Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Andrzej Danielak, président de la fédération nationale polonaise des producteurs de volailles
« La Pologne est en surchauffe »

Le représentant des fédérations régionales de producteurs de volailles a rencontré des aviculteurs bretons. Il leur a fait part de ses préoccupations sur l’avenir de l’aviculture polonaise et européenne.

Andrzej Danielak est producteur de poulets et d'œufs de consommation dans la région de Poznan à l’ouest de la Pologne depuis 1975. Il préside l’Union des associations régionales d’aviculteurs, l’équivalent de la CFA en France.
© P. Le Douarin
Comment a évolué la production de volailles polonaises ces dernières années ?

Andrzej Danielak - « Depuis dix ans, la croissance est en moyenne de 8 % par an. Nous avons eu jusqu’à 12 % d’augmentation annuelle. La rentabilité de la production de dindes en particulier avait beaucoup augmenté (20 % par rapport aux 8 % du poulet ), d’où une croissance plus forte encore. Certains producteurs de poulets se sont convertis à la dinde. Le revers de la médaille est que beaucoup d’agriculteurs se sont lancés dans cette production. De plus, des agriculteurs connaissant des crises, comme en porc ou en lait, se sont reconvertis dans cette production pour laquelle ils obtiennent facilement des crédits. »

Quel impact ce développement a-t-il sur le maillon élevage ?

A. D. - « Nous nous retrouvons actuellement en surproduction de dindes, avec une baisse des prix de vente. Le prix au kilo sortie élevage a chuté de 20 % entre l’année dernière et le mois de mai. Pour savoir si cette tendance va se poursuivre, nous avons recensé les nouveaux projets pour 2016. Nous estimons qu’il y a 450 dossiers d’agrandissements ou de créations d’élevages qui vont se réaliser en grande partie. Il faut distinguer les structures commerciales de très grande taille et les éleveurs familiaux historiques. Ces derniers, dont je fais partie, sont inquiets car nous n’avons pas de possibilité de réguler la construction des poulaillers. Certains élevages se montent sans débouché assuré ! La facilité avec laquelle la Pologne exporte aujourd’hui ne tient qu’aux faibles prix. De ce fait, nos producteurs ne profitent pas beaucoup de la valeur ajoutée. Nos prix de vente sur le marché européen, et la rémunération des éleveurs, diminuent d’année en année. »

Quelles sont vos autres inquiétudes pour l’avenir ?

A. D. - « La première porte sur les négociations autour de l’accord commercial Europe-USA (TTIP). Les textes juridiques sont déjà prêts. Nous n’avons pas de doutes sur le fait qu’il sera signé, et ce sera une vraie catastrophe pour la filière avicole. La croissance d’autres pays proches nous inquiète également. L’Ukraine a un potentiel de développement énorme, avec des coûts de production beaucoup plus faibles. C’est un pays producteur de céréales, on peut aussi y cultiver des protéagineux, et la réglementation est beaucoup moins contraignante. Il faudra également garder un œil sur la Turquie. Enfin, nous sommes confrontés à des difficultés pour négocier les prix avec la grande distribution."

Quelles solutions imaginez-vous pour éviter une crise ?

A. D. - « Elles passent tout d’abord par une meilleure organisation. Il faut nous structurer et mettre en place des groupements de producteurs puissants pour peser dans les négociations. Nous souhaiterions également nous regrouper avec les autres pays producteurs pour faire valoir les intérêts avicoles européens à Bruxelles. Pour écouler la production polonaise, une solution à court terme est de trouver de nouveaux débouchés, et nous négocions actuellement avec de nouveaux pays. Si je semble assez inquiet pour l’avenir, nous avons aussi des atouts. Il existe un grand tissu d’entreprises familiales et les Polonais ont la réputation de savoir s’adapter, comme nous avons pu le faire dans le passé. »

Que retenez-vous des échanges avec des aviculteurs bretons venus vous voir au mois de mai ?

A. D. - « Nous sommes surpris car nous avions l’impression que la structuration économique des filières était plus efficace en France. L’expérience bretonne est une sacrée leçon. La diminution du nombre d’élevages et la fermeture d’abattoirs vécues depuis les années 2000 peuvent aussi nous arriver. Nous voyons bien qu’il n’est pas possible de continuer à produire sans limites. Comme en Bretagne, nous sommes confrontés à des soucis d’acceptabilité sociale des activités d’élevage. Il y a de plus en plus de problèmes de voisinage et la réglementation environnementale se durcit. »

« Il est impossible de continuer à produire sans limites »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

L’influenza aviaire est hors de contrôle en Hongrie
Un sérotype H5N8 hautement pathogène de l’influenza aviaire a très largement diffusé dans le sud-ouest de la Hongrie, alors que…
Tristan Poincloux parle de P5 (5ème bâtiment) pour désigner sa nouvelle chaufferie à biomasse. " C'est comparable en matière d'investissement, de longévité et de rentabilité, mais avec beaucoup moins de temps passé." © P. Le Douarin
Avec sa chaudière à biomasse, Tristan Poincloux recherche de meilleures performances dans son poulailler
Spécialisé en poulet standard, Tristan Poincloux a investi pour réduire son coût de chauffage, mais aussi pour améliorer les…
La voile repose sur un réseau de câbles tendus entre des poteaux latéraux à 4 mètres du sol © Deltex
Une volière pour protéger les canards mulards
Dans la Vienne, les frères Mitteault ont fait installer une volière pour leurs canards élevés en plein air, afin d’éviter de les…
Poulette non épointée en volière : il est important que les poulettes puissent appréhender au mieux leur environnement dès le jeune âge. © P. Le Douarin
Les conseils de l’Itavi pour limiter les risques de picage entre poules pondeuses
Le projet de recherche appliquée Casdar Epointage a permis d’élaborer un guide technique qui propose des actions pour limiter l’…
Nouvelle éleveuse et ex-formatrice, Lucie Gantier fait profiter la filière œuf de sa maitrise de la communication positive sur les réseaux sociaux. © V. Bargain
« Le Covid-19 donne aux éleveurs une occasion de communication positive sur l’élevage avicole »
Pour Lucie Gantier, éleveuse de poules pondeuses plein air très engagée sur les réseaux sociaux, la crise sanitaire actuelle peut…
Éleveur et visiteur doivent se laver les mains soigneusement avant de revêtir l'équipement (charlotte, cotte et bottes) pour entrer dans la zone de vie des volailles. © Claire Jacquinet et Amandine ...
Règles de biosécurité : comment visualiser l’efficacité du lavage des mains
Grâce à une méthode pédagogique visuelle et pragmatique, une vétérinaire et une technicienne donnent un coup de jeune aux…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)