Aller au contenu principal

La volaille plutôt épargnée par l’accord UE-Mexique

Les Mexicains sont de gros consommateurs de saucisses, fabriquées notamment avec de la VSM de volaille. © P. Le Douarin
Les Mexicains sont de gros consommateurs de saucisses, fabriquées notamment avec de la VSM de volaille.
© P. Le Douarin

La modernisation de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Mexique devrait être plutôt favorable aux intérêts des aviculteurs européens. Les pourparlers se sont achevés fin avril, à total contre-pied des interrogations sur l’alimentation des Européens (souveraineté alimentaire, sécurité sanitaire, autonomie et libre-échange…) pendant la crise du Sars-Cov-2. Ce qui a fait surréagir les opposants à ce type d’accord. Avec le protocole signé fin avril, plus de 85 % des lignes de tarifs douaniers qui n’étaient pas libéralisées le seront. Pour ce qui concerne le secteur avicole, les professionnels européens ont préservé l’essentiel, car ils avaient réussi à convaincre la Commission européenne de ne pas lâcher le filet de poulet. Presque tous les produits importés du Mexique seront donc progressivement libéralisés, à l’exception des filets (moyennant un droit d’accès préférentiel de 10 000 tonnes) et des ovoproduits (droit de 5 000 t d’équivalent-œufs pour les jaunes). L’accès au marché mexicain sera nettement amélioré pour la volaille européenne. La viande désossée mécaniquement (VSM) entrera sans droits et les cuisses de poulet en seront exemptes jusqu’à 20 000 tonnes. Il y aura plus d’opportunités à saisir sur la VSM que sur les cuisses, estime Paul Lopez, président de l’Association européenne des abatteurs de volailles (Avec). Le marché mexicain des cuisses est largement alimenté par les Américains qui exportent massivement ces morceaux. En revanche, les Mexicains consomment énormément de saucisses fabriquées à base de VSM, notamment de volailles. Pour être définitivement adopté, l’accord doit être ratifié par le Parlement et par le Conseil européens.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Plan de relance agricole : des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Le Gaec du Metz, avec Anne-Laurence et Xavier Fleury, devant leurs fils Arthur (à gauche) et Victor, ont fait le choix de la poule pondeuse plein air pour diversifier leur exploitation laitière. © A. Puybasset
Des poules pondeuses plein air pour diversifier le Gaec laitier
Le Gaec du Metz, dans l’Orne, se diversifie dans la volaille avec son nouvel élevage de 15 000 poules pondeuses plein air, géré…
Suivez les foyers d’influenza aviaire sur la carte interactive de Réussir Volailles
La rédaction de Réussir Volailles actualise en permanence la cartographie des foyers d’influenza déclarés en Europe, afin…
L’entrée de la lumière par la toiture contribue à une intensité lumineuse plus homogène sur toute la surface du poulailler. © A. Puybasset
Les atouts de la lumière venue du toit du poulailler
Chez Martine et Gérard Jéhannin, la lumière naturelle rentre par des tabatières occultables. Une alternative aux fenêtres sur les…
Jérémy Choquet (à droite) et Xavier Moine, de Tuffigo-Rapidex : "Plus accessible, ce boîtier incite à aller plus loin dans l’optimisation des réglages. » © A. Puybasset
Une régulation de poulailler conçue « pour et avec » les éleveurs
L’équipementier Tuffigo-Rapidex innove avec l’ordinateur de régulation Serenity. Il est doté de nouvelles fonctionnalités, plus…
Les ventes de volaille à l’étranger sont en recul de près de 50 000 tonnes (-15 %) sur les 9 premiers mois de 2020 tandis que les importations reculent de 18 000 tonnes (- 4 %) sur la même période. Les mesures de confinement ont engendré un recul des importations de près de 20 % sur la période de mars à mai mais sont reparties à la hausse depuis le mois de juin.
La Covid-19 fait reculer le marché de la volaille française
Sous l’effet de la Covid-19, le marché français de la volaille pourrait se contracter en 2020, pour la première fois depuis 15…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)