Aller au contenu principal

Grippe aviaire : la tension est maximale dans les Côtes d’Armor

Alors que le nombre de foyers de grippe aviaire s’est récemment accru dans les Côtes d’Armor, les services de l’État et les professionnels des filières avicoles se mobilisent pour éviter une envolée de l’épizootie. La priorité est de détecter et de dépeupler le plus rapidement possible les nouveaux cas.

Près de 200 personnes ont participé ce mardi 14 février à la réunion d’information sur la situation sanitaire dans les Côtes d’Armor.
© A. Puybasset

L’inquiétude était palpable parmi les éleveurs et représentants des filières avicoles, réunis ce mardi 14 février à l’initiative de la Chambre d’agriculture des Côtes d’Armor et de la FDSEA. En présence des services de l’État, l’objectif était de les informer sur la situation sanitaire liée à la grippe aviaire et les mesures prises dans le département, dans un état d’esprit commun « de sortir ensemble de cette situation ».

Le département a connu une accélération du nombre de foyers ces dernières semaines passant de 6 cas confirmés le 13 janvier à 16 le 16/02/2023 selon le décompte du ministère de l’agriculture (au 17/02/2023).

Deux zones de protection et de surveillance se côtoient actuellement dans le département, avec des évolutions épidémiologiques différentes. Celle située au nord-ouest de Guingamp avec deux cas en élevage, connait une situation stable. La seconde au sud-est, s’est récemment étendue, suite à la confirmation d’un foyer sur la commune de Saint-Péver le 14 février puis d’un quatrième cas sur la commune de Saint Connan le 16 février.

 

 

Ces deux zones concentrent de nombreux élevages en particulier de poulettes et de poules pondeuses et des couvoirs.

« Face à cette situation inédite, la DDPP a renforcé les équipes en donnant la priorité à la gestion des foyers. La clé est de détecter et de dépeupler rapidement », a rappelé Virshna Heng, directeur par interim de la DDPP des Côtes d’Armor, répondant aux nombreuses interrogations des éleveurs.

La situation étant plus stable dans les Pays de la Loire, les Côtes d’Armor disposent de quasiment toutes les capacités des équipes d’euthanasie GT Logistics. « En ce moment, ils sont en mesure d’intervenir dès le lendemain de la confirmation du cas. »

Concernant la gestion de l’équarrissage, le directeur de la DDPP s’est voulu rassurant. « Il n’y a à ce jour pas de problématique sur la gestion des animaux trouvés morts. J’ai demandé à la Secanim d’ouvrir une ligne le week end en cas de flambée des foyers. »

L’enjeu d’une détection précoce d’un cas de grippe aviaire

« La détection précoce est la clé majeure pour éviter l’emballement des cas, appuie Yann Villaggi, chef de service à la DDPP. Dans la zone de Saint Connan, la surveillance a été renforcée par des autocontrôles dans tous les élevages. »

Il encourage les éleveurs et leur entourage technique et sanitaire à être d’autant plus attentifs au moindre signe d’alerte, à réaliser des diagnostics d’exclusion et à renforcer les mesures de biosécurité (mouvements autour des élevages, désinfection des abords de la zone professionnelle, équipes d’intervention…). « Les détassages, considérés comme facteurs de risques, sont proscrits dans toute la zone. Des questions se posent aussi sur les liens épidémiologiques entre foyers liés à la collecte d’œufs. »

 

La DDPP qui reçoit chaque jour 100 à 150 demandes de laisser-passer pour exporter les œufs en dehors des zones de surveillance, contrôle que la collecte est rationalisée et demande aux chauffeurs de s’engager sur les mesures de biosécurité.

En plus des tensions qui pèsent sur l’approvisionnement en œufs et en poulettes liées au blocage de la zone, l’enjeu est aussi de protéger les nombreux élevages de sélection et les couvoirs.

En discussion la semaine dernière, la possibilité de réaliser un dépeuplement autour de Saint Connan n’a pour l’instant pas été retenue.

 

 

Le fonds d’aides FMSE en soutien aux éleveurs

 Le fonds de mutualisation du risque sanitaire et environnemental (FMSE) va utiliser ses fonds propres professionnels pour indemniser les éleveurs de volailles impactés par la grippe aviaire situés en zones indemnes et ne pouvant pas bénéficier des dispositifs d’aides de l’Etat.

« Cette aide, financée avec l’interprofession du foie gras Cifog, va d’abord concerner les élevages de canards», a précisé Joël Limouzin, président du FMSE. « La disponibilité en canetons représente aujourd’hui 20 à 30% des besoins. Certains élevages vont être vides pendant un an. » Une réflexion est en cours au niveau des autres interprofessions pour financer ce dispositif.

Créé il y a dix ans, le FMSE est un dispositif sanitaire visant à accompagner les agriculteurs touchés par des problématiques sanitaires et ne pouvant pas bénéficier d’aides de l’État. Il est financé à 35% par la profession agricole (cotisation obligatoire de 20 euros/agriculteur/an) et abondé par effet levier à 65% par des fonds de l’État et de l’Europe. « À terme, nous souhaitons que le FMSE soit aussi financé par les entreprises et pas seulement par les producteurs. »

Les plus lus

L'élevage alternatif est devenu dominant, mais la cage résiste très bien au delà d'un atelier de 50 000 poules.
Recensement agricole en volailles : La poule pondeuse a le vent en poupe

L’évolution des modes de production sous la pression du bien-être animal s’est traduite par une mutation structurelle…

Foie gras : Delpeyrat va fermer deux abattoirs de canards

Delpeyrat va fermer ses abattoirs de canards gras de La Pommeraie-sur-Sèvre (85) et de Vic-Fezensac (32). Cette décision vise…

Éric Baldo, responsable technique de la Ciab, suit de près les performances des deux bâtiments atypiques de Ludovic Drapeau conçus pour répondre à tous les cahiers des ...
Poulet "bien-être" : La coopérative Ciab a investi pour mesurer le surcoût des attentes sociétales

La coopérative Ciab a supporté financièrement le Gaec des Grandes Roussières pour chiffrer les attentes sociétales avec deux…

Foie gras : Les éleveurs d’Euralis Grand Ouest demandent une revalorisation des contrats

Confrontés à la hausse des intrants, notamment celle annoncée de la paille, les éleveurs de l’organisation de producteurs…

Anis Farhat, directeur d’exploitation de Taissir, entouré de Fabrice Poisbeau et de Guirec Rollando, de Sodalec Distribution : « La filtration d’air a largement ...
En Tunisie, des poules pondeuses sous air filtré pour en finir avec les salmonelles

Filtrer l’air des bâtiments de poules pondeuses de l’entreprise tunisienne Taissir a été une mesure sanitaire clé pour enrayer…

Jérôme Perrodin avec son épouse Linda : « J’ai opté pour un système de volière qui incite les poulettes à circuler verticalement mais aussi horizontalement, et ceci ...
« Ma volière favorisera la mobilité en 3D des poulettes »
Jérôme Perrodin a investi dans un bâtiment neuf pour poulettes futures pondeuses d’œufs bio, équipé d’une volière facilitant les…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)