Aller au contenu principal
Font Size

Frédéric Grimaud encourage à « se regrouper pour être de nouveau compétitifs »

Ce sera très difficile, mais le chemin du retour à la compétitivité passe par une volonté commune et un véritable partenariat franco-français, estime Frédéric Grimaud

Pour Frédéric Grimaud, se demander 
collectivement quoi développer de nouveau 
et de différent » est une démarche indispensable pour un retour à la compétitivité.
Pour Frédéric Grimaud, se demander
collectivement quoi développer de nouveau
et de différent » est une démarche indispensable pour un retour à la compétitivité.
© Grimaud

. Quels sont, selon vous, les leviers à actionner pour être compétitifs ?


Frédéric Grimaud - « Les prix des produits de consommation courante, comme la viande de porc et de poulet, sont fixés par le marché et malheureusement pas seulement par leurs metteurs en marché. La compétitivité dépend donc beaucoup de la performance industrielle, c’est-à-dire de la productivité de la filière, mais aussi de la position sur le marché des opérateurs, et bien sûr des stratégies marketing. Un leader bénéficie de l’effet de volume qui lui permet de mieux s’optimiser au niveau industriel et d’imposer sa marque. En France, nous ne bénéficions plus de l’effet « nouveauté » comme c’est aujourd’hui le cas pour certains pays émergents. Hormis les Etats-Unis, avec leur très grand marché domestique, les pays aujourd’hui les plus compétitifs sont des acteurs qui ont construit leur industrie avicole sur des bases neuves, avec des méthodes industrielles optimisées d’entrée : le Brésil depuis quinze-vingt ans, l’Allemagne et la Pologne plus récemment, l’Ukraine ou la Russie bientôt… En France, il reste difficile de faire évoluer les exploitations familiales placées dans un environnement politique et social qui a tendance à bloquer les nécessaires évolutions. »

 

.  Comment sortir de ce blocage et de cette absence de dynamique ?


F. G. - « Le retour à la compétitivité ne se fera pas les uns contre les autres. Les Danois en porc et les Allemands en volaille ont compris cela. Les Allemands savent travailler dans une démarche nationale, en s’épaulant pour que chacun y trouve son compte. Peut-être pour des raisons culturelles, les entreprises françaises en sont encore trop souvent
à des batailles de clocher, pensant qu’elles pourront résister et se développer seules. Que d’énergie dépensée en polémiques et critiques souvent stériles. L’enjeu compétitif n’est plus franco-français, mais européen et mondial. Plutôt que de défendre coûte que coûte des acquis, nous pourrions collectivement nous demander quoi développer de nouveau et de différent pour défendre nos positions sur un marché bataillé. »


. Comment votre entreprise de sélection génétique fait-elle son affaire de la bataille de la compétitivité ?


F. G. - « Notre métier se caractérise par des coûts fixes très élevés que nous amortissons sur un grand nombre de pays, pour équilibrer les risques. Hélas, tous les marchés ne sont pas porteurs en même temps. En France, nous avons connu des périodes compliquées. Il a fallu changer et faire des choix. À chaque fois plusieurs options sont possibles. C’est souvent davantage la persévérance et la faculté de mise en œuvre de l’option retenue, plutôt que le chemin choisi, qui sont la clé d’une sortie par le haut. L’innovation est aussi un des éléments essentiels de notre stratégie. »


.  La France peut-elle encore jouer un rôle sur la scène internationale ?


F. G. - « Oui, sans aucun doute ! Mais nous sommes aujourd’hui sur la défensive face à de nouveaux entrants sur notre marché. À l’image des Danois en porc ou des Brésiliens en volailles, on pourrait développer une politique volontariste de conquête de marchés nouveaux, à condition d’en avoir la volonté et de bénéficier d’un fort soutien politique. La France a de sacrés atouts, avec de l’espace et des compétences en élevage et pour la production de céréales en quantité et en qualité régulières, à des prix compétitifs. On pourrait aussi mettre en place de nouvelles bases pour la production de vif et des outils industriels automatisés. On pourra y arriver à condition de sortir du syndrome du « village gaulois d’Astérix », pouvoirs politiques compris. »

Compétitivité : un colloque en décembre 2013

 

 

Le 10 décembre 2013 à Paris, Frédéric Grimaud participera à la table ronde du colloque
« Les filières animales face au défi de la compétitivité » organisé par le réseau mixte technologique Économie des filières animales, qui regroupe l’ensemble des instituts techniques.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
En développant la volaille traditionnelle chez les petits fermiers africains, comme ici en Éthiopie, l'objectif est d'apporter aux populations rurales une source de protéines et de revenu à travers les œufs et la viande.  © Hendrix Genetics
Sasso contribue au développement du poulet villageois en Afrique
Le sélectionneur de souches colorées Sasso est impliqué dans deux projets de développement de l’aviculture rurale africaine,…
Les odeurs liées aux élevages, autour des bâtiments ou lors de la manutention des effluents, sont parfois ressentis par les riverains comme des nuisances
L’Itavi teste un « nez » électronique pour mesurer les odeurs liées aux élevages
Le nez électronique est une technologie explorée pour détecter plus facilement et plus rapidement les odeurs liées aux élevages…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)