Aller au contenu principal

La volaille relativement épargnée par l’accord commercial UE-Mexique

Après un accord de principe trouvé en avril 2018, l’Union européenne et le Mexique ont achevé le 28 avril dernier le processus de modernisation de leur accord de libre-échange.

drapeau mexicain et Union européenne
Le Mexique et l'Union européenne ont finalisé un accord commercial que ne contestera pas à priori le secteur avicole
© Evgenia/stock.adobe.com

L’aboutissement des pourparlers de libre échange commercial entre l’Union européenne et le Mexique arrive en total contretemps par rapport à l’actualité focalisée sur la Covid-19, laquelle a remis en avant la question de l’origine de l’alimentation des Européens dans toutes ses dimensions (souveraineté, sécurité sanitaire, autonomie…). Mais, il est le résultat d’un long processus qui ne concerne pas uniquement les produits agricoles.

Un accord commercial existait entre l’Union européenne et le Mexique depuis le début des années 2000. Les négociations de modernisation ont démarré en mai 2016, juste avant l’élection de Donald Trump, partisan d’un mur à la frontière des deux pays. La Commission européenne a voulu saisir cette opportunité avec l’objectif affiché de libéraliser les échanges au maximum,dans les deux sens avec un souci de réciprocité. Avec le protocole signé le 28 avril, "la libéralisation totale des échanges atteindra plus de 85 % des lignes de tarifs douaniers qui n'avaient pas été libéralisées" indique le communiqué de presse de l’Union européenne.

Cette annonce a fortement fait réagir des syndicats agricoles minoritaires et des organisations politiques opposés par principe à ce type d’accord, symbole d’une mondialisation jugée néfaste. Du coté des professionnels de la viande bovine, Interbev estime que les produits mexicains ne présentent pas de garanties sanitaires suffisantes et demande au président Macron de s’opposer à l’accord, ainsi qu’à toute prochaine ouverture du marché européen aux pays tiers

Des opportunités pour la VSM

Les professionnels avicoles européens ont préservé l’essentiel, à savoir le filet de poulet. Pendant les négociations en amont, ils ont réussi à convaincre la Commission européenne de ne pas lâcher le filet de poulet.

Presque tous les produits avicoles mexicains importés par l’UE seront donc libéralisés, à l'exception des filets (mais avec un droit préférentiel sur un contingent de 10 000 tonnes) et des ovoproduits (droit préférentiel sur 5 000 t d'équivalent-œufs pour les jaunes).

Les conditions d'accès au marché mexicain seront nettement améliorées pour la volaille européenne. La viande désossée mécaniquement (VSM) sera complètement libérée et les cuisses de poulet seront exemptes de droit jusqu’à 20 000 tonnes. La concurrence commerciale risque d’être rude sur le marché des cuisses largement occupé par les nord-américains qui se délestent des morceaux que ne prisent pas leurs consommateurs. En revanche, il y a sans doute plus d’opportunités à saisir en VSM, estime Paul Lopez le président de l’Association européenne des abatteurs de volailles (Avec). En effet, les Mexicains consomment énormément de saucisses fabriquées à base de VSM, notamment issue de volaille.

Pour être définitivement adopté, l’accord devra être traduit dans les vingt-sept langues de l’UE et ratifié par le Parlement, ainsi que par le Conseil européen.

 

Les autres produits animaux concernés :

Importations mexicaines

  • Viande de bœuf : 10 000 tec (tonnes équivalent carcasse) de contingent introduit en 5 ans avec 7.5% de droits de douane ;
  • Abats de bœuf :10 000 tec de contingent en 5 ans avec 7.5% de droits ;
  • Porc : libéralisation, sauf pour le jambon congelé (contingent de10 000 tec)

Exportation européennes

  • Fromage: 20 000 t sur les affinés et 5000 t sur le frais en 5 ans ;
  • Produits laitiers : 50 000 t en 5 ans sur lait écrémé en poudre ;
  • Porc : libéralisée.

En savoir plus :

Présentation de l'accord sur le site de l'Union européenne

Les données spécifiques aux échanges agricoles avec le Mexique

Les échanges UE-Mexique (source Eurostat)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Filière canard à foie gras : Un rapprochement entre Euralis et Maïsadour ?
Ce 28 juillet, les deux poids lourds coopératifs du sud-ouest annoncent être entrés en discussion pour travailler ensemble sur…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
L’éclairage naturel s’impose en volaille standard
Mis sous pression depuis 2016, les trois principaux groupes d’abattage demandent à leurs éleveurs d’élever des volailles au…
Concevoir des solutions vaccinales qui permettent de manipuler moins, de vacciner mieux, et de mieux protéger les volailles jusqu’à leur fin de ponte. © A. Puybasset
Comment simplifier le programme de vaccination des poulettes
Le fabricant de vaccins Ceva Santé Animale achève de construire une gamme complète pour les futures poules pondeuses qui réduit…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)