de bâtiments plutôt vieillissants.

De gauche à droite : Romain Guillet, Laurent Puaud (AMRS), les éleveurs Bertrand Grolleau, Benjamin Cailleau, Stéphane Grolleau, Ralf Meyer (Big Dutchman), David Onillon (Onillon).
© DR

L’an dernier, le Gaec du Moulin de Chaix, situé à Tancoigné dans le Maine-et-Loire, a rejoint le pôle accouvage de Doux. « Nous avions le projet de passer de quatre à six bâtiments d’élevage de futures poules reproductrices, précise Stéphane Grolleau l’un des associés, mais cela ne collait pas avec les marchés de notre précédent accouveur partenaire. » Initialement composé par les deux frères Stéphane et Bertrand, le Gaec a été agrandi avec l’arrivée de Benjamin Cailleau en 2016. Situé dans une zone à dominante viticole, le Gaec produit également de la viande bovine parthenaise. Les six bâtiments vont approvisionner en reproducteurs chair JV les élevages de ponte des deux couvoirs dédiés à la production Doux. Il est possible qu’ils approvisionnent ultérieurement des élevages travaillant pour le couvoir Boyé, lui aussi détenu par Galliance. L’accouvage poulet export est majoritairement assuré par les couvoirs Ballis en Vendée et par Doux accouvage en Cotes-d’Armor, à raison de 100 millions et 60 millions d’œufs mis en incubation.

7 200 m2 répartis en trois sites

Les OAC sont fournis par un parc de 227 000 m2 (élevage et ponte), dont 75 % sont gérés par les couvoirs. Les éleveurs sous contrat représentent 32 000 m2 chez Doux accouvage (40 % du parc) et 25 000 m2 chez Ballis (27 %). Ces nouveaux bâtiments de 1 600 m2 chacun viennent renforcer les 15 000 m2 de poussinières internes Ballis. Ils ont été construits sur un troisième site (1) que les associés et leurs fournisseurs ont fait découvrir le 8 juin dernier. Pour la structure obscure à ventilation dynamique, ils ont choisi le constructeur Onillon de Saint-Aubin-de-Baubigné dans les Deux-Sèvres. Installés par AMRS Services, les équipements intérieurs sont tous de la marque Big Dutchman : chaînes plates et pipettes relevables, éclairage à leds, ventilation avec cinq cheminées et deux turbines au pignon. Le sol est bien entendu bétonné. L’investissement s’élève à 300 euros/m2, tout compris précise Stéphane Grolleau. Le Gaec du Moulin de Chaix a bénéficié d’une aide de Doux égale à 25 % du montant hors taxes du projet, qui sera versée sur neuf ans.

(1) 1 920 m2 et 2 030 m2 pour les sites existants.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Le 19 mars dans un supermarché de Bretagne, les linéaires étaient à nouveau bien remplis © P. Le Douarin
Les filières avicoles font face au tsunami du Covid-19
Depuis l’entrée en vigueur du confinement, les chaînes d’approvisionnement avicoles s’adaptent au bouleversement des débouchés et…
De nouveaux foyers d’influenza H5N8 HP sur des volailles en Allemagne, Bulgarie et Pologne
Les 12 et 13 mars, l’OIE a annoncé un foyer d'influenza aviaire H5N8 HP en Allemagne et six en Pologne
Florian Palluet mise sur la performance technique et énergétique, avec son poulailler de 1680 m2.  © A. Puybasset
Un bâtiment de volailles de chair équipé pour gagner en technicité
Florian Palluet a investi dans un poulailler de chair à extraction haute Skov. Dans ses choix d’équipements, il a donné la…
« Tous les coronavirus sont hautement transmissibles » , explique Béatrice Grasland, de l'Anses de Ploufragan
Béatrice Grasland, de l'Anses de Ploufragan, se veut rassurante sur la non-implication des animaux domestiques dans la…
Un troisième foyer d’influenza aviaire H5N8 HP découvert en Allemagne du nord
Un troupeau de dindes reproductrices porteur d’un sérotype H5N8 hautement pathogène a été éliminé le 21 mars à Dornum, près de la…
Les filières avicoles sur le pont face à la crise du coronavirus
L’ensemble des filières de production de volailles se mobilise pour nourrir les français pendant la crise.
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)