Aller au contenu principal

Grippe aviaire : deuxième vague d’acomptes pour les éleveurs des communes réglementées

Le guichet FranceAgriMer des demandes d’acomptes de compensation des pertes économiques de la deuxième vague de l’épizootie est ouvert jusqu’au 9 septembre. Celui des avances de trésorerie à l’Aval l'est également jusqu’à cette date.

Le guichet ouvert le 9 août s'adresse aux éleveurs victimes du second pic de grippe aviaire et qui ont été bloqués en zone réglementée pendant la période de restriction
© X. Cresp

Les éleveurs, directement impactés par le second pic de l’épizootie de grippe aviaire H5N1 et qui ont subi des pertes de marge brute liées aux mesures de restriction (interdiction de mises en place), ont jusqu’au 9 septembre pour remplir leur dossier sur le site de FranceAgriMer accessible à l’aide d’un numéro de Siret valide.

La liste des communes concernées est disponible en annexe 1 de la décision FranceAgriMer en date du 8 août dernier (voir ci-dessous en fichier joint).

Une enveloppe non extensible de cent millions d’euros a été budgétée pour payer cet acompte qui sera suivi d’un versement complémentaire de régularisation après avoir rempli une seconde demande en fin d’année.

Cet acompte couvre 50 % du préjudice estimé par le producteur à partir d’un barème révisé le 22 juillet, sachant que le montant maximum versé ne peut dépasser 40 000 euros et que le minimum versé est de 500 euros.

Les demandeurs doivent avoir leur siège d’exploitation et au moins un bâtiment d’élevage situé dans la zone réglementée, avoir subi un vide sanitaire prolongé dû aux interdictions de remise en place de volailles, avoir débuté une production avant les restrictions et avoir respecter les obligations de l’arrêté biosécurité du 29 septembre 2021.

25 millions d’avance remboursable à l’aval

La seconde aide concerne l’avance de trésorerie aux entreprise d’abattage, de seconde transformation, de conditionnement d’œufs ou de services (transport, nettoyage, alimentation animale, transformation de coproduits …) impactées et qui exprimeraient un besoin d’avance de trésorerie à rembourser.

Le budget alloué a été fixé à 25 millions d’euros.

Ces entreprises doivent travailler directement pour la zone réglementée et en réalisé au minimum de 50 % de leur excédent brut d’exploitation (EBE) clos en 2021, avec un minimum de 50 % issu d’un approvisionnement ou d’activité dans cette zone

Les demandes également faites auprès de FranceAgriMer jusqu'au 9 septembre à 14 heures.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Après la face sud en 2010, la face nord de l'ancien poulailler a été équipée en 2022 d'une centrale photovoltaïque, avec des modules à hétérojonction.
« J’ai installé une centrale photovoltaïque au nord »
Laurent Moréac a reconverti un ancien poulailler dans la production d’électricité photovoltaïque, en équipant la face sud puis…
Dans quelques mois, toute la viande fraiche de poulet vendue en GMS aura été élevée selon le cahier des charges imposant le jardin d'hiver
La mutation du poulet aux Pays-Bas
La pression des associations de protection animale a modifié en profondeur la production de poulet destinée au marché du frais.…
Grippe aviaire : une pression virale inédite
  En France, comme en Europe, le nombre de foyers d’influenza H5N1 hautement pathogène va grandissant, en lien avec des contacts…
Les deux rotobuses montent et descendent alternativement de chaque côté le long de deux glissières pour asperger sous pression et de part et d’autre les caillebotis.
Une laveuse de caillebotis "faite-maison" par un producteur d’œufs
Le producteur ardéchois d’œufs Sylvain Bertrand a mis au point avec son beau-père une laveuse de caillebotis afin d’alléger les…
Avec ses deux bâtiments neufs et les deux de 1 000 m2 rénovés ces deux dernières années, le site d'Augan a une capacité de 50 000 poules reproductrices.
Deux nouveaux bâtiments de reproducteurs, une vitrine pour l’accouveur BD France
Sur l’une de ses fermes de production d’œufs à couver, BD France a investi dans deux bâtiments de nouvelle génération, en termes…
Robots avicoles : Tibot cesse ses activités
  Plombée par la Covid-19, puis la grippe aviaire et la guerre en Ukraine, la start-up avicole Tibot technologies est en cours de…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)