Aller au contenu principal

L’accouvage Doux-Ballis étoffe son parc de reproduction

Avec un nouveau site de 7 200 m2 sous contrat, le pôle accouvage de Doux agrandit son parc dans un contexte de bâtiments plutôt vieillissants.

De gauche à droite : Romain Guillet, Laurent Puaud (AMRS), les éleveurs Bertrand Grolleau, Benjamin Cailleau, Stéphane Grolleau, Ralf Meyer (Big Dutchman), David Onillon (Onillon).
© DR

L’an dernier, le Gaec du Moulin de Chaix, situé à Tancoigné dans le Maine-et-Loire, a rejoint le pôle accouvage de Doux. « Nous avions le projet de passer de quatre à six bâtiments d’élevage de futures poules reproductrices, précise Stéphane Grolleau l’un des associés, mais cela ne collait pas avec les marchés de notre précédent accouveur partenaire. » Initialement composé par les deux frères Stéphane et Bertrand, le Gaec a été agrandi avec l’arrivée de Benjamin Cailleau en 2016. Situé dans une zone à dominante viticole, le Gaec produit également de la viande bovine parthenaise. Les six bâtiments vont approvisionner en reproducteurs chair JV les élevages de ponte des deux couvoirs dédiés à la production Doux. Il est possible qu’ils approvisionnent ultérieurement des élevages travaillant pour le couvoir Boyé, lui aussi détenu par Galliance. L’accouvage poulet export est majoritairement assuré par les couvoirs Ballis en Vendée et par Doux accouvage en Cotes-d’Armor, à raison de 100 millions et 60 millions d’œufs mis en incubation.

7 200 m2 répartis en trois sites

Les OAC sont fournis par un parc de 227 000 m2 (élevage et ponte), dont 75 % sont gérés par les couvoirs. Les éleveurs sous contrat représentent 32 000 m2 chez Doux accouvage (40 % du parc) et 25 000 m2 chez Ballis (27 %). Ces nouveaux bâtiments de 1 600 m2 chacun viennent renforcer les 15 000 m2 de poussinières internes Ballis. Ils ont été construits sur un troisième site (1) que les associés et leurs fournisseurs ont fait découvrir le 8 juin dernier. Pour la structure obscure à ventilation dynamique, ils ont choisi le constructeur Onillon de Saint-Aubin-de-Baubigné dans les Deux-Sèvres. Installés par AMRS Services, les équipements intérieurs sont tous de la marque Big Dutchman : chaînes plates et pipettes relevables, éclairage à leds, ventilation avec cinq cheminées et deux turbines au pignon. Le sol est bien entendu bétonné. L’investissement s’élève à 300 euros/m2, tout compris précise Stéphane Grolleau. Le Gaec du Moulin de Chaix a bénéficié d’une aide de Doux égale à 25 % du montant hors taxes du projet, qui sera versée sur neuf ans.

(1) 1 920 m2 et 2 030 m2 pour les sites existants.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Audrey et Pierre Besançon ont réinvesti 60 000 euros (aides non déduites) dans 90 m2 de fenêtres, afin de continuer à produire après 2025 et en espérant un retour rapide d'investissement. © P. Le Douarin
Lumière naturelle : Audrey et Pierre conseillent de « bien préparer et suivre le chantier de pose des fenêtres »
Engagés dans Nature d’éleveurs depuis deux ans, Audrey et Pierre Besançon ont fait poser des fenêtres dans leurs deux poulaillers…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Jean-Luc Martin, de l'entreprise Tell Élevage, spécialisée dans les audits techniques de bâtiments. © A. Puybasset
« La position des fenêtres impacte les circuits d’air du poulailler »
Jean-Luc Martin, de Tell Élevage, met en garde sur l’impact potentiel des fenêtres sur la ventilation du poulailler, notamment…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
Filière canard à foie gras : Un rapprochement entre Euralis et Maïsadour ?
Ce 28 juillet, les deux poids lourds coopératifs du sud-ouest annoncent être entrés en discussion pour travailler ensemble sur…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)