Aller au contenu principal

La téléréalité au cœur des élevages québécois

L’émission de téléréalité « Arrive en campagne » fait un tabac sur la première chaîne télévisée québécoise avec un million de spectateurs sur environ huit millions d’habitants. Elle prépare sa cinquième saison.

En compagnie du célèbre chef cuisinier Stefano Faita, une famille urbaine est invitée à passer 48 heures dans une exploitation et à participer au travail avec la famille d’agriculteurs qui l’accueille. Chaque semaine, l’émission fait découvrir une production et une région différente. Loin de l’image bucolique et trompeuse habituellement véhiculée par les médias télévisés — en France notamment — cette émission surprend car elle montre sans complexe la réalité des exploitations agricoles : des entreprises familiales modernes.
Lors des émissions chez des éleveurs de poulets, de dindes ou de poules pondeuses, les images sont tournées à l’intérieur des bâtiments, de type et de taille conventionnels. L’émission met en avant l’éleveur qui explique sa façon de produire, son organisation de travail : l’élevage de poulettes en volière, les poules en cages, l’importance de revêtir une cotte (« couvre-tout ») et les mesures de biosécurité, les volailles en phase de démarrage et de finition… La famille urbaine met la main à la pâte, par exemple pour le ramassage des œufs. Pour « pimenter » l’émission et apporter un côté ludique, elle doit relever quelques défis au cours de son immersion.

Bientôt une adaptation française

L’émission s’achève autour d’un repas cuisiné à partir du produit de l’exploitation. Réalisé avec le partenariat d’organisations agricoles qui financent les émissions, dont la coop Fédérée, Arrive en campagne offre une occasion originale de renouer le dialogue avec le citoyen-consommateur, tout en ciblant un public jeune et urbain. Un projet d’adaptation a démarré en France, avec une diffusion prévue le samedi matin sur TF1. Les producteurs CocoTV et Galaxie sont en train de « constituer un noyau de partenaires agricoles, financeurs et commanditaires de l’émission, qui bénéficie du soutien du ministère de l’Agriculture. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

De nouvelles règles de production pour les œufs label rouge
En discussion depuis 2018, les nouvelles conditions de productions communes de la production d’œufs de poules label rouge sont…
Nathalie Mordelet avec ses poulettes pendant leur enlèvement : « Il faut être ferme avec les poules, sinon elles ont vite fait de gagner la partie à nos dépens. » © P. Le Douarin
Poules pondeuses : les six premières semaines sont cruciales
En production d’œufs sous modes alternatifs, les deux premiers mois de la mise en route des poules conditionnent énormément le…
« Sur les quatre lots en volière, pas un n’a eu les mêmes comportements. C’est à moi de réagir et de m’adapter aux poules comme elles s’adaptent aussi à leur nouvel environnement. » © P. Le Douarin
Pondeuses en volière : Patrick Le Corre est exigeant sur ses poulettes
Éleveur finistérien méticuleux, Patrick Le Corre est très vigilant sur la manière dont sont élevées ses poules, afin de les…
Les ressorts haute résistance en rotation de l'aérateur Aélavia cassent la croute de litière. © Pubert
Un aérateur pour tout type de litières

Fabriqué par l’entreprise française Pubert et distribué par Boissinot Élevage, Aélavia est un aérateur…

Adrien Hervault : « La première semaine, je déclenche manuellement la distribution de l’aliment pour bien caler les quantités et veiller à ce que les poules ne fassent pas de tri. » © A. Puybasset
« Je ne compte pas mes heures au démarrage de mes poules en volière »
Adrien Hervault et son père Patrick passent beaucoup de temps dans leurs volières durant les premières semaines, très attentifs à…
Le test de modulation de la croissance a été mené dans la ferme de recherche de la firme services MG2Mix © Orvia-MG2Mix
Produire un canard de Barbarie plus petit et mieux viandé
Le sélectionneur Orvia propose aux producteurs de nouvelles pistes techniques afin de fournir aux abattoirs un canard mâle…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)