Aller au contenu principal

Raisonner l'utilisation d'antibiotiques
"La médecine alternative pousse à redevenir éleveur"

Praticien des approches non-antibiotiques depuis plus de quinze ans, Thierry Mauvisseau, vétérinaire en Vendée, défend l’avenir des antibiotiques à travers le développement d’alternatives validées.

THIERRY MAUVISSEAU, VÉTÉRINAIRE RÉSEAU CRISTAL. « Pour remplacer les antibiotiques, il faut de l’anticipation, de l’hygiène, de la technique. »
THIERRY MAUVISSEAU, VÉTÉRINAIRE RÉSEAU CRISTAL. « Pour remplacer les antibiotiques, il faut de l’anticipation, de l’hygiène, de la technique. »
© PLD

 


• Qu’entend-on par médecine ou par méthode « alternative » à l’utilisation des antibiotiques ?


« C’est un terme qui désigne l’usage d’un ensemble varié de produits administrés aux animaux (huiles essentielles, flores bactériennes, homéopathie, autovaccins...) qui ont pour vocation de pousser l’oiseau à réagir positivement à l’agres- sion bactérienne ou autre. Elles s’ac- compagnent impérativement de méthodes d’hygiène et de biosécurité qui s’intéressent à la qualité de l’eau, au nettoyage et à la désinfection des bâtiments. »


• Quel préalable remplir avant de recourir à des substances non-antibiotiques ?


« Un produit alternatif utilisé dans un élevage insuffisant en termes d’hygiène, de conditions d’ambiance ou de conduite, a peu de chance de fonctionner aussi bien que des antibiotiques. Il faut commencer par retrouver les bases. C’est la prévention des problèmes par l’hygiène, par le programme nutritionnel, par la qualité d’élevage. Une grosse part des mortalités de démarrage ne sont pas liées à un problème infectieux. Un antibiotique n’a jamais permis de mieux consommer un aliment ou de réhydrater des animaux. »


• Y a-t-il d’autres conditions à réunir ?


« Premièrement, accepter de changer ses habitudes et cesser d’agir selon de vieux réflexes « en pompier ». Être réactif et appliquer l’alternative dès qu’on voit quelque chose d’anormal. L’alternatif demande plus de temps d’observation des oiseaux, plus de rigueur technique. Il est indispensable d’interpréter les consommations d’eau et d’aliment. Et d’accepter aussi qu’il y ait parfois de la mortalité plus longtemps. »


• Faut-il utiliser une ou plusieurs alternatives ?


« Ma leçon tirée de plus de quinze ans de pratique, c’est d’associer au moins deux solutions ou produits complémen- taires. Par exemple des flores digestives à base de Pediococcus ou de Bacillus subtilis PB6 avec des acidifiants organiques dans l’eau de boisson qui synergisent l’action du produit dans le tube digestif. »


• Comment savoir si les produits alternatifs sont efficaces ?


« Une réglementation existe sur la distri- bution et sur l’étiquetage. Certains produits ne sont pas dénués de toxicité ou montrent même une absence d’efficacité. Le réseau vétérinaire auquel j’appartiens teste lui-même les efficacités avant de préconiser. Pour les huiles essentielles, nous exigeons certains profils de molécules actives (chémotypes). Nous sommes plus réservés vis-à-vis de l’isothérapie, qui repose sur des prélèvements d’organes, des broyats puis des dilutions, sans aucune identification des substances administrées. C’est déjà en amont que le vétérinaire a sa place de conseiller de l’éleveur. »


• Quelles sont les solutions qui donnent de bons résultats ?


« Il n’y a pas de remède miracle, ni de solution passe-partout. Tout dépend des espèces et des syndromes rencontrés. On peut vrai- ment parler de trio « produit-espèce-syndrome ». Par exemple, les huiles essentielles fonc- tionnent bien sur la toux des dindes. Sur les aspects digestifs, les choix est plus large avec les huiles essentielles, les flores digestives, les flores d’ambiance, des oligoéléments, des vitamines... »

 


 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Tunnel de séchage de fientes de poules. Tous les élevages de pondeuses ont intérêt à sécher les fientes, plus ou moins par stockage ou par aération forcée.
Les fientes de poules épandues perdent peu d’azote
Des suivis de la perte d’ammoniac au champ montrent que les fientes séchées de pondeuses perdent seulement 7 à 8 % de leur azote.
[Mise à jour au 5 novembre ] Influenza aviaire : le virus H5N1 s’installe dans les élevages européens
Après l’augmentation du nombre d’oiseaux sauvages retrouvés porteurs de virus, c’est au tour des élevages avicoles d’être…
Le résultat d’un incendie criminel dans l’Orne en septembre 2019.
Comment répondre positivement aux attaques anti-élevages
Face aux attaques sur l’élevage, garder une communication positive est essentiel, comme l’a montré le grand débat organisé au…
L'Itavi recommande le port d'un masque lors de taches en ambiance poussiéreuse (ici en volière de ponte), du fait de la présence de particules fines qui accroissent les risques.
Santé des éleveurs de volailles : prendre aussi en compte la taille des poussières
Les plus dangereuses, les poussières fines émises en élevage de poulet ne représentent que 5 % de la masse de particules, mais…
Le non épointage n'affecte pas les performances individuelles, mais la mortalité est supérieure, voire très supérieure, à celles des lots non épointés.
La palette des solutions au picage s’élargit en poules pondeuses
Faute de solution miracle, les éleveurs de poules pondeuses ont plusieurs leviers d’action pour prévenir ou limiter le picage…
Sécurisation contre la grippe aviaire : l’accord de la filière à foie gras a été validé
Ce 9 novembre, l’accord interprofessionnel du Cifog sur la sécurisation de la filière à foie gras vis-à-vis du risque sanitaire…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)