Aller au contenu principal

La téléréalité au cœur des élevages québécois

L’émission de téléréalité « Arrive en campagne » fait un tabac sur la première chaîne télévisée québécoise avec un million de spectateurs sur environ huit millions d’habitants. Elle prépare sa cinquième saison.

En compagnie du célèbre chef cuisinier Stefano Faita, une famille urbaine est invitée à passer 48 heures dans une exploitation et à participer au travail avec la famille d’agriculteurs qui l’accueille. Chaque semaine, l’émission fait découvrir une production et une région différente. Loin de l’image bucolique et trompeuse habituellement véhiculée par les médias télévisés — en France notamment — cette émission surprend car elle montre sans complexe la réalité des exploitations agricoles : des entreprises familiales modernes.
Lors des émissions chez des éleveurs de poulets, de dindes ou de poules pondeuses, les images sont tournées à l’intérieur des bâtiments, de type et de taille conventionnels. L’émission met en avant l’éleveur qui explique sa façon de produire, son organisation de travail : l’élevage de poulettes en volière, les poules en cages, l’importance de revêtir une cotte (« couvre-tout ») et les mesures de biosécurité, les volailles en phase de démarrage et de finition… La famille urbaine met la main à la pâte, par exemple pour le ramassage des œufs. Pour « pimenter » l’émission et apporter un côté ludique, elle doit relever quelques défis au cours de son immersion.

Bientôt une adaptation française

L’émission s’achève autour d’un repas cuisiné à partir du produit de l’exploitation. Réalisé avec le partenariat d’organisations agricoles qui financent les émissions, dont la coop Fédérée, Arrive en campagne offre une occasion originale de renouer le dialogue avec le citoyen-consommateur, tout en ciblant un public jeune et urbain. Un projet d’adaptation a démarré en France, avec une diffusion prévue le samedi matin sur TF1. Les producteurs CocoTV et Galaxie sont en train de « constituer un noyau de partenaires agricoles, financeurs et commanditaires de l’émission, qui bénéficie du soutien du ministère de l’Agriculture. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Audrey et Pierre Besançon ont réinvesti 60 000 euros (aides non déduites) dans 90 m2 de fenêtres, afin de continuer à produire après 2025 et en espérant un retour rapide d'investissement. © P. Le Douarin
Lumière naturelle : Audrey et Pierre conseillent de « bien préparer et suivre le chantier de pose des fenêtres »
Engagés dans Nature d’éleveurs depuis deux ans, Audrey et Pierre Besançon ont fait poser des fenêtres dans leurs deux poulaillers…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Jean-Luc Martin, de l'entreprise Tell Élevage, spécialisée dans les audits techniques de bâtiments. © A. Puybasset
« La position des fenêtres impacte les circuits d’air du poulailler »
Jean-Luc Martin, de Tell Élevage, met en garde sur l’impact potentiel des fenêtres sur la ventilation du poulailler, notamment…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
Concevoir des solutions vaccinales qui permettent de manipuler moins, de vacciner mieux, et de mieux protéger les volailles jusqu’à leur fin de ponte. © A. Puybasset
Comment simplifier le programme de vaccination des poulettes
Le fabricant de vaccins Ceva Santé Animale achève de construire une gamme complète pour les futures poules pondeuses qui réduit…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)