Aller au contenu principal

La filière œuf lance le passeport de la poule

Approuvé en janvier par le conseil du CNPO, le passeport de la poule se met en place dans la filière œufs de consommation.

© A. Puybasset

Une base de données fiables renseignant sur l’état exact de l’offre d’œufs de consommation a beaucoup manqué lors de la crise de 2013 estime le comité interprofessionnel de l’œuf (CNPO). Pour tracer la production, les suivis des mises en place de poulettes notifiées au CNPO et les déclarations (aux DDPP) des mouvements de poules ne permettent pas d’atteindre une fiabilité suffisante. Dénommée passeport de la poule, cette base de données vient d’être créée par et pour la profession qui en gardera la gouvernance. Une condition essentielle pour le CNPO.

Son objectif est économique, sanitaire et réglementaire

Elle va permettre de renseigner la filière sur l’état réel du parc d’élevage, par région et par mode d’élevage, et de suivre en temps réel les effectifs de poulettes et de poules. Les données récoltées sur les poulettes permettront d’affiner considérablement les prévisions de production d’œufs.

Enfin, cette base de données sera agréée par l’État pour être l’unique outil de déclaration Cerfa, « quand elle aura fait la preuve de son efficacité auprès de la direction générale de l’Alimentation (DGAL) , précise Cécile Riffard, la déléguée du CNPO. La profession ne lui communiquera pas autre chose que ce qui est de nature réglementaire ».

Un calendrier en deux étapes

Jusqu’au mois d’août, les organisations de production seront sollicitées pour accompagner les éleveurs dans leur démarche d’enregistrement des informations initiales (localisations des bâtiments, adresses précises, codes Inuav…) qui constituent la trame de la base. Les éleveurs indépendants pourront s’inscrire sur un portail internet. Cécile Riffard estime qu’environ 2500 éleveurs ayant de plus de 250 poules sont concernés.

À partir du mois de septembre, le CNPO organisera des réunions d’information. Les éleveurs ou les organisations de production inscriront eux-mêmes les mouvements d’animaux (entrées-sorties) habituellement réalisés sur la fiche Cerfa du programme national de lutte contre les salmonelles. La fiche sera à imprimer pour envoi à la DDPP, l’objectif étant à terme de supprimer le papier par une procédure totalement informatisée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Plan de relance agricole : des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Le Gaec du Metz, avec Anne-Laurence et Xavier Fleury, devant leurs fils Arthur (à gauche) et Victor, ont fait le choix de la poule pondeuse plein air pour diversifier leur exploitation laitière. © A. Puybasset
Des poules pondeuses plein air pour diversifier le Gaec laitier
Le Gaec du Metz, dans l’Orne, se diversifie dans la volaille avec son nouvel élevage de 15 000 poules pondeuses plein air, géré…
Suivez les foyers d’influenza aviaire sur la carte interactive de Réussir Volailles
Les Marchés
La rédaction de Réussir Volailles actualise en permanence la cartographie des foyers d’influenza déclarés en Europe, afin…
L’entrée de la lumière par la toiture contribue à une intensité lumineuse plus homogène sur toute la surface du poulailler. © A. Puybasset
Les atouts de la lumière venue du toit du poulailler
Chez Martine et Gérard Jéhannin, la lumière naturelle rentre par des tabatières occultables. Une alternative aux fenêtres sur les…
Jérémy Choquet (à droite) et Xavier Moine, de Tuffigo-Rapidex : "Plus accessible, ce boîtier incite à aller plus loin dans l’optimisation des réglages. » © A. Puybasset
Une régulation de poulailler conçue « pour et avec » les éleveurs
L’équipementier Tuffigo-Rapidex innove avec l’ordinateur de régulation Serenity. Il est doté de nouvelles fonctionnalités, plus…
Les ventes de volaille à l’étranger sont en recul de près de 50 000 tonnes (-15 %) sur les 9 premiers mois de 2020 tandis que les importations reculent de 18 000 tonnes (- 4 %) sur la même période. Les mesures de confinement ont engendré un recul des importations de près de 20 % sur la période de mars à mai mais sont reparties à la hausse depuis le mois de juin.
La Covid-19 fait reculer le marché de la volaille française
Sous l’effet de la Covid-19, le marché français de la volaille pourrait se contracter en 2020, pour la première fois depuis 15…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)